Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 16:01

Le terme monarchie vient du grec mono, seul et archè, pouvoir, autorité, commandement.

On qualifie la monarchie comme étant un régime politique où le pouvoir est détenu par un seul chef, le monarque ou le souverain. A l'origine ce pouvoir était légitimé par une relation spirituelle que le monarque entretenait avec le divin.

 

Il existent plusieurs régimes monarchiques qui varient selon les pouvoirs détenus par le monarque.

 

° Monarchie de droit divin: le pouvoir est légitimé par un lien spirituel qu'entretiendrait le monarque avec la ou les divinités.

 

°Monarchie absolue: les pouvoirs ne sont limités que par les "lois fondamentales" et les lois divines.

 

°Monarchie corporative: le monarque doit obtenir l'accord des corporations(=réunion d'individus, organisation sociale, reconnue par l'autorité politique, regroupant tous les membres d'une même profession, ayant son propre règlement, ses privilèges.)

 

°Monarchie constitutionnelle: le pouvoir est limité par une constitution, c'est-à-dire par un ensemble de textes de lois, établissant les bases du système politique.

 

°Monarchie parlementaire:  monarchie constitutionnelle où le gouvernement est responsable devant un parlement. Le monarque a une fonction représentative ou symbolique.

 

 

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 20:29

 

       Au XVIIème siècle, la France est une monarchie de droit divin. La religion d'état (ou la plus pratiquée et aussi avec laquelle on applique parfois les lois, en clair l'état est religieux ) est le catholicisme.

Les problèmes d'intolérance liés à la religion sont importants, c'est pourquoi les philosophes des lumières commencent les étudier. Dans un état où la religion fait partie intégrante de la politique, les philosophes cherchent donc à dénnoncer les problèmes liés aux Jansénistes et aux Jésuites, sans pour autant oublier la question protestante.

 

      Que sont les Jansénistes:

  Leurs noms vient du fait qu'ils étaient les disciple de Jansémies ( 1588-1638 ).

Leur idéologie principale c'est la fidélité au dogme catholique; à l'image de ce qu'on pourrait considérer comme du fondamentalisme, les jansénistes appliquent un règlement sévère, et un état d'esprit quasi perpétuel de pessimisme. Ils considèrent que l'Homme ne peut "mériter par ses actes le salut de son âme". Seuls des "élus" sont prédestinés au paradis. En tant qu'humanistes, ils ont leurs écoles, mais ils sont aux yeux de l'état un danger, tout particulièrement parce qu'ils contestent le pouvoir royal, de plus ne s'entendant pas avec le roi, ils ne s'entendent pas non plus avec le Pape. Malgré des tentatives de dissuasion par le roi, comme la destruction d'un de leurs monastères en 1711, les Jansénistes restent importants juqu'à la révolution française, se liant au peuple à l'occasion de prêches lors de sermons.  Peu à peu, on leur reproche leur manque de rationnalisme, et on les critique parfois très fortement. Ces maltraitances auxquelles ils survivent devient un avantage, une défense pour les Jansénistes. Ils sont alors considérés par des philosophes comme des vicitimes quand les encyclopédistes les considèrent comme des aliés, notemment à cause de leurs positions contre les Jésuites.



    Qui sont les Jésuites:

  C'est un ordre qui fut fondé en 1540 par Ignace de Loyola. Parfois considéré comme " La compagnie de Jésus ", cet ordre est aussi comparable à celui des templiers par la manière d'être établit, à l'image d'une véritable armée. En latin, jesuita signifierait bon chrétien: les jésuites sont considérés comme les bons chrétiens car ils sont l'un des ordres catholiques qui vont se soulever face au protestantisme lors de la contre-réforme. Au départ, ils étaient des missionaires, ils faisaient passer la "bonne parole". Peu de temps après, ils décident de faire de l'enseignement ce qu'ils continuèrent. Si ils cherchent à arrêter le développement du protestantisme, ils tentent aussi de maintenir toutes les populations qu'ils colonisent et convertissent dans l'obscurantisme, niant ainsi des idées données notemment par Galilée et Copernic, sur le fait que la Terre est ronde. Ils convaicaient de grandes personnalités d'époque comme Mme de Sévigné, et pouvaient largement être médiatisés par les qualités qu'offraient leurs messes (via les participations des grand compositeurs pour les musiques d'orgue ... etc), il s'agissait àla fois d'une messe et d'un spectacle, puisqu'ils étaient en pleine contre-réforme. La fin de leur ordre vient en partie à cause des attaques à la fois jansénistes, mais aussi celles des philosophes et parlementaire, des encyclopédistes. Ils sont interdits en 1763 en France puis peu à peu dans l'Europe.

 

 

Repost 0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 20:35

LISTE D'OEUVRES DU XVIIIème SIECLE

 

 

 

MONTESQUIEU : - Les lettres persannes ( roman épistolaire ; critique de la société)

                                   - De l'esprit des lois (essai dense ; pour les plus courageux !...)

 

DIDEROT : - Le Supplément au Voyage de Bougainville  ( dialogue(s) ; court ; des éditions à 1,50 € ; mythe du bon sauvage, critique de la société => S'il ne faut en lire qu'un ça peut être celui-là !...)

Jacques le Fataliste et son maître (récit ; précurseur du roman ; se lit facilement (et avec plaisir, « normalement » ...)

La Religieuse (roman ; critique de la religion et de la vie en couvent)

Le neveu de Rameau (dialogue ; plus difficile d'accès, sans doute ...)

 

ROUSSEAU : - La Nouvelle Héloïse (roman épistolaire, précurseur du romantisme ; long, mais on n'est pas obligé de tout lire !...)

Discours sur les sciences et les arts et/ou Discours sur les fondements et l'origine de l'inégalité parmi les hommes  (essais relativement « courts », par rapport à d'autres textes de Rousseau, tels L'Emile, ou de l'éducation et Le contrat social)

Les Confessions (autobiographie)

Les rêveries du promeneur soliotaire

 

 

VOLTAIRE : Zadig, L'Ingénu, Micromégas (là, il est question de science, d'astronomie, d'infiniment grand et d'infiniment petit, de Nexton, bien sûr, etc ...), Jeannot et Colin

De l'horrible danger de la lecture (courte satire ; je vous laisse découvrir)

Traité sur l'intolérance

Lettres philosophiques (essai épistolaire ; après le séjour en Angleterre)

Dictionnaire de philosophie (essai, contrairement à ce que ce nom indique, pour un lecteur contemporain : comme dans l'esprit de L'Encyclopédie, il s'agit moins de proposer la simple définition d'un mot que de disserter sur une notion, un concept – pas forcément et uniquement philosophique)

 

 

CHODERLOS DE LACLOS : - Les liaisons dangereuses (roman épistolaire ; libertinage => passionnant !)

 

THEATRE

 

MARIVAUX : Le jeu de l'amour et du hasard ; L'île des esclaves ; La double inconstance ; La dispute ; etc ...

 

BEAUMARCHAIS : Le Barbier de Séville ; Le mariage de Figaro (que je conseille,plus encore   

que le premier, mais qui en est la suite ...)    

 

Repost 0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 20:06

 

 

Le Siècle des Lumières   -   PRINCIPAUX


ÉVÉNEMENTS  ( historiques  /  littéraires )


 

- La fin du règne du Roi-Soleil  ( 1685 – 1715 )

- La Régence ( 1715 – 1723 )

- Règne de Louis XV ( 1723 – 1774 )

- Règne de Louis XVI ( 1774 – 1792 )

- La Révolution française ( 1789 – 1799 )

 

1715 :mort de Louis XIV ; début de la Régence

( 1704-1717 : traduction des Mille et Une Nuits par Galland)

1720 : banqueroute de Law

( 1721 : Lettres persanes de Montesquieu)

( 1740-1786 : règne de Frédéric II de Prusse )

( 1744 – 1758 : guerre coloniale avec l’Angleterre )

1755 : tremblement de terre de Lisbonne

1756-1763 : guerre de 7 ans

( 1762 – 1796 : règne de Catherine II de Russie )

1764 : expulsion des jésuites

1766-1769 : voyages de Bougainville ; 1772 : Supplément au voyage de Bougainville de Diderot

1769 : suppression de la Compagnie des Indes

1776 : indépendance des Etats-Unis

1787 : Édit de tolérance envers les protestants

1788 : Convocation des États généraux  (è 1789 : Révolution française)

1790 : proclamation des 83 départements

1792 : proclamation de la République, Valmy, Jemmapes

1795 : Directoire

1799 : Coup d’État du 18 Brumaire

 

AUTEURS (et leurs œuvres)


- Montesquieu ( 1689 – 1755 ) 

 - Voltaire (1694 – 1778)

- Rousseau (1712 – 1778)  

- Diderot (1713 – 1784) 

 - Marivaux (1688 – 1763) 

- Beaumarchais (1732 – 1799)

- Choderlos de Laclos (1741 – 1803) 

 - Bernardin de Saint-Pierre (1737 – 1814)  

- Sade (1740 – 1814) 

- L’Encyclopédie (1751 – 1772)  

- Swift (Le voyage de Gulliver - 1726) ; Defoe (Robinson Crusoé)

- (Fontenelle : 1657 – 1757 : )

- (Condorcet : 1743 - 1794)


IDÉES  (et thèmes)


- Monarchie (parlementaire, constitutionnelle, etc)

- Despote éclairé

- Religion : catholicisme / protestantisme ; déisme ; athéisme

- Matérialisme vs spiritualisme

- Tolérance vs superstition

- mythe du bon sauvage ;       - voyage et ailleurs

- esclavage

- Noblesse, Clergé, Bourgeoisie et Tiers-Etat

- libertinage

- bonheur

- utopie

- philosophie et savoir ;          - Cafés et Salons

- peinture : Boucher (1703 – 1770), Fragonard, Chardin, Greuze

- musique : Bach , Mozart

 

 

 

Despote éclairé 

 

Le despotisme éclairé est une doctrine politique issue des idées des philosophes du siècle des Lumières. 

Variante du despotisme qui s’est développée au milieu du xviiie siècle, le pouvoir y est exercé par des monarques de droits divins dont les décisions sont guidées par la raison et qui se présentent comme les premiers serviteurs de l’État.

L’action des despotes éclairés est parfois qualifiée de moderne, pour leur inspiration philosophique et les réformes qu’ils mettent en place. Cependant la structure même du pouvoir politique et de la société ne sont pas modifiés par ces régimes, qui se rapprochent ainsi des absolutismes de l’époque. Ils mettent au service de l’ordre établi les idées philosophiques qui leur sont contemporaines.

Dans le passage sur l’Eldorado de son conte Candide, Voltaire dresse le portrait de ce monarque idéal. Ce roi possède le pouvoir qui suit une raison qui dépasse les limites réelles. Il y règne sans problèmes financiers, ni politiques, ni culturels, c’est un tout.

( source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Despotisme_%C3%A9clair%C3%A9 )

Montesquieu

 

  Charles Louis de Secondat, baron de Monstesquieu est issu d'une grande famille de parlementaire bordelais. Il est né le 8 juillet 1689. Il étudiera le droit dans sa ville natale mais c'est à Paris qu'il découvre les cercles de lettres, de savants et de voyageurs. Lors des morts de son père et de son oncle, il hérite d'une grand fortune et devient président au parlement de Bordeaux. Cependant, malgré sa fidélité à ses devoirs, son intérêt pour la vie de l'esprit l'emporte et il sera membre de l'académie des sciences de Bordeaux. Il rédigera de nombreux traités sur la politique, l'histoire, la politique ainsi que sur les sciences. Déjà, dès le début du XVIIIème siècle, il y exprime son indépendance d'esprit et certaines de ses idées sur la religion inquiétantes par leur nouveauté.

 

 

La révélation des Lettres Persanes.

 

   Après ses réflexions, de cette curiosité de savant et de moraliste est né la première oeuvre importante de Montesquieu, les Lettres Persanes. Ce roman totalement inattendu fit l'effet d'une révélation par son audace et son esprit. C'est sans doute pour cela, que l'auteur par prudence a fait publier son ouvrage à Amsterdam et n'a pas avoué dans un premier temps qu'il en était l'auteur. Grâce au succès des Lettres Persanes, les portes des salons parisiens s'ouvrirent à l'auteur comme celui de la marquise de Lambert où on débattait des questions de morales, on parlait également de bonheur. Alors qu'au club de l'Entresol, les regrets politiques et religieux étaient agités. Ces cercles mondains où se formaient l'esprit des Lumières, recevaient de Montesquieu autant qu'ils lui apportaient. Donc, ce milieu libertin lui inspira un roman galant, Le temple de Gnide en 1725.

 

L'esprit cosmopolite


 Montesquieu en voyageant dans tous les pays d'Europe interrogea, observa, compara les usages et les systèmes politiques. C'était un auteur qui avait de grande facilité d'adaptation et faisait preuve d'une grande ouverture d'esprit. Il disait :

« Quand j'ai voyagé dans le pays étrangers, je m'y suis attaché comme au mien propre. »

 

 

« Un ouvrage utile dont le sujet est immense »

    Alors qu'il se consacre à l'étude de l'histoire, il écrit ses Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence constituent un livre précurseur de l'analyse historique moderne. Cet essai, publié finalement à partir de 1734 ne sera qu'achevé treize ans plus tard : il se nommera "L'esprit des Lois"

 

« Un avenir contrasté »

    A la publication de l'oeuvre de toute sa vie comme il le disait, il ne la signe pas et elle est officiellement interdite en France. L'esprit des loisa été lourdement critiqué notamment par les jésuites et les jansénistes. De plus en 1751, la faculté de théologie de Paris en condamne 17 propositions. Le dernier travail de Montesquieu aura été accompli pour l'Encyclopédiede Diderot et d'Alembert. C'est l'article « Goût », qui sera publié après sa mort survenue à Paris le 10 février 1755. 

    Les philosophes du XVIIIème siècle reconnaissent en Montesquieu leur précurseur. Ses idées inspirées leur combat. Homme de deux siècles, le plus « philosophes des classiques ». C'est un esprit conservateur et pourtant tout entier tourné vers des revendications d'une époque moderne.

La Bourgeoisie:

Au XVII eme siècle, les bourgeois détiennent les richesses du pays. Partout où il y a de l'argent à gagner, les bourgeois sont là ! Ils sont les principaux chefs des banques et ce classe Au 3 eme rang sociale. Ils s'imposent aussi dans l'industrie qui vient de naitre, ainsi que dans le commerce et dans l'immobilier. Ils deviennet bourgeois en achetant des charges au roi. C'est avec la chute de la nnoblesse que la bourgeoisie monte et se fait connaitre.

La noblesse: Les nobles ont leurs mérites. Leur titre ils le doivent au roi qui leur a donnés des terres sur lesquels ils exercent leur pouvoir. Ils ont un titre de duc, de compte ou de marquis. Ce titre  de noble est perpétué avec l"héritae mais le fils un peu incapable peut faire tout perdre a sa famille. A l'époque le roi de France n'est qu'un noble avec plus d'autorité. Il peut s'entouré de nobles mais dans ces cas là ils perdent toutes responsabilité et peuvent jusqu'a perdre leur titre. Pour ce faire reconnaitre comme noble il faut se montrer et c'est à la coure que les réputations ce font.

 

Matérialisme (rejoint les idées de l'athéisme)

  

Basé essentiellement sur 3 thèmes:

 - explication rationaliste du monde fondée sur l'idée d'une existence première de la matière

 - la nature humaine déterminée par une connaissance sensible des choses et des autres

 - 1 morale individuelle et sociale totalement séparée de la religion jugée inutile et dangereuse

  

Consiste à nier l'existence d'un dieu créateur et que tout est né de la matière capable de mouvement et animée par des combinaisons nécessaires pour créer la vie. On ne fait plus appel à une existence divine pour expliquer l'univers. Les philosophes matérialistes dénoncent le poids et l'autorité métaphysique, morale et sociale des religions.

Le matérialisme s'inspire du rationalisme et du progrès scientifique.

Selon les conceptions matérialistes, la matière consitue le principe unique de toute activité intellectuelle. Tout se fait en fonction de l'organisation de cette matière qui diffère, et est plus ou moins complexe dans structure chez chacun.

Les matérialistes ne croient pas à une vie de l'âme après la mort et sont donc à la recherche du bonheur sur Terre.

Cette philosophie athée donne lieu à de violentes protestations contre ce qu'elle considère comme une inacceptable intrusion de la religion dans les domaines de la morale, de la politique et de la vie sociale

 

La musique du siècle des lumières

Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilius Mozart ou Wolfgang Amadeus Mozart. Né à Salzbourg, empire germanique, le 27 janvier 1756 et est mort à Vienne le 5 decembre 1791. Virtuose du piano mais aussi du violon, il compose plus de 620 oeuvres. Considéré comme le plus grand maître de l'opéra avec le concerto, la symphonie et la sonate. Enfant prodige, il possède l'oreille absolue et la mémoire eidétique. Ses premières oeuvres datent de ses six ans.

 

Oeuvres : "Les noces de Figaro" (1786), "La flûte enchantée" (1791)

 

Le bonheur

 

Durant le siècle des Lumières, avec le développement des idées et de l'optimisme, la question du bonheur commence à se poser. La plupart des philosophes se basant sur le savoir et la raison pensent que le bonheur peut être apporté par le développement de la science. Si le XVIIIème siècle constitue effectivement un siècle marqué par le bonheur, celui-ci n'est pas dû aux sciences mais plutôt à la paix, l'économie et l'évolution de la société. En effet, chacun part en quête de son bonheur personnel, à la rencontre d'autres personnes, de conversation et de savoir. Les portraits de ce XVIIIème siècle appuient l'idée d'un bonheur grandissant, puisque sur la plupart  de ceux-ci, les protagonistes sourient. Certains philosophes dénoncent cependant ce bonheur (Voltaire, avec Zadig ou la destinée).

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages