Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 17:41

L'auteur:

Mathias Enard, auteur de "Parle leur de batailles de rois et d'éléphants", est né en 1972.

Titulaire d'un doctorat au CNRS, en monde iranien, Mathias Enard, a aussi étudié les langues persanes et arabes.

C'est un homme qui aujourd'hui enseigne l'arabe à l'université de Barcelone en espagne, il est aussi animateur de revues culturelles (parmi lesquels "la revue inculte") et écrit ses romans.

 

 

Mathias_Enard_D_R_.jpg

Bibliographie:

-La perfection du tir (2003)

-Remonter l'Orénoque (2005)

-Bréviaire des artificiers (2007)

-Zones (2009)

-Parle leur de batailles de rois et d'éléphants (2010)

 

Mathias Enard est aussi traducteur et a déja traduit des auteurs comme Mizrâ Habib Esfahâni (lettré Iranien du XIXeme siècle )   ou encore Youssef Bazzi (journaliste libanais à Al-Mustaqbal).

 

                                                                  Le Roman:

Parle leur de batailles de rois et déléphants, raconte le séjour en l'année 1506, du célèbre artiste de Génie: Michel Angelo Buenarotti, sur les terres du sultan Bayezid (Bajazet II), dans la ville de Constantinople, à l'occasion de la construction d'un pont. Il sagit là d'un roman à la fois hitorique et fictif, mêlant parfois les pensées de Michel Ange, à celles d'un narrateur inconnu. Le récit présente parfois des paragraphes à forte inspiration orientale, dans le style des auteurs/poètes arabes, perses et turques de l'époque.

mathias enard

 

                                                                                 Avis:

 J'ai beaucoup apprécié ce livre; entre autre parce qu'il raconte une histoire à l'époque de la Renaissance, l'une de mes périodes historiques favorites, mais aussi parce que l'intrigue se déroule à Constantinople, soit en territoire turc. Il m'a rappelé de vieux contes arabes, très colorés, que j'aime beaucoup. Enfin, je crois que ce roman donne une toute autre vision du "monde musulman" d'époque, et de l'artiste Michel Ange, ainsi qu'une description très parlantes des rues et de la vie de l'actuelle Istambul. Parfois un peu difficile d'accès (par la longueur de certaines phrases notamment, ou encore la "non-identification" de personnages précis dans certains passages), ce roman reste pourtant l'un de mes favoris, de tous ceux que j'ai pu lire jusqu'ici (hors prix goncourt lycéen compris), car il a su répondre à la plupart de mes attentes. Je le conseille à tous ceux qui veulent découvrir des choses: ce roman, je ne l'ai pas dévoré, mais dégusté plusieurs fois, tant il est court et complet à la fois. Pour moi, c'est un travail qui peut répondre sans prétention aucune, à la définition que je me fais de "Chef d'oeuvre".

 

                      Ghalia

 

Ludwig: Un sujet très vaste que l'auteur a réussi à décrire avec une bonne plume mais je pense que vu que le sujet était trop vaste l'auteur n'a pas réussit à aller en profondeur. C'est un bon livre, avec un histoire prenante qui réussit à nous mener aisément à Constantinople à travers le personnage principal dont le caractère est bien donner, mais à pars quelques passages je n'ai pas vraiment perçu d'émotions bien que parfois elles sont longuement décrites. On reste sur sa fin, On aurait aimer avoir un livre plus long avec plus de détails et une histoire sous un angle encore plus personnel sur le personnage principal.

 

 

Maïwenn: J'ai bien aimé ce livre. En effet, Mathias Enard nous dévoile l'intimité et les secrets les plus inaccesibles d'un des plus grands artistes du XVème siècle : Michel Ange. De plus il nous précise étape par étape la création de son pont à travers ses dessins ses plans mais aussi de ses listes. Je recommande donc vivement ce roman.

 

Emilia:     Un livre à l'histoire intéressante mais, à l'écriture compliquée. Le contexte politique et religieux historique se mêle bien à l'histoire fictive. En le prenant, je me suis dit, voilà un livre qui doit être intéressant, à la belle écriture,

et de plus, il se compose de seulement cent cinquante pages. Mais, après la lecture des vingt premières pages, j'ai vraiment compris qu'un livre à peu de pages, n'est pas forcément le meilleur, le plus simple de lecture et donc le plus rapide. Effectivement, j'ai trouvé ce livre long à lire car l'écriture est assez compliquée en elle-même, ainsi

que les passages au récit épistolaire. J'ai donc eu assez de mal à me plonger dedans. Et pour dire franchement, j'ai trouvé ce roman long et ennuyeux. Je n'avais vraiment pas l'ambition, la motivation pour le lire. Je trouve qu'il y a beaucoup trop de choses importantes, et donc, il m'étais presque impossible de prendre des notes, car, elles

se résumaient à du copier-coller de tous les chapitres, si on peut appeler ça comme ça. Car il sont bien courts et seulement délimités par un petit changement de pages. Par contre, j'ai bien aimé le côté poétique de l'auteur, par exemple à la première page. Donc, pour conclure, je suis personnellement déçue de ce livre. Après, je le recommande quand même.

 

Gwenn :

Un livre qui ne m’a pas vraiment plus malgré que le personnage principal soit une personne historique ainsi que la ville de Constantinople.

Je n’ai pas réussit a rentrer dans l’histoire et n’ai pas été transporté, même si je l’ai lu assez rapidement. Il y a tout de meme beaucoup de description ce qui m’a bloqué pour suivre l’histoire. Au final un livre intéressant pour « connaître » l’Histoire mais qui n’aurait peu être pas dût être publié sous forme d’un livre.

 

 

Perrine : Pour moi, le roman de Matthias Enard cache bien son jeu. A première vu, nous pourrions croire que c'est un livre banal que nous pourrions lire en deux heures tout au plus. Mais dès les premières lignes je me suis rendue compte que en effet, j'allais dévorer ce récit car le cadre spatio-temporel m'a plus énormément mais aussi que l'auteur utilisait une forme d'écriture inhabituelle. L'usage de mots parfois quelque peu laborieux ralenti la lecture. Ce n'est pourtant pas pour autand qu'il ne faut pas lire "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants", ce roman est fabuleusement merveilleux.

 

 

Marie :  "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" est un livre qui ne m'a pas vraiment plu. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, et pourtant, l'envie était présente !

Malgré le contexte qui lui, est intéressant, par le fait que Michel Ange soit le personnage principal, j'ai trouvé l'écriture compliquée, et l'histoire longue.

C'est pourquoi j'ai mit du temps à lire ce livre, malgré le "peu" de pages qui le constitue.

Je me suis rendu compte qu'un livre de 150 pages peut être plus compliqué et plus long à lire qu'un livre de 300 pages.

L'histoire en elle même est intéressante, puisqu'on nous présente la vie d'un des plus grands artistes au monde.

Mais c'est surtout l'écriture qui m'a dérangé, le trop plein de description..

Cependant, il faut lire ce livre. C'est toujours intéressant d'en savoir plus...

 

  Edouard:  "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" est un livre assez attirant du fait de son cadre spatio-temporel, mais pas très divertissant. J'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l'univers qui nous est proposé par l'auteur au début du récit, excépté que l'histoire se déroule durant la Renaissance. Au fil du roman, on se lasse des maintes descriptions à l'égard des personnages, mais aussi des lieux; de plus la mise en avant des nombreux passages épistolaires ne font que ralentir la lecture. Ce n'est pas un livre facile de lecture, bien qu'il ne se compose que de cent cinquante pages. Deuxièmement certains passages dans cet ouvrage restent flous à cause de l'identification inexistante des personnages en question (ou des lieux parfois).

A contrario, j'ai pris plaisir à lire ce livre puisqu'il m'a semblé parfaitement redécrire la vie d'antan du monde oriental et occidental; mais je reste persuadé que l'auteur aurait pu imaginer une fin un peu moins baclée/médiocre, même si elle se démarque des fins habituelles.   

 

Elodie: "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" de Mathias Enard, est un livre qui en le voyant ne m'as pas spécialement donné envie de le lire.

Des les premières pages, je n'ai pas du tout accroché avec le style d'écriture. Je trouve le langage qu'utilise l'auteur, n'est un langage auquel j'ai l'habitude d'être confrontée. Je trouve qu'il a beaucoup, même trop de description ce qui rend l'histoire longue a lire.

Au contraire, ce qui m'a plus en lisant ce livre est l'histoire en elle-même: On apprend des choses sur Michel-Ange et sur Constantinople, ville sur laquelle il débarque et où il va construire un pont.

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 17:38

Chantal Thomas

(Photographie de Jerry Bauer ©)

 

Biographie :

 

Née à Lyon en 1945, cette femme passe par tous les domaines. Ecrivain, historienne, essayiste, directrice du centre national de recherche scientifique et enseignante dans des universités américaines, Chantal Thomas est considérée comme la spécialiste du XVIIIème siècle.

 

 

 

Quelques oeuvres de cet auteur :

Depuis 1978, Chantal Thomas est l'auteur de nombreuses oeuvres telles que des nouvelles, des essais, des pièces de théâtre, ou encore des romans.

 

  • 1978 : Sade, L'œil de la lettre
  • 1985 : Casanova, Un voyage libertin
  • 1991 : Don Juan ou Pavlov, Essai sur la communication publicitaire
  • 1989 : La Reine scélérate, Marie-Antoinette dans les pamphlets
  • 1990 : Thomas Bernhard
  • 1994 : Sade
  • 1995 : La Vie réelle des petites filles
  • 1998 : Comment supporter sa liberté
  • 2002 : Les Adieux à la Reine
  • 2003 : La Lectrice-Adjointe, suivi de Marie-Antoinette et le théâtre
  • 2003 : Souffrir
  • 2004 : L’île flottante
  • 2005 : Apolline ou L’école de la Providence
  • 2005 : Le Palais de la reine
  • 2006 : Chemins de sable, Conversation avec Claude Plettner
  • 2006 : Jardinière Arlequin, Conversations avec Alain Passard
  • 2008 : Cafés de la mémoire
  • 2010 : Le Testament d'Olympe

 

 

 

Le Testament d'Olympe
 

 

Résumé de l'oeuvre :

 

L'histoire du Testament d'Olympe se déroule au cours du XVIIIème siècle, sous le règne de Louis XV durant la guerre de sept ans.Cette oeuvre est divisée en trois parties qui retracent la vie d'Apolline et de sa soeur Ursule. L'auteur nous présente tout d'abord leur famille, leur mode de vie, principalement basé sur la religion, etc ... On y découvre que cette famille a été victime de nombreux soucis : entre famine et maladies, beaucoup de leurs enfants sont morts très jeunes. Très vite, le lien entre les deux soeurs nous est présenté, à la fois complice et fusionel. Mais, au cours du roman, un événement vient perturber cette relation : la disparition d'Ursule. Les années passent, les proches d'Apolline sont contraints de l'oublier. Leur avenir doit donc se tracer sans elle. Les soeurs d'Apolline apprennent à tisser, tandis que celle-ci est amenée au couvent. Mais malgré cela, elle ne parviendra jamais à oublier Ursule, son ainée.

Les débuts d'Apolline, au couvent, sont difficiles jusqu'à sa rencontre avec Mathilde, une jeune fille indisciplinée ayant été renvoyée de nombreux établissements. Elle établit avec elle une forte amitié, durant de nombreuses années. Elle parvient alors à oublier les nombreuses contraintes que présente le couvent, et rencontre même le frère de son amie. Mais au départ de cette dernière, la mélancolie la reprend. Les jours se suivent alors, et se ressemblent, jusqu'à ce qu'un incendie détruise le couvent. Apolline retourne donc chez ses parents avant d'aller travailler dans la capiltale en tant que préceptrice. Mais un jour, notre héroïne reçoit une mystérieuse lettre signée du prénom « Olympe ». Elle se rend donc à la gendarmerie de Paris, comme demandé dans la lettre et découvre qu'Olympe est en fait Ursule. Cette dernière, gravement malade, meurt aux côtés de sa soeur. Celle-ci récupère alors le testament d'Ursule, mais décide de ne pas le lire. Après sa mort, Apolline retrouve le frère de sa meilleure amie, Adrien, dont elle tombe éperdument amoureuse. Ce dernier l'aide à retrouver le courage de lire le testament laissé par sa soeur.

On observe alors un changement de narratrice. Ursule prend ainsi la parole à travers son testament. Elle raconte tout d'abord son enfance, nous fait découvrir sa personnalité puis nous raconte toute son histoire depuis sa fuite. On apprend qu'elle a rencontré le secrétaire du duc de Richelieu, un poète. Elle s'arrange pour que celui-ci la prenne sous son aile. Durant cette période, Ursule fait aussi connaissance avec le duc de Richelieu. Celui-ci, de même que le poète s'occupe d'Ursule, la nourrit, se confie à elle, etc. Jusqu'au jour où Ursule, se fait enlever. On apprend plus tard qu'il s'agit d'un complot. En effet, le duc de Richelieu offre Ursule, préservée vierge, au roi Louis XV. Ce dernier la défleure et se confie à elle. Jalouse de l'amour que le roi porte à une autre femme, Ursule décide de tomber enceinte de lui. Cette dernière accouche d'un petit garçon appelé Louis. Le roi le reconnaît, mais peu de temps après le poupon tombe malade et meurt.

Charles & Laura.

 

Les Personnages principaux :

 

Ursule : Ainée d'une famille bordelaise très croyante, Ursule est une jeune fille qui depuis toute petite, a toujours renié sa famille, la pauvreté de sa vie, etc... C'est ainsi qu'un jour, elle décide de s'enfuire. De s'enfuire pour partir à la conquête d'une vie nouvelle, de son eldorado, fait de luxe et de richesse. Ursule est donc une jeune femme à l'esprit très rebelle, prête à tout pour arriver à ses fins ce qui la perdra...

   

Apolline : Cadette d'Ursule, Apolline est une enfant hantée par la disparition de sa soeur et dotté d'une grande fragilité. Elle sera rapidement enmenée au couvent

 

Le Duc de Richelieu :  Gouverneur d'Aquitaine, il s'agit d'un personnage clé de l'histoire, appartenant également à l'Histoire puisqu'il est considéré comme le plus grand libertain du XVIIIème siècle. C'est lui qui amènera Ursule, alors rebaptisée Olympe, dans ses bagages afin de l'offrir au roi Louis XV.

 

Louis XV : Tout comme le Duc de Richelieu, il s'agit d'un personnage appartement également à l'Histoire de France. En tant que spécialiste du XVIIIème siècle, Chantal Thomas retranscrit, dans son oeuvre, la personnalité de ce roi attiré par le péché, les femmes et la mort.

 

  Le portrait d'une époque

 

En cernant son oeuvre sur le XVIIIème siècle, et en intégrant deux personnages importants ayant réellement appartenus à l'Histoire durant cette époque, Chantal Thomas parvient à nous montrer le statut et les conditions des femmes, alors soumises. Tous les aspects du XVIIIème siècle sont alors traités : du libertinage jusqu'à la religion, en passant par la famine et les maladies. L'auteur mérite donc son statut de spécialiste du XVIIIème siècle en dressant un portrait réaliste et précis de cette époque.

 

Sources : Wikipedia.org / Mondalire.com

 

Avis des lecteurs :

 

Charles :

 

Deuxième lecture à l'occasion du Goncourt des Lycéens. L'histoire retrace la vie d'une jeune fille et de sa soeur. Contrairement au Coeur Régulier, un évènement retient notre attention et nous accroche à cette oeuvre : la disparition d'une des deux soeurs. Evidemment, j'ai trouvé certains moments assez longs et ennuyeux (le chapitre sur le couvent, par exemple). Ce que j'ai bien aimé dans la structure du roman, c'est la division que l'on peut faire entre les deux moitiés. En effet, Apolline est la naratrice dans la première moitié. On trouve ensuite une transition entre ces deux moitiés : la mort de sa soeur et le testament qu'elle a lui a laissé. S'en suit alors un changement de narratrice : sa soeur défunte, à travers son testament qui raconte toute sa vie depuis sa disparition. A partir de cette deuxième moitié, j'ai eu la sensation de lire un autre roman (dont l'histoire et tout aussi intéressante et nous dévoile de nombreux éléments concernant la société du XVIIIème siècle). D'après moi, c'est ce qui fait toute l'originalité du Testament d'Olympe.

 

Laura :

 

Le Testament d'Olympe est un livre que j'ai beaucoup apprécié (même s'il on peut connaître quelques difficultés de lecture dans les premières pages).

Ce roman nous apporte de nombreuses informations historiques, en particulier sur le XVIIIe siècle, et l'année 1..., où la population a énormément souffert de famine, etc... Mais ce récit dénonce également la difficulté de la vie des femmes à cette époque, à travers le libertinage ou même, la vie au couvent qui pouvait parfois être sordide. Ces informations nous sont apportées grâce au témoignage de deux femmes, de deux soeurs (Ursule et Apolline), qui ont connu des destin très différents, mais qui au fond, ont toujours été liés...

Un livre que je recommande vivement !

 

Adrien :

 

Ce roman possède une belle histoire , du moins interessante , dans un contexte du XVIII e siècle . Bien que le fond puisse être bon , je n'ai pas apprécié la lecture car je le trouvais trop ennuyeux . Je n'ai tout simplement pas accroché . Trop de details inutiles viennent , à mont goût ,  alourdir le récit déjà bien assez complet comme ca . Néanmoins , il reste un livre au quel il faut s'interesser car son contexte historique est assez riche .

 

Agathe : 

 

J'ai vraiment adoré le Testament d'Olympe. C'est un livre vraiment très bien écrit et l'histoire est intéressante. Par contre je trouve dommage qu'on ne sache pas comment réagit Apolline à la lecture des mémoires de sa soeur. Mais mis à part cela, le livre est vraiment génial !! J'ai tout de suite apprécié la lecture et je suis rentrée dedans très rapidement ( peut-être parce que  je venais de finir avec Houellebecq ) mais en tout cas je ne trouve rien à redire à cette histoire.

Un livre que je conseille à tout le monde.

 

Camille : Je dois avouer qu'au début, j'ai eu un peu de mal à me mettre dans Le Testament d'Olympe. C'est le tout premier livre du Goncourt que j'ai lu et il m'a fait un peu peur, notamment à cause d'un vocabulaire plutôt recherché, un peu trop même. Toutefois, j'ai eu raison de m'accrocher puisqu'il ne m'a pas du tout déçue !  Qu'on passe de la narration d'Apolline à celle d'Ursule/Olympe pour qu'elle nous raconte son histoire m'a certes surprise mais plutôt agréablement. L'histoire en elle-même est tout simplement belle, avec un éventail de détails sur le XVIIIeme siècle très apprécié pour en connaître plus sur cette époque. Seul bémol que je trouve, tout comme Agathe, c'est qu'on n'a aucune idée de la réaction d'Apolline à la lecture du testament de sa soeur... 

 

Océane:  J'ai vraiment apprécié Le Testament d'Olympe tant par l'histoire que par le style d'écriture qui n'est pas forcément simple mais pas complexe non plus. Je dois avouer que j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire car le début est assez compliqué à comprendre. Puis au bout de quelques pages j'ai vraiment accroché. Malgré le registre de langue assez soutenu, l'histoire reste compréhensible. Passer du récit d'Apolline à celui de sa soeur aînée est intéressant tout comme l'époque à laquelle cela se passe. La précision de certains détails nous permettent ,par moment, de se croire nous-même au XVIIIe siècle. On découvre la vie pas toujours facile des jeunes filles au couvent (grâce à Apolline) et la vie à la capitale pour les "favorites" du roi à l'époque (grâce à Ursule) et le "fayotage" dont quelques-uns étaient capable pour se faire bien voir du chef de l'Etat (Richelieu, par exemple). La façon dont le roi traîte Olympe après son accouchement est horrible et est totalement contraire aux traitements que cette dernière recevait au début de sa liaison avec Louis XV.

Seule remarque négative, le fait qu'on ne sache pas comment Apolline réagit face aux révélations d'Olympe nous laisse un peu sur notre fin (comme l'a dit Agathe).

Repost 0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 21:39

http://www.buzz-litteraire.com/images/olivier-adam-passer-hiver2.jpg

Olivier Adam

 

Olivier Adam est un écrivain et réalisateur français né le 12 juillet 1974 à Draveil, en Essonne. Il suit des études de gestion d'entreprises culturelles, mais subit une période de "trou noir" pendant laquelle il commence à écrire. Il participe, en 1999, à la création du festival littéraire Les Correspondances de Manosque puis publie l'année suivante son premier roman, Je vais bien, ne t'en fais pas qui sera adapté au cinéma en 2006 et réalisé par lui-même. Une autre de ses oeuvres, A l'abri de rien, a été adapté en téléfilm sous le titre de Maman est folle. Sa première diffusion a eu lieu le jeudi 22 novembre 2007.

Il vit actuellement à Saint Malo avec sa compagne Karine Reysset, auteur de livres pour enfants.

 

Oeuvres :

  • 2000 : Je vais bien, ne t'en fais pas, La Dillettante.
  • 2001 : A l'Ouest, Éditions de l'Olivier.
  • 2003 : Poids léger, Éditions de l'Olivier.
  • 2004 : Douanes, nouvelle parue dans le cadre de Lille 2004, Capitale européenne de la culture.
  • 2004 : Passer l'hiver (nouvelles), Éditions de l'Olivier.
  • 2005 : Falaises, Éditions de l'Olivier.
  • 2007 : A l'abri de rien, Éditions de l'Olivier.
  • 2009 : Des vents contraires, Éditions de l'Olivier.
  • 2010 : Le coeur régulier, Éditions de l'Olivier.

 

http://storage.canalblog.com/82/04/350527/56384618_p.jpg

 

Le coeur régulier

 

Le coeur régulier est un roman contant la vie de Sarah, femme d'affaires parisienne, maîtresse d'une vie parfaite. Un mari adorable, deux grands enfants déjà adolescents, des parents qui l'aiment, un frère qu'elle qualifie de jumeau tant ils sont proches. Etaient proches seraient meilleurs termes. Car si elle, en se rendant maîtresse d'une vie si belle dans un quartier résidentiel d'une ville de banlieue, est rentrée dans la norme, lui n'a jamais voulu suivre le même chemin. La drogue et l'alcool jonchaient ses pas, et ce défi fou de se faire publier, était-il vraiment très sain ? Elle s'est complaite dans cette vie parfaite en laissant le fossé se creuser entre eux. Une vie parfaite qui bascule pourtant quand Nathan, son frère, décède d'un accident de voiture qui maquille sans doute un suicide. Bouleversée par ce décès si brutal, elle s'enfuit au Japon, sur les traces de l'âme de son frère. Et cherche cet homme qui sauve les vies en posant simplement une main sur une épaule...

 

 

Mon avis

J'ai tout simplement dévoré ce livre. Une après midi. Certes, j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, mais une fois plongée dans l'histoire, je n'en suis pas ressortie. Rien que les paysages du Japon me permettaient de voyager, étant une grande passionnée de ce pays, mais surtout, c'étaient les questions que je me posais au sujet du personnage principal et de la narratrice - Sarah - qui m'ont poussée à lire ce livre d'une traite. Le contraste entre la vie française si ennuyeuse de Sarah et les journées qu'elle passe au Japon, faites de sérénité et de calme, sont assez frappants, du moins pour ma part. Mais ce qui choque le plus, c'est la déchirure qu'elle subit quand elle se rend compte du pourquoi de son éloignement avec Nathan. Et malgré une écriture assez dérangeante, avec une ponctuation souvent méprisée et des phrases longues qui essoufflent, ainsi qu'une fin qui laisse se poser des questions, ce livre est simplement une petite perle. A lire !

 

Sources : Wikipédia, Buzz Littéraire, République des Lettres.

Camille.

 

 

Joséphine :


 

Je n'ai pas vraiment aimé ce livre, on nous raconte une histoire qui n'est pas captivante. Ce n'est pas clair ni très original, par contre je trouve que les personnages sont attachants, leur psychologie est bien déterminée. Malgré l'histoire cette femme m'a touché l'auteur fait appel aux sentiments du lecteur, peut etre que si j'avais vécu la même chose je n'aurai pas vu le livre de cette manière. Le thème principal peut aussi permettre a l'auteur de se poser certaines question sur la mort et la vie, mais aussi sur ce qu'on peut en faire comme cet homme, cette célébrité qui sauve les suicidaires. Le point négatif est la description des lieux c'est a dire du Japon, de ses falaises, du village, des maisons enfin tout. Cela pèse sur l'histoire et c'est en grande partie pour cela que je livre m'a ennuyé.

 

 

 

Charles :

 

Mon avis sera probablement l'un des plus compliqués. Après la lecture de ce roman, j'ai trouvé l'histoire intéressante et assez accrocheuse (malgré le style, plutôt lourd à certains passage). Seulement après réflexion, je trouve l'histoire légèrement ennuyeuse. En effet, deux thèmes sont  abordés au cours du roman : l'amour et le suicide. A première vue, ils peuvent paraître intéressants, mais ils n'en deviennent pas moins lassants. Malgré ça, le narrateur est parvenu à susciter, chez moi, une certaine réflexion sur ces thèmes. La structure même de l'oeuvre est assez originale (bien qu'elle me rappelle légèrement celle du Rapport de Brodeck): la vie présente du personnage principal, Sarah, tout en revenant sur des faits passés (sa vie antérieure, son mariage, etc ...). C'est une oeuvre destinée à retracer la vie d'un personnage, un évènement de sa vie. Autrement dit,  il ne s'agit pas d'un roman plein d'actions et de rebondissements : il n'y a de réelle intrigue. Attention à mal interprêter mon opinion sur ce roman : nulle part je n'ai écrit que je ne l'ai pas aimé. J'ai toujours trouvé ça intéressant de connaître la vie, les sentiments et l'état d'esprit d'une personne. Mais je trouve que ce type d'oeuvre ne mérite qu'une première et unique lecture.

 

Ludwig :

 

Une écriture très agréable et fluide, une trame intéressante, des personnages complets et très bien décrits. Le personnage principale évolue au fur et à mesure du livre et la chute est très bonne.(Une des seules bonnes chutes que j'ai lu pour le moment dans la selection). Toute la remise en cause de ce personnage, toutes ses questions qu'elle se pose, tout ses problèmes et sa vie en elle même sont captivants. On commence à connaitre le personnage, on va même l'apprécier ou non, la comprendre ou non mais on conclu, grace à la fin, qu'elle n'est pas si désespérée que ça et on imagine une suite plus heureuse qu'on aurait pu penser l'être. Un livre que je recommande.

 

Marylou:

 

Pour être honnête je n'ai même pas finit ce livre, trop de description qui rend la lecture vraiment lassante, longue et surtout une histoire ininteressante. Donc je ne conseil pas son livre qui est un livre vraiment peinible a lire.

 

Gwenn :

 

 

Le livre est facile a lire, l'histoire en elle meme est interessante malgré que la première partie du livre (presque toutes les pages comprennent les mots sucide et falaise) nous donne du mal a rentrer dedans.

Moi qui d'habitude n'aime pas les descriptions j'ai trouvé que celles des personnages etaient intéressantes et bien définits en revenche celle du Japon est plutot longue et ininteressant. Sarah est un personnage qui nous fait nous interroger sur beaucoup de choses puiqu'avec la mort de son frère et son séjour au Japon elle se remémore des moments de sa vie et se remet en question.

 

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 18:50

  

    Marc Dugain

 

  dugain 1 

 

    Marc Dugain, est né le 3 Mai 1957 au Sénégal. Mais, est arrivé en France à l'âge de 7 ans. Pendant son enfance, il accompagnait son grand-père à la maison des gueules cassées de Moussy-le-Vieux, château ayant recueilli les soldats de la première guerre mondiale mutilés du village à l'origine de son premier roman, la chambre des officiers, en 1999.

  Il a déjà reçu une vingtaine de prix littéraires, dont, le prix des libraires en 1999, le prix des deux-Magots, également en 1999, et le prix Roger Nimier, aussi en 1999, pour ce premier roman. Mais aussi, le prix du RTL lire en 2007.

  Il a également écrit: _ Compagnie Anglaise en 2000: analyse la solitude et la quête amoureuse d'un homme d'affaire anglais de quarante ans.

                                    _ La malédiction d'Edgar en 2005.

                                    _ En bas les nuages en 2008: recueil de brèves nouvelles où sept hommes d'aujourd'hui, "nagent" dans leur vie entre solitude et faux-semblants.

                                    _ Une organisation ordinaire en 2007 (=BD)

 

    Et bien sûr,             _ L'insomnie des étoiles en 2010.

 

 

   Il a aussi réalisé le film sorti en février 2010, Une exécution ordinaire.

 

 

 

 

 

                                             L'insomnie des étoiles

  Marc Dugain L'Insomnie des étoiles

    L'insomnie des étoile, est un livre hitorique et policier à la fois.

L'histoire se passe à la fin de la seconde guerre mondiale, en Allemagne, et donc en 1949. En Automne pour être exacte, au début de l'histoire.

Car, plus les pages défilent, et plus le temps file.

Maria, une adolescente de 15ans, est retrouvée seule dans la ferme de son père, lui même parti au front. L'histoire, se déroule dans la Mairie de la ville, où a été hébergé Maria par les soldats Français qui l'ont trouvés. En particulier, le capitaine Louyre, qui ayant trouvé le cadavre d'un homme dans le "jardin" de la ferme, a décidé d'enquêter, non pas seulement pour savoir qui est l'assassin (un officier Allemand). Mais aussi sur la ville en elle même, en particulier, sur son soit disant institut de convalescence (qui est en fait un hôpital...) anciennement dirigé par le docteur Halfinger. Car maintenant fermé mais le Dr est toujours payé, malgré sa fausse mise en retraitre, étant donné qu'il n'a pas encore l'âge d'y être.

  Il découvrira plusieurs choses intéressantes au cours de son enquête. Avec Maria, qui devient une femme, toujours logée dans ses bâtiments.

  Louyre, lui lit les lettres que son père lui avait écrit et qu'elle n'avait pas pu lire car ses chevaux, avaient écrasés ses lunettes lors d'une tempête au tout début du livre.

 Maria devient donc très vite orpheline.

 

                                                    Nos avis

 

    Rien qu'à l'histoire, je peux dire, que j'ai sincèrement plus qu'adoré ce roman. Comme dirait certains, je l'ai dévoré. En deux soirées précisément. 

Mais, je l'ai gardé une semaine, pour pouvoir revoir mes nombreuses notes, et l'étudier encore un peu. Tellement je l'ai aimé. Je ne suis pourtant pas très fan de romans policiers d'ordinaire. Mais là, à la différence de tous les autres livres policiers que j'ai eu l'occasion de lire, il ne s'y trouve pas énormément de description. Or, je n'aime pas vraiment les descriptions. Donc, j'ai trouvé qque ça faisait un premier point positif pour Marc Dugain. 

Il y a juste l'essentiel. De plus, le style d'écriture, est simple. De niveau début collège je diarais même. Des mots simples mais expressifs sont employés.

Un vocabulaire varié malgré sa simplicité. Un roman à la porté de tous. Que je recommande fortement. Mais, il est vrai, qu'à la fin du roman, il y a plus d'explications. Qui peuvent être inintéressantes pour certaines personnes. Comme par exemple, quand le Dr Halfinger parle des schizophrènes. Dont d'ailleurs, j'ai recopié la définition, (assez longue je dois l'avouer). Etant donné que j'aurais souhaité être psychiatre ou psychanaliste. Mais, ça n'a rien avoir avec le livre, donc...

  Ainsi, que l'explication de l'incarnation de la mère à Maria, Clara Ritcher.

 Bien que certaines personnes, comme Maïwenn qui l'a expliqué, trouve le vocabulaire trop simple justement, et la fin étrange. Après c'est chacun ses goût. Mais, MOI, j'ai vraiment, adoooooooré!!!

 

 

                                                                                                                                          Emilia.

 

  Le livre de Marc Dugain, "L'insomnie des étoiles" est tout d'abord une énigme policière qui nous entraine dans un lointain village allemand, au lendemain de la seconde guerre mondiale. On se place alors, dans la peau d'un enqueteurs pret à découvrir un secret dans ce village perdu. Ce qui est déconcertant, par rapport aux enquetes réalisés par les alliés dans les grandes villes. Pour ma part, le début du livre est très "accrochant", on s'attache aux personnages et à leurs vies, et on cherche au fur et a mesure des pages à en savoir plus sur la jeune allemande, Maria. Malheuresement je trouve, que l'auteur à choisi une piste dangeureuse, en choissisant un sujet très sombre; la maladie mentale en comparaison avec la seconde guerre mondiale. Ce livre ne m'as pas particulièrement plus, alors qu'au départ celui-ci m'avait l'air très intérrésant. J'ai donc été plutot déçu, car ce livre aurait peut-etre gagné d'authenticité si, l'auteur avait fait plus attention à faire référence au contexte histoire dans lequel il se trouve.

 

                                                                                                                                             Louise.

 

Joséphine :

J'ai adoré ce livre ! Comme Emilia je le trouve vraiment facile a lire pour tous. Je l'ai lu très vite moi aussi, on rentre très facilement dans ce livre. L'histoire est originale dans le sens où l'auteur parle d'un contexte très précis de l'après-guerre du point de vue des francais. De plus on rentre directement dans une sorte d'enquète où une jeune fille est méllée a un meurtre sordide. Petit a petit on passe d'une simple affaire policière à une enquète a l'échelle mondiale. On passe par deux point de vue différents au cour du moment ce qui permet d'avoir un autre aperçu de l'histoire. Les personnages sont bien définis et attachants on peut également voir leur évolution en cour du roman notament celle de Maria la personnage principale. Les thèmes présents dans le romans se trouvent seulement vers la fin du livre ce qui nous tient en alerte pendant tout le long. Ces thèmes sucitent une grande reflexion sur un aspect de la seconde guerre mondiale dont on parle moin souvent. En bref ce livre m'a vraiment plu et je le recommande vivement !

 

Océane: 

  Je n'ai vraiment pas du tout accroché avec ce livre. Le début qui semble aboutir sur une enquête m'a plu mais après j'ai déccroché. Les descriptions sont beaucoup trop longues à mon goût et j'avais parfois l'impression de me perdre dans les explications du narrateur ou du personnage qui parlait. J'ai trouvé intéressant de parler de la schizophrénie mais encore une fois c'était beaucoup trop long...

 

Morgane Pr :

 Au début, j'ai réussi à rentrer dans le livre car le commencement de l'histoire a attiré mon attention je me demandais ce qui allait arriver à Maria, pourquoi son ère l'a abandonné enfin pleins de questions m'ont poussé à continuer. Mais au bout d'un moment, j'ai trouvé l'histoire trop longue, ralentie par des descriptions, c'est devenue une histoire pesante et parfois je me retrouvait désorientée entre les explications du narrateur, les réflexions de l'officier et celle de la jeune fille. De plus, ce qui m'a énormément déplu c'est qu'on se retrouve nous lecteurs on reste sur notre fin ce qui est décevant... Néanmoins, j'ai apprécié certains aspects de l'histoire comme la psychologie de l'officier Louyre qui est très intéressante mais aussi le contexte historique je n'avais jamais lu un livre qui parle de l'après-guerre puisque il est question de la reconstruction de l'Allemagne après la chute du nazisme . Un livre que je ne recommanderais pas en priorité.

 

Maïwenn: 

 Une enquête policière qui dès le début met le lecteur en suspense. Cependant, je trouve que l'auteur fait trop de description et qu'il se perd lui-même dans cette enquête, qu'il conclut trop vite. Néanmoins le sujet de la guerre ainsi que le sort réservé à Maria reste intéressant.

 

Gwenn:

Au départ j’ai trouvé ce livre intéressant et facile a lire. J’ai trouvé que l’enquête de l’officier et « l’histoire » de Maria, n’avait pas vraiment de rapport (Bien que l’hospice en ai un avec la mère de Maria), cette enquête au début parait intéressante mais je trouve qu’elle n’a abouti a rien elle aurait pu très bien ne pas apparaître dans le roman,il n’y aurait pas eu beaucoup de différence puisque on ne nous révèle pas ce qu’il c’est réellement passer ; l’officier garde cela pour lui (ce qui donne l’impression d’une histoire non finit). D’autre part je trouve que la fin est baclée, j’ai eu l’impression que l’auteur a voulu finir ce roman car il n’avait plus le temps de l’écrire.

 

Marie :

Pour ma part, mon avis sur "L'insomnie des étoiles" reste mitigé... Je dois dire que dès les premières pages du roman, je me suis de suite senti plongé dans cette histoire où se mêlent tristesse, suspens.

J'ai donc adoré la première partie de l'histoire, car je trouvais que celle-ci était riche en rebondissement.

Mais plus l'histoire avançait, plus je trouvais les passages longs, et de moins en moins captivant...

Trop de description, surement.

Je dois avouer que je me suis perdue, à un moment, entre ces explications qui ne se terminait jamais.

Puis, à la fin du livre, je fus déçu. Je m'attendais à une fin plus convaincante. Je suis un peu resté sur ma fin, à vrai dire.

Néammoins, il faut lire ce livre. Car il traite quand même une période très importante dans l'histoire, et très difficile : la seconde Guerre Mondiale. C'est toujours intéréssant d'en savoir plus sur cette période tragique qui marquera grandement l'histoire.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages