Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 14:14

Pars vite et reviens tard de Fred Vargas

 

Biographie de l’auteur :

Fred Vargas, de son vrai nom Frédérique Audoin-Rouzeau, est née le 7 juin 1957 à Paris. Elle est écrivain et archéologue. Elle choisit comme pseudonyme « Vargas » qui est le même que celui de sa sœur jumelle Joëlle qui est peintre contemporaine connut sous le nom de Jo Vargas. Mais il fait aussi référence à « Maria Vargas » qui est un personnage du film La comtesse aux pieds nus. Elle a écrit une quinzaine de romans policiers à fort succès comme : Dans les bois éternels (2006) ou Un lieu incertain (2006). Elle a aussi écrit quelques essais philosophiques.

 

Choix du titre :

Le titre « Pars vite et reviens tard » évoque un conseil formulé par les traités de médecine du Moyen-Âge en cas d’épidémie de peste qui est : « Cito, longe fuegas et tarde redeas ». C’est-à-dire : Fuis vite, longtemps et reviens tard. C’est le célèbre remède des trois adverbes « Vite, Loin, Longtemps » en français et « Cito, Longue, Tarde » en latin ; d’où CLT. Ces trois lettres sont retrouvées plusieurs fois dans le livre.

 

Composition et style du récit : 

Le récit est composé de 38 chapitres. C’est une histoire racontée par un narrateur externe, il sait tout et voit tout. Le roman contient du dialogue mais aussi du récit. C’est une histoire qui est racontée au passé et qui évoque la grande peste de Paris.


Les intrigues du récit :

Le roman raconte au départ deux histoires différentes qui se rejoignent au fur et à mesure des premiers chapitres pour former une seule histoire au final. La première est, à première vue, une histoire banale d’une femme venant porter plainte car des grands chiffres « 4 » sont peints sur les portes de son immeuble ; et la deuxième un peu plus complexe est celle de lettres qu’un crieur public lit et qui parlent de la peste dont un des personnages principaux va essayer d’en comprendre le sens mais aussi de découvrir l’auteur de ces messages et quel est son but. Ce sont toutes ces questions que nous nous posons au cours de ce récit, surtout lorsque les deux affaires se transforment en une seule, nous commençons donc à soupçonner tous les personnages.


Les thèmes du récit :

Les thèmes de ce récit sont le crime, l’enquête.., car le roman parle d’une enquête criminelle.

Nous avons aussi le thème de la vengeance car toute cette mise en scène part d’une vengeance qui a eu lieu des années avant cette histoire ; mais aussi de la peste car tous tournent autour de la peste 

Il y aussi beaucoup de suspense et nous retrouvons également une absence de méthode d’investigation de la part des policiers.


Les personnages :

Jean Baptiste Adamsberg : C’est le personnage principal, c’est un commissaire flâneur et zen qui n’a pas de méthode d’investigation particulière.

Adrien Danglard : C’est un inspecteur méthodique, divorcé et père de cinq enfants.

Joss Le Guern : C’est un ancien marin devenu crieur public, il est grossier et brutal.

Damas : Son vrai nom est Arnaud Damas Heller-Deville, on ne sait pas beaucoup de choses sur lui.

Decambrais : C’est un ancien professeur d’histoire qui va examiner les lettres que Joss trouve dans sa boîte à lettre pour les lire pendant la criée. Il tient un hôtel et il est très intelligent.


Résumé :

Alors qu'un ancien marin breton, Joss Le Guern, reprend le vieux métier de crieur public, le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg est alerté par une femme inquiète de la présence de grands « 4 » noirs inversés et sous-titrés des trois lettres CLT sur toutes les portes de son immeuble à l'exception d'une seule. Il devient curieux lorsqu'un second immeuble subit le même sort, il s'inquiète alors véritablement lorsque Joss, aidé de Decambrais, vient lui rapporter des messages énigmatiques laissés par un inconnu.

Ces messages, annonçant le retour du fléau de Dieu (la peste), sèment la panique à Paris où autrefois la grande peste a fait des ravages. Lorsque l'affaire s'ébruite, il devient de plus en plus difficile pour Adamsberg de poursuivre son enquête puisque les « 4 » du véritable semeur se mêlent à ceux des paniquards. Bientôt, de plus en plus de gens viennent à la criée de Joss qui continue de lire les annonces « spéciales ».

Petit à petit, ces deux affaires vont se rejoindre en une seule énigme. Le commissaire Adamsberg va alors mener une longue enquête pour tenter de retrouver l’auteur de tous ces messages.


Vision du monde :

Les intrigues du roman mêlent une enquête dans le Paris contemporain à une évocation de diverses épidémies de peste dont le tueur en série se sert pour effrayer la population. Les messages lut sont là pour « prévenir » la population de ce qu’il va se produire ensuite.

Il y a aussi une description du monde d’aujourd’hui à travers ce roman.

L’affaire est assemblé pièce par pièce au fil des chapitres. Chaque personnage est indispensable, ils ont tous une influence sur le cours des évènements.

C’est un donc un roman réaliste car ce récit relate de faits réels comme la grande peste de Paris, mais l’histoire se passe aussi dans des lieux qui existent, on peut donc situer l’histoire. De plus le titre du livre qui parle des conseils d’un traité de médecine du Moyen-Âge a vraiment existé.


Mon avis : 

J’ai trouvé le dénouement très surprenant et imprévisible. Le roman se lit vite car il y a beaucoup de dialogues, il se comprend très rapidement, la lecture est donc simple. Il comporte quand même 347 pages mais il se lit facilement. Il y a beaucoup de suspense et il dure jusqu’à la fin du livre et on est plutôt surpris quand on découvre le dénouement, car quand on lit le livre on pense trouver le coupable tout de suite car tout va dans son sens et au final on découvre qu’il s’agit de quelqu’un à qui on avait pas du tout pensé au départ. J’ai bien aimée ce livre d’une part grâce à une lecture facile mais aussi car il y a beaucoup de mystère.

Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 00:00

«Une promesse»

Sorj Chalandon (2006)

 

Biographie:

Sorj Chalandon a été journaliste au quotidien Libération de 1973 à février 2007. Membre de la presse judiciaire, grand reporter, puis rédacteur en chef adjoint de ce quotidien.

Écrivain, il a aussi publié cinq romans chez Grasset.

Le 27 octobre 2011, il obtient le Grand prix du roman de l'Académie française pour le roman Retour à Killybegs. Depuis 2013 Il est le Président du Jury du Prix Littéraire du Deuxième Roman.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/80/Paris_-_Salon_du_livre_2012_-_Sorj_Chalandon_-_001.jpg

 

Pourquoi ce titre ?

Le titre du roman est le sujet sur lequel le roman entier est basé. «Une promesse» est dans ce roman la promesse faite entre ami d'aller faire vivre la maison d'Étienne et Fauvette disparut 10mois auparavant.

http://media.paperblog.fr/i/259/2593692/promesse-sorj-chalandon-L-1.jpeg

 

Composition:

Ce récit est divisé en 14 parties. Mais dans chaque parti, il y a d'autres divisions, par exemple des retours dans le passé, des dialogues entre Étienne et Fauvette qui sont disparut mais qui parlent quand même.

Ici, ce n'est qu'après l'arrêt de la promesse, comme si au bout de 10 mois, Lucien avait accepté la mort des siens qu'arrive le moment où l'enterrement est raconté.

 

Intrigue:

L'intrigue de ce roman est basé sur la mort d'Étienne et Fauvette, sur la promesse faite.

Pendant longtemps, on se demande quelle est cette promesse. On ne comprend pas tout de suite non plus pourquoi il y a des passages ou Étienne et sa femme parlent, interviennent dans le roman.

 

thèmes principaux :

Dans ce roman, les sujets principaux sont la fraternité (puisque Lucien est le frère d'Etienne), l'amitié (puisque c'est une bande d'amis), la mort (car Etienne et Fauvette sont morts), le deuil (Lucien n'accepte pas leurs morts) et le temps qui passe (nous vieillissons tous et la mort nous guette tous un jour ou l'autre).

 

Contexte:

Nous ne savons pas précisément en quelle année cette histoire ce déroule. La mort du père en 1930 est évoqué. Nous pouvons donc en déduire que nous sommes à la fin du 20ème siècle.

 

Personnages:

Ici, il n'y a pas réellement de personnage principal. Étienne et Fauvette pourrait être les personnages principaux mais Lucien Pradon pour l'être aussi.

Dans ce roman, il y a donc :

  • Etienne et sa femme Fauvette, tous deux disparut 10 mois avant le déroulement de l'histoire, Étienne travaillait dans les champs 3jours par semaine mais aussi à la bibliothèque. Fauvette était elle institutrice. Elle est morte d'un cancer, Étienne s'est donné la mort dans la même nuit, ne tenant pas à vivre sans elle.

  • Léo Mottier, qui a perdu sa femme Angèle, renversée par un camion.

  • Lucien Pradon, surnommé «Le Basco», petit frère d'Étienne. Il tient le café «KerAel»

  • Henri Bertherin, surnommé «l'andouille», sa femme Clara ne lui parle plus depuis 5ans car il a embrassé sa belle-mère.

  • Paradis, dormait dans la chapelle du bourg car il n'avait pas de logement. Aidé par ses amis, ils lui ont tous donnée des clés, qu'il garde précisément autour du cou.

  • Martin Guittard, surnommé «Ivan», vient d'Argentan.

  • Constant Blancheterre, professeur.

  • Des personnages comme Eugène et Marie Pradon (parents de Lucien et Etienne) et Hélène et Gilbert Bertherin (mère et oncle d'Henri) sont brièvement évoqués.

 

Vision de voir le monde :

Dans ce roman, nous ressentons beaucoup d'amour, d'amitié. Lucien a voulu continuer de faire vivre son frère et sa belle sœur à travers cette promesse. Il n'a pas fait le deuil de leur mort.

Ces amis ont accepté de l'aider dans cette épreuves, dans le fait que chaque jour, l'un d'entre eux allait dans la maison des Pradons, aérer, ouvrir les volets, changer les draps, aller au grenier, faire comme ci la maison continuait d'être occupée. Mais au bout de 10mois, certains d'entre eux en ont eu marre, ne voyant même plus l'intérêt de le faire. Pour eux ils étaient morts, pas forcément oublier mais juste morts.

 

Quel style ?

C'est un style de roman assez basique, avec des moments de narrations et des moments de dialogues.

L'originalité de ce roman est de faire intervenir la parole des morts, ne comprenant pas trop si c'est leurs âmes qui continuent a vivre dans la promesse des 7 amis ou si c'est l'invention de Lucien dans le cahier qu'il tient.

 

Avis:

A la lecture du résumé, celui ci ne délivrait que peu d'informations. Il paraissait ennuyeux. Mais il s'est révélé être entraînant dans la lecture. Les sentiments dévoilées sont forts, et nous font rentrer dans l'histoire, y restant jusque la dernière page.

J'ai donc bien aimé ce roman.

 

Citations :

" La mort est plus aisée à supporter sans y penser, que la pensée de la mort sans péril."

"Dix mois de promesse, dix mois à se dire qu'il faut, parce qu'il faut. Dix mois de deuil, à en perdre les raisons."

"Le mort n'est rien, je suis simplement passé dans la pièce à côté."

 

 

 

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 23:06

L'etranger
Albert Camus 

 

 

Auteur


220px-Albert Camus, gagnant de prix Nobel, portrait en bust

Albert Camus est né le 7 novembre 1913 à Mondovi en Algérie.
Cet un écrivain,dramaturge, romancier et philosophe français.

Deuxième enfant d’une famille modeste, Il n’a jamais connu son père, qui travaillait comme ouvrier dans un domaine viticole et qui est mort pendant la Guerre.
Quand a sa mère, d’origine espagnole, elle est à demi-sourde et quasi analphabète.

Camus a été marqué par le milieu défavorisé dans lequel il vivait avec sa mère et  son frère.

En 1935, il adhère au parti communiste, il va aussi militer dans un mouvement de résistance et va publier des articles.
Il devient rédacteur en chef du journal Combat à la Libération.

Il aime beaucoup écrire, cela l’aide à combler le vide, le manque de dialogue au sein de sa famille, pour lui se sera une manière d’entrer enfin en contact avec les autres et de montrer ce qu’il ressent.
Son roman La Peste publié en 1947 connaît un très grand succès. Son œuvre, qui aborde les thèmes de la révolte, est en lien avec ses prises de position.

Il a aussi rédigé Le Mythe de Sisyphe  en 1942, ce roman  parle comme l’étranger, du thème de l’absurde.
Le 4 janvier 1960, à l’âge de 46 ans, il trouve la mort dans un accident de voiture en compagnie de son ami éditeur Michel Gallimard.

 

 

Pourquoi ce titre ?livre

  

 

L’étranger, a été choisit pour le titre du roman car il définit bien le personnage principal qui est une personne seul qui a très peu de lien sociaux et affectifs, pas de famille.
C’est un personnage mystérieux qui ne se mélange pas à la société, il est « étranger » au monde extérieur.

 

 L'organisation du roman

 

Le roman est structuré en deux parties.

  • La première, faite de six chapitres retrace la vie quotidienne de Meursault,une fois qu’il a appris le décès de sa mère, jusqu’au meurtre qu’il commet sur une plage.
  • La deuxieme partie constituée de cinq chapitres décrit sa vie en prison et les phases de son procès jusqu’à sa condamnation a mort. 

Les deux parties sont liées car la seconde partie du livre consiste à porter un jugement sur les événements qui se sont déroulés dans la première moitié.  

 

Personnages

 

 

LE HEROS

Le personnage principal de ce roman s’appelle Meursault, c’est aussi le narrateur. Il n’a pas connu son père. Il a une maîtresse qui s’appelle Marie. Il vit dans une étrange insensibilité et indifférence.  Il refuse de mentir et se comporte comme si la vie n’avait pas de sens, étranger à la société dans laquelle il vit. Il ne parle pas pour ne rien dire, il n’est pas très bavard.

 

AUTRES PERSONNAGES PRINCIPAUX

Marie Cardona : Elle est la maîtresse de Meursault. C’est une ancienne collègue de bureau de Meursault, elle est brune. Dans la deuxième partie du roman, elle est quasiment absente.

Raymond Sintès : C’est le premier ami de Meursault après la mort de sa mère, c’est aussi son voisin de palier. Magasinier assez petit avec de larges épaules, toujours bien habillé.
Salamano : On parle très peu de lui, c’est le deuxième voisin de palier de Meursault qui vit avec son chien depuis huit ans après de la mort de sa femme.
Céleste : Propriétaire d’un restaurent où Meursault avait l’habitude d’aller manger.
Emmanuel : c’est le collègue de Meursault avec qui il mange souvent. C’est avec lui que Meursault à emprunter le brassard noir et une cravate noire pour aller à l’enterrement de sa mère.

Perez : C’est le seul homme qui ait pleuré a la mort de madame Meursault, il devient un témoin dans le procès de celui qui n’avait pas pleuré la mort de sa propre mère, Meursault.

L'arabe : Le frère de la maitresse de Raymond

 

 

 

résumé


L’Etranger c’est l’histoire d’un jeune homme appelé Meursault, il est employé de bureau à Alger. Un jour il va apprendre la mort de sa mère dans les journaux, elle vivait dans un asile à Marengo. Il va l’enterrer sans larmes et trouve hypocrite de simuler un chagrin qu’il ne ressent pas. De retour à Alger, il fait la rencontre de Marie Cardona une ancienne collègue de travaille qui va devenir sa maîtresse. Meursault créa une amitié avec son voisin de palier, Raymond. Celui-ci c’est battu avec le frère de sa maitresse car il la soupçonne de le tromper, il va donc demander à Meursault de l’aider à écrire une lettre pour se venger encore une fois. Inviter par Raymond à passer un dimanche dans le cabanon au bord de la mer, Meursault s’y rend avec Marie. Deux arabes dont l’un était le frère de la maitresse de Raymond avaient à se venger, ils les ont donc suivies au cabanon. Il eut une bagarre à la plage, Raymond fut blessé. Un peu plus tard Meursault revoit par hasard les arabes. Sans savoir pourquoi, il tue l’un deux avec le pistolet qu’il avait enlevé à Raymond. Et en plus de ses comportements non conformes à la société, il fut arrêté, juger et condamné à mort.

 

 

Le cadre spatio-temporel 

 

Il n’y a pas de moment antérieur à l’histoire, le passé est flou car on sait que la mère de meursault est morte mais on ne sait pas de quoi. La première partie du roman se déroule à Alger à l’asile à Marengo ou la mère de Meursault est morte et la plage ou Meursault commet le meurtre. Cette partie dure environ trois semaines. La deuxième partie se situe à la prison, on a le procès de Meursault qui dure un peu plus d’une année. Meursault raconte les fait les un après les autres chronologiquement comme dans un journal.

 

Les thèmes principaux

 

  • la mort que l’on  retrouve partout dans le roman, au début à l’annonce de la mort de sa mère, au centre quand le meurtre de l’Arabe a lieu et a la fin lorsqu’il est condamné a mort.
  • L’absurde  qui est la séparation entre l’homme et le monde. Meursault vit dans un monde dont il ne comprend pas le sens, dont il ignore sa raison de vivre.  Il ne ressent aucun sentiments cela  se voit par son indifférence à la mort et à l’enterrement de sa mère. Son absurdité se voit aussi à travers les réponses aux questions qu’on lui pose.
  • La révolte apparait en meursault après le meurtre qu’il a commis. Il n’est pas d’accord avec son avocat, il répond sans mesurer les conséquences de ses propos au tribunal. Meursault renaît, comme si la mort approchant lui avait fait sentir combien il avait été heureux. Il prit alors conscience de l’absurde de toute sa vie.

Roman réaliste/naturaliste ?


 

C’est un roman réaliste car l’auteur veut représenter le quotidien de Meursault le plus fidèlement possible à la réalité. Le réalisme aborde des thèmes comme le travail, les relations  ou les affrontements c’est le cas dans « l’étranger ».

 


Style d'écriture

 

 

Le  niveau de langue utilisée pour se roman est courante. Il n’y a pas de description trop longue. Le livre se lit facilement, car les mots ne sont pas compliqués, il est court et les évènements s’enchaînent.

 

Mon avis

 

 

Au début le livre me plaisait, car il commençait par avec beaucoup de mystères et du coup cela m’a donné envi de connaître la suite, mais après c’était ennuyant chaque chapitre raconte le quotidien du héro, il dort beaucoup et ne fait pas grand choses. On a du mal à s’identifier au personnage principal, car il ne parle pas ou peu de ses sentiments.

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 15:05

 

                                                          

 

Auteur    :

 Françoise Sagan, de son vrai nom Françoise quoirez est une écrivaine française.
Elle est née le 21 juin 1935 et décédera le 24 septembre 2004.
Elle a écrit beaucoup de roman ainsi que quelques pièces de théâtre.
Son premier roman qui fut aussi le plus célèbre fut « bonjour tristesse » paru en 1954, elle écrit aussi « la chamade » en 1965, ainsi que "le miroir égaré" en 1996.

                                                            

résumé du livre :

C’est l’histoire d’un père veuf, et de sa fille. Cette fille se prénomme Cécile c’est une jeune fille de 17ans, c'est une enfant qui n'en fait qu'à sa tête, une libertine. Elle a un père séducteur qui court après les femmes, libertin lui aussi, Il a perdu sa femme lorsque Cécile avait deux ans.  Pendant cet été là, son père était avec une jeune femme, Elsa tout se passait bien entre avant qu’une autre jeune femme arrive dans la vie de Raymond, le père! Cécile elle vit sa vie d’ado, malgré qu’elle veuille paraitre un peu adulte elle aussi, elle rencontre un jeune homme dont elle  pense tomber amoureuse ; Cyril. 
La femme qui fait irruption dans la vie de Raymond fut Anne une vieille amie de sa femme, il l’avait invité à passer quelque jour en vacances avec eux...
A son arrivé leurs vies fut changés, Raymond et Cécile sont des gens qui aime la liberté qui vivent comme bon leur semble, qui n’ont peur de rien. Ce sont des libertins.
Anne elle est une femme qui est tout leur contraire elle a des règles et une vie très carré ! Raymond tomba sous le charme de celle-ci,pour finirElsa quitta Raymond.
Anne et Raymond se mettent ensemble ce que Cécile redouta après un plan élaboré par celle-ci Raymond retourna vers Elsa et Anne découvrait cela ! Elle fut désespérer s'enfuit et finit par mourir dans un accident de voiture. 
 
Pourquoi ce titre ?
La tristesse est un sentiment qui était inconnu pour Cécile et Raymond auparavant mise a par la tristesse qui leur est surement survenu lors de la mort de la mère de Cécile, les deux personnages principaux comprenne vraiment le sentiment de tristesse au cours de ce livre voilà pourquoi le mot bonjour est utilisé.

Qu'elles sont les intrigues ?
-Le père de Cécile vas-t-il succombé au charme d'Anne
-Vas-t-il rester avec Anne?
-Comment Cécile vas réagir?
-Que vas-t-il se passé lors du départ précipité d'Anne?


Les différents thèmes abordé seront l'amitié entre le père et la fille qui sont très proches, l'amour, l'amour du père envers les femmes, et la haine, la haine que peut avoir Cécile envers son père pour l'amour qu'il porte pour Anne, ainsi que la tristesse pour les évènements survenu lors du roman.

Les personnages :
Le père, Raymond qui est un homme âgé d'une quarantaine d'années, celui-ci est veuf, c'est un coureur de jupons, il est libertin, n'a pas vraiment de priorité dans la vie mis a par faire ce qui lui plait.
Sa fille Cécile qui est aussi la narratrice de l’histoire, celle-ci nous raconte les évènements qui se sont passés en 1an, ceux qui sont à l’origine de sa tristesse, c'est une fille libertine tout comme son père, et très dévergondée pour son âge de 17ans elle boit et fume. Elle a un petit copain appelé Cyril.
Elsa la maitresse de Raymond, celle-ci est très belle, pleine de vie et s'entend bien avec Cécile. 
et Anne qui sera la futur compagne de Raymond, elle, est une femme de raison, âgée d'une quarantaine d'années. Elle, contrairement à Elsa a un fort caractère c'est pour cela qu'elle ne sera pas beaucoup apprécié par Cécile.

Contexte :
c’est une histoire qui se déroule un été dans les année 50, cet a dire dans les années dans lesquels ce livre a été écrit. Sur la côte d’azur certain endroit sont cités comme les bars les plages où ils iront... 

Mon avis sur ce roman. 
 C’est un roman touchant, c’est intéressant de suivre les péripéties d’une jeune  fille  de 17ans qui a une vie libertine comme la sienne! En plus de cela c’est un roman qui ce lis facilement, et qui nous captive au bout d’un moment.  
Ce que je n’ai pas aimé ; l’histoire peut devenir un peu « longue » l’histoire est parfois trop plate pas assez de mouvement et donc peut devenir ennuyante pour certain.
Globalement j'ai tout de même apprécié ce roman. 

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 14:54

Pierre Ambroise Choderlos de Laclos né le 18 octobre 1741 a Amiens et mort le 5 septembre 1803 a Tarente en Italie. Il appartenait a une famille de petite noblesse. Il était militaire francais. Il était considéré longtemps comme un écrivain scandaleux.En 1779, il a été envoyé en mission dans l'ile d'Aix ou il a commencé a écrire "Les lisaisons dangereuses". Il a fait d'autres oeuvres comme:

-Ernestines (1777)

-Les femmes et de leur éducations (1783)

-Instruction aux assemblés de bailliage (1789)

-Journal des amis de la Constitution (1790-91)

-De la guerre et la paix (1795)

L'oevre "Les liaisons dangereuses" était publié le 23 mars 1782.

 

Résumé:

Cécile de Volanges, jeune fille de bonne famille, 15 ans. Elle vient de sortire du couvent et va etre marié au Comte de Gercourt qu'elle ne connait pas encore. La Marquise de Merteuil, une parente de Madame de Volanges qui se présente a Cécile comme une amie, qui elle, elle connait le futur époux.Elle a en effet eu une relation amoureuse et veut absolument se venger de cet homme qui a osé de la quitter pour une autre. Elle se précipite donc au Vicomte de Valmont ancien amant, qui est devenu son proche ami, et lui demande de corrompre la jeune innocente et écraser son marriage avec le Comte de Gercourt. Mais Valmont n'accepte pas son offre, il est trop occupé a séduire la Présidente de Tourvel, épouse fidele et vertueuse, qui loge a présent chez Madame de Rosemonde tante de Valmont, a la campagne. Mais la Marquise trouve d'autre moyens, elle devient confidente de Cécile et lorsqu'elle apprend que celle ci est amoureuse du Chevalier de Danceny, son professeur de musique, elle va l'utiliser comme "objet" de vengeance...

 

Pourquoi ce titre?

Ces relations sont en cachettes. Elles devraient pas avoir lieu, puisque Cécile elle est fiancé. Elles sont dangeureuses comme le titre indique.

 

Composition:

Le livre est composé de 175 lettres dans l'ordre chronologique.

 

Themes:

-Amour: entre Cécile et Danceny, la Présidente de Tourvel et le vicomte de Valmont

-Libertinage: deux libertins, la Marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont

-Jalousie: quand la Marquise apprend que vicomte a réussie a séduir le Présidente de Tourvel

-Mort: Vicomte meurt lors d'un combat avec Danceny, et le Présidente souffrant d'une maladie

 

Cadre spatio-temporel:

On sait que l'histoire passe au XVIIIeme siecles, car en fin des lettres il y a juste "17..". On n'a pas beaucoup de lieux a part Paris, Province et campagne francaise.

 

Personnages:

La Marquise de Merteuil: Joue le role de meneur de jeu. C'est une femme libertine. Elle s'est mariée tres jeune et devient veuve rapidement. Elle est fascinante, orgueilleuse, mystérieuse et unique et percue comme femme vertueuse. Elle est confidente de ses propres victimes, car elle arrive a manipuler tout le monde. On peut déduire qu'elle est tres intelligente.

Le vicomte de Valmont: Il joue également le role de meneur de jeu. Homme totalement libertin, il est aussi hypocrite et méchant. Il est fou amoureux de la Présidente et il fait tout pour la séduire. Il est engagé par la Marquise de séduire Cécile. 

Cécile de Volanges: Elle est l'une des victimes. Fille de Madame de Volanges. Elle a seulement 15 ans et elle est fiancée au comte de Gercourt. Elle tombe amoureuse de son professeur de musique, de Chevalier de Danceny. Elle est tres naive et suit les consignes de la Marquise de Merteuil, puis elle se fait trahir par celle ci.

La Présidente de Tourvel: Deuxieme victime, elle a 22 ans, mariée. Elle tombe amoureuse du Vicomte.

Chevalier de Danceny: C'est le troisieme victime. Il est jeune, noble, peu fortuné. Il donne des cours de musique a Cécile de Volanges et lui passe des petit mots d'amour en cachette. Mais quand la mere de Cécile apprend qu'ils sont amoureux, il se fait viré de la maison, mais ils continuent a s'écrire avec Cécile en faisaint tres attention a ce que Madame de Volanges ne découvre pas les lettres.

Madame de Rosemonde: C'est une témoin abusée. Elle est la tante de Vicomte. Apres la mort de Valmont elle joue un role clé.

Madame de Volanges: Elle est aussi une témoin abusée. C'est la mere de Cécile de Volanges.

L'absence du narrateur principal fait qu'on découvre les personnages, petit á petit on construit nos opinions puisqu'on a acces a toutes les lettres. On peut voir la naivité des personnages.

 

C'est un roman réaliste car on peut voir la vie quotidinne des personnages a travers cette roman épistolaire.


Autres notes:

On a pas de tout des déscriptions sur l'apparence des personnages.

 

L'homme voit le monde de maniere que la femme soit un objet, mais en meme temps la Marquise joue avec les personnes comme s'ils étaient des marionettes, avec les hommes également.

 

Adaptation cinématographique:

             

                             1960                                                       1988

 

Avis personnel:

J'ai trouvé ce livre long. Je suis entrée dans l'histoire qu'apres 200 pages, et encore apres je n'accrochais pas tout le temps. Les lettres entre le Vicomte et la Marquise sont souvent longues et ennuyantes. L'écriture est tres dur a lire aussi, donc je n'ai pas aimé ce livre.


Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 14:27

Présentation de l'auteur:

-Boris Vian

-Né le 10 mars 1920 à Ville d'Avray 

-Mort le 23 juin 1959 a Paris

-Écrivain, poète, parolier, chanteur, musicien de jazz, critique, compositeur, ingénieur de l’École Centrale, scénariste, traducteur (anglo-américain), conférencier, acteur et peintre.

-Boris Vian publie des romans, noirs et sarcastiques, qui lui permettent de vivre, sous le pseudonyme de Vernon Sullivan 

-Oeuvres principales:

 "J'irai cracher sur vos tombes" (1946, roman),

" L'écume des jours" (1947, roman),
 "Cantilènes en gelée" (1950),
" L'herbe rouge" (1950),
"Vercoquin et le Plancton" (1946, roman), 
" l'Automne à Pékin" (1947),
 "Les morts ont tous la même peau" (1948, roman),
" Et on tuera tous les affreux" (1948, roman),
 "Elles se rendent pas compte" (1950, roman),
 "Le deserteur"
 (1954, chanson).

-Boris Vian compose aussi de nombreuses chansons notamment pour Serge Reggiani ou Juliette Gréco, écrit des nouvelles, des pièces de théâtre ou des poèmes. Il s'essaie au théâtre et joue dans quelques films. 

 

Pourquoi ce titre ? 

Le titre j'irai cracher sur vos tombes exprime la rage que le personnage principale (Lee Anderson) possède a l'encontre des Blancs. Son frère qui a été lynché et pendu parce qu'il était amoureux d'une femme blanche. 

 

Composition

 Le récit est organisé en 24 chapitres.

 

Thèmes principaux

 J'irai cracher est tant un livre érotique qui dénonce le racisme... Il montre la vengeance de Lee Anderson qui grandira petit à petit tout au long du récit. 

 

Les personnages principaux:

-Lee anderson: un bibliothécaire blanc s'installe dans une petite ville des Etats-Unis. Petit à petit, de par ses offrandes alcoolisées, il parvient à devenir le play-boy du coin. Sa famille est noir. 

-Dick est un ami de Jicky, judi et Lee

-Jicky est la première copine a Lee Anderson dans le début du roman.

-Judy est une amie a Jicky, Dick et Lee. 

-Dexter, le rejeton d’une riche famille

 -Les sœurs Asquith, Jean et Lou (17 et 15 ans), deux jeunes bourgeoises avec « une ligne à réveiller un membre du Congrès .

 

 

RESUME:

Lee Anderson, vingt-six ans, a quitté sa ville natale pour échouer à Buckton où il devient gérant de librairie. Il sympathise dans un bar avec quelques jeunes du coin. Grand, bien bâti, payant volontiers à boire, Lee, qui sait aussi chanter le blues en s’accompagnant à la guitare, réussit à séduire la plupart des adolescentes. Un jour il rencontre Dexter, le rejeton d’une riche famille qui l’invite à une soirée et lui présente les sœurs Asquith, Jean et Lou (17 et 15 ans), deux jeunes bourgeoises avec « une ligne à réveiller un membre du Congrès . Lee décide de les faire boire pour mieux les séduire… et poursuivre son sinistre dessein.

Écrit à la suite d’un pari, cet excellent pastiche de roman noir fut publié en 1946 sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, un prétendu auteur américain. Récit d’une vengeance, dénonciation du racisme et de l’intolérance, ce best-seller fut jugé à l’époque immoral et pornographique, ce qui amena son interdiction en 1949 et la condamnation de son auteur pour outrage aux bonnes mœurs. 

 

Mon avis personnel

Globalement j'ai apprécier le livre, l'intrigue ma beaucoup intéréssée et j'ai bien aimé la fin. 

 

En le fermant

Je retiens que la vengeance nous ammène a une perte de conscience. 

Repost 0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 12:27

Présentation de l’auteur

Daniel Pennac, de son vrai nom Pennacchioni, est né le 1er décembre 1944 à Casablanca, au Maroc. C’est un écrivain français. Il a reçu le prix Renaudot en 2007 pour son essai Chagrin d’école. Dans la majeure partie de ses livres le personnage principal est le même, Benjamin Malaussène. Il a aussi écrit La fée carabine en 1988, Monsieur Malaussène en 1995. Son livre « Au bonheur des ogres » est paru en 1985. L’histoire se passe au Xxème.

 

Pourquoi ce titre?

Le titre Au bonheur des ogres peut faire allusion au bonheur des dames de Zola. Je n’ai pas spécialement compris ce titre au début, puisque je m’attendais à voir des ogres heureux mais très vite dans l’histoire on s’aperçoit qu’il n’y a pas d’ogres mais que le petit frère de Malaussène rêve d’ogres Noël, il rêve de ses ogres grâce aux histoires que son frère commence à lui raconter après la première bombe qui explose dans le magasin, même si on s’apercevra que le poseur de bombe et ses autres collègues se conduisent comme des ogres à mangé de la chair humaine.

Composition

Le récit est organisé en 39 chapitres.

Thèmes principaux

Les thèmes principaux sont l’amour entre tante Julia et Benjamin, Benjamin et sa famille qui sont très liés tout le long du roman, et le travail qu’exerce Benjamin au magasin parce que pendant pratiquement tout le long du roman on va le suivre dans le magasin où il exerce la fonction de « bouc-émissaire ».

 

Les personnages

Les personnages principaux sont:

- Benjamin Malaussène: Frère ainé d’une famille nombreuse, il s’occupe de ses frères et sœurs lorsque leur mère les a quitté pour une aventure amoureuse, il travaille comme contrôleur technique dans un grand magasin, mais son rôle est plus proche du bouc-émissaire.

- Louna: Première sœur de Benjamin, elle est enceinte de son compagnon Laurent et ne sait pas si elle doit avorter.

- Clara: Deuxième sœur de Benjamin, elle travaille sur son bac tout en exerçant sa passion pour la photographie.

- Thérèse: Elle est la jeune sœur de Benjamin, elle adore l’astrologie.

- Jérémy: Le petit frère de Benjamin, c’est un petit taquin, un petit rigolo.

- Le petit: Le plus petit de la famille, il dessine et rêve d’ogres Noël.

- Théo: Collègue et meilleur ami de Benjamin.

- Tante Julia: Journaliste pour l’actuel, elle tombe amoureuse de Benjamin.

- Julius: Le chien de Benjamin qu’il aime tant.

- Inspecteur Coudrier: C’est un policier, il mène l’enquête.

 

Résumé

Benjamin Malaussène, vie une vie paisible avec ses cinq frères et sœurs. Il travaille dans un grand magasin à Paris et plus précisément à Belleville, son rôle de bouc-émissaire consiste à ce qu’à chaque réclamation des clients, Benjamin est appelé au bureau des réclamations, pour dissuader les clients d’enlever leur plainte, mais sa vie va basculer le jour où plusieurs bombes explosent dans le magasin et à des dates pas si éloigné que ça, et faisant des morts, comme par hasard à chaque fois qu’une bombe explose Benjamin est sur les lieux de l’incident, ce qui amène les policier à le soupçonner comme le poseur de bombe, la police va donc faire son enquête mais Benjamin aussi fera des recherches de son côté à l’aide de Théo et de Tante Julia pour trouver qui veut lui faire porter le chapeau. On s’aperçoit vers la fin que le poseur de bombe est un des petits vieux de Théo, et qu’il tue des personnes qui ont tué des enfants orphelins, pour les manger et à la fin de l’histoire on c’est que le poseur de bombe s’est lui-même tué parce que lui aussi a mangé des orphelins.

 

Avis personnel

Mon avis positif: Dans ce roman il y avait de l’humour, il est facile à lire et le registre est familier.

Mon avis négatif: Je croyais en lisant le titre du livre  « Au bonheur des ogres », voir des ogres tout le long du livre, que le personnage principal soit lui aussi un ogre mais ça n’a pas  été la cas, certes, à un certain moment il y en a eu.

Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 17:55

 

I_ L'auteur

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/2338

André Malraux est un écrivain intellectuel français, né en 1901 et décédé en 1976. Il a défendu la dignité humaine et il était engagé dans la lutte contre le fascisme durant les années 30. Il était également engagé dans la résistance pendant la Seconde Guerre-Mondiale. C'est un homme d'action et de lettre, il a su donner une expression littéraire à l'engagement politique avec des ouvrages tels que «La condition humaine» ( qui reçoit un prix concours en 1933) et «L'espoir» en 1937.

 

 

 

 

 

II_L'œuvre

A) Composition

http://klima47.files.wordpress.com/2012/05/malraux-andrc3a9-1901-1976-lespoir2.jpg

 

 

Ce livre est composé de façon originale, il est divisé en 3 grandes parties. La première, la plus longe «L'illusion lyrique», qui comprend 2 sous-parties : «L'illusion lyrique» et «'exercice de l'apocalypse» Cette partie signifie une pensée, un espoir chimérique . La deuxième partie «Le Manzanarès» également constitué de 2 sous parties «Être et faire» et «Sang de gauche» Ce non de partie emprunte le nom à un fleuve de Madrid. La dernière partie est beaucoup plus courte et intitulée «L'espoir». Dans ce roman, l'auteur retrace l'évolution des 8 premiers mois de la Guerre Civile d'Espagne qui s'étend de 1936 à 1939. Cette guerre oppose les nationalistes ( ou facistes) du général Franco, aux républicains qui restent fidèles au gouvernement. C'est un roman de guerre engagé. On ne connait pas le point de vue du narrateur, mais puisque Malraux est engagé dans cette guerre on peut penser à un point de vue interne.

 

 

 

 

 

 

 

B) Personnages.

Dans ce roman les personnages sont très nombreux, tous autant importants les uns que les autres. Mais certains personnages comme Puig, un soldat républicain et Manuel, un communiste sont considérés comme des personnages principaux. D'autres personnages comme Hernandez, Magnin et Ximénes sont importants dans l'histoire. Grâce à ces personnages, Malraux met en scène le courage et la solidarité. Il n'y a aucune héroïne, l'Espagne décrite par l'auteur est essentiellement masculine.

 

 

C) L'intrigue

 Il n'y a pas vraiment d'intrigue, puisque Malraux ne fait que décrire ce qu'il se passe. Les évènements se suivent de manière succédée et désordonnée. Malraux joue avec les limites du genre, avec un livre inclassable, hors-normes. On peut penser à un roman-reportage mais avec une grande originalité. On peut aussi penser à un roman de propagande.

 

http://actualitte.com/blog/hervebel/files/2012/04/Espagne.jpg

 

D) Le réalisme

Les évènements sont d'un réalisme troublant, ce qui peut s'expliquer par le fait que Malraux s'engage lui-même dans la guerre, politiquement et militairement. De plus dans ce roman de guerre engagé, Malraux y décrit la souffrance, les scènes de guerre et la violence avec beaucoup de détails.

 

E) Le Titre

http://media.tumblr.com/tumblr_lka3og6yix1qho429.jpg

 

On peut penser que l'auteur à choisit ce nom de roman car le mot «espoir» signifie un sentiment lié à l'attente d'un évènement heureux, notamment ici la fin de la guerre.

 

 


 

F) Adaptation en film

Ce roman à également été adapté en film, en 1945, réalisé par l'auteur lui-même et Boris Peskine.

 

 

http://pmcdn.priceminister.com/photo/repro-affiche-espoir-realise-en-1939-par-andre-malraux-documentaire-andres-mejuto-environ-40x60cm-906875361_ML.jpg

 

III_Avis

J'ai trouvé ce roman assez descriptif des évènements qui se sont passés pendant cette guerre. On peut vraiment imaginer la douleur, la violence et la souffrance qui ont été vécues par les soldats. C'est un pur livre de guerre avec ses stratégies, ses attaques, ses forces. C'est un roman assez significatif dans le sens où lorsque le roman est terminé, la guerre continue en Espagne. Il reste un livre de combat, c'est donc pour ca que je recommanderais ce roman plutôt aux personnes qui s'intéressent à la Guerre Civile d'Espagne.

Par contre, je trouve le livre assez-long à lire, était donné qu'il fait presque 600 pages et qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue et que c'est un roman engagé où l'auteur nous fait vivre la guerre avec beaucoup de détails.

Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 17:37

Les Liaisons Dangereuses ( extrait lettre LXXXI)

 

Présentation

«Les liaisons dangereuses» est un roman par Pierre Choderlos de Laclos. Ce roman est de type épistolaire. Il est composé de plusieurs lettres. Ici, la lettre LXXXI est étudiée. C'est une lettre de la marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont, elle est située au cœur du roman. La marquise de Merteuil y révèle les fondements secrets de son pouvoir sur les hommes: les faux semblant et l'apparence.

 

I Une femme supérieure, sure d'elle et de sa valeur

omniprésence du «je» et du «moi» => accentuation de sa personne et de son orgueil et dénonce son caractère solitaire.

lexique de la science => réflexion intellectuelle.

«je me suis travaillée avec soin» (l.8) => elle travaille sur sa personne.

«je m'amusais à me montrer sous des formes différentes» => excellente comédienne.

«sure de mes gestes» => sure d'elle.

Elle se distingue des autres femmes => revendique son unicité.

«m'apprit à dissimuler»(l.4) => une femme fausse, une menteuse.

 

II Le libertinage à travers la marquise de Merteuil

«je m'amusais à me montrer sous des formes différentes» (l.12) => une femme réfléchie.

la morale est absente de son éducation.

«mes fantaisies»(l.13), «mes discours»(l.12), «ma volonté)(l.11), «ma pensée»(l.10) => elle pense par elle-même, elle ne suit que ses principes et ses propres règles.

«me cacher»(l.3), «j'étais vouée par état au silence»(l.1), «cacher des objets»(l.4), «réprimer»(l.8), «je ne montrais plus que celle qu'il m'était utile de laisser voir»(l.14), «ne pas me fier entièrement»(l.16) => confession dépourvue de mensonges, elle cache sa véritable nature.

«j'en essayai l'usage»(l.11) => c'est une manipulatrice.

 

III Les conditions de la femme sous son point de vue

«vouée»(l.1) => femme enfermée.

«chagrin»(l.7) => femme triste.

une femme «presque sans intérêt»(l.10)

La marquise se sent supérieure aux autres.

«mes discours»(l.12), «ma pensée»(l.10) => une liberté de penser.

Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 16:45
Présentation "Le Rouge et le noir " De Stendhal 

 

AUTEUR : STENDHAL

- Henri Beyle

- Né 23 Janvier 1783 à Grenoble

- Mort le 23 Mars 1842 à Paris d'une crise cardiaque en pleine rue

- Ecrivain français

- Mouvements : Réalisme, Romantisme

- Oeuvres : "La Chartreuse de Pame" en 1839

                    " Lucien Leuwen" en 1834 mais inachevé

- Aux côtés de Balzac, Hugo, Flaubert et Zola il est l'un des grands représentants du roman français du XIXème siècle. 

- Ecrit des romans de formation.

- Au début il écrivait des histoires "Histoire de la peinture en Italie" "Rome, Naples et Florences" mais il perd ses manuscrits

- Ecrit aussi son chagrin d'amour pour Matilde Dewbowski, un traité qui tente d'analyser les sentiments amoureux en 1822 mais il ne parait qu'en peu d'exemplaires.

 

RESUME

Julien Sorel, fils de charpentier à Verrières. Intelligent, beau, ambitieux.

Méprisé de ses frères et de son père parce qu'il aime lire et est un peu féminin, peu de force physique

Un prêtre lui apprend le latin, il devient précepteur des enfants du maire de la ville, Mr Rênal.

Entreprend une ascension sociale en étant entouré de nobles. Il rêve d'accéder à un statut religieux ou un statut de guerre. Pour accéder au pouvoir social.

Tous le monde est satifait, une servante veut même l'épouser mais il refuse et préfère séduire Mme de Rênal. Il s'agit pour lui d'une conquête sociale. 

On ne connaitra pas bien ses sentiments alors que Mme de Rênal sera très explicite. Voir trop...

Sa vie est menée par l'idée de combat, il calcule tout ce qu'il compte faire et cela à un but. Il s'inspire de Napoléon.

Pour qu'il n'y ait pas de doutes sur la relation, Louise Rênal et lui mettent en scène un plan. Julien travaillera pour les rivaux des Rênal.

Ce travail va permettre son ascencion et Mr Le marquis de la Mole lui propose un poste de secrétaire à Paris. 

Il va alors séduire la fille du marquis, qui n'est pour lui qu'un objet de fierté car il l'aura eu et pas les autres. Relation conflictuelle dut à l'orgueuil de Mathilde qui en est très amoureuse.

Cependant Mme de Rênal ne va pas abandonner et va, guidée par un homme de l'église, envoyer une lettre à Mathilde de La Mole pour lui expliquer leur liaison à elle et Julien. Et donc avertir le Marquis qui venait d'apprendre qu'il avait mis sa fille enceinte et lui avait donc donné un titre et une somme importante.

Julien va l'apprendre et tenter de la tuer dans une église par balle. Il va être condamné à mort et ne va pas demandé à être gracier même s'il va bientôt être père. 

Il apprend en prison que Mme de Rênal n'est pas morte, elle lui rends même visite, l'ayant pardonné. Il découvre en prison ses réels sentiments pour Louise au détriment de Mathilde. Il découvre enfin la passion. Seulement il décide de mourir en héro et pendant le procès se fait passer pour un Révolutionnaire accusé pour son audace social. Car il défendait les classes.  Il refuse de demander sa grâce et meurt dignement sur l'échafaud. Même au dernier instant, il définit sa mort comme la conséquence de son combat - comme s'il maîtrisait sa vie jusqu'au bout.

Mathilde fait de la tête de Julien un objet culte de "romantisme" et Louise meurt 3jours après sa mort.

 

POURQUOI CE TITRE ?

-Le Rouge et le Noir en 1830 est une chronique. Elle défend la diversité des milieux sociaux, l'échec d'une ascencion sociale, une société bloquée, les pratiques religieuses, l'importance de l'argent, l'hypocrisie.

- Le rouge représente la guerre, le noir l'Eglise. Deux carrières dans lesquelles Julien croyait pouvoir conquérir le monde.

- Mais aussi peut être une forme de symbolisme. Rouge égal amour, noir égal mort qui résume le parcours de Julien.  Il a aimé et celà l'a conduit à la mort. 

- Histoire inspirée d'un homme qui a fait parler de lui dans les faits divers de la Gazette des Tribunaux. Stendhal lui a apporté l'intrigue, l'artistique de l'histoire. La composition romanesque, les liaisons, les lettres etc. 

COMPOSITION

- Roman coupé en deux parties

1) Son parcours provincial, donc son entrée chez les Rênal. Son ambition grandissante.

2) Sa vie à Paris, une fois ses ambitions réalisées ou en partie. Sa vie de secrétaire de Mr de La Mole et son déchirement entre l'ambition et les sentiments. 

- Nombreux chapitres, tous introduits ou la plupart par des citations d'oeuvres littéraires.

Il y a donc un jeu de symétrie et d'oppositions. A DEVELOPPER !!!!!

QUELLE(S) INTRIGUES?

- Que vas-t-il choisir entre la guerre (ici guerre des classes et sociétés) et l'écclésiastique?

- Que vas-t-il choisir entre l'amour et l'ambition?

- Va t-il rester le Julien dont on connait la vraie nature par sa position provinciale ou va t-il changer parce que son ambition lui aura apporté une meilleure position sociale?

L'attention du lecteur repose sur la question des différentes classes sociales, comment la noblesse considère les gens de classe inférieure et les considèrent-ils des leurs si par chance certains arrivent à sortir de sa classe social.

Puis bien sur comment va se dérouler l'histoire amoureuse de Julien. On va se concentrer sur ses choix, sa manière de penser, ses manigances. L'évolution de ses idées.

LE CONTEXTE

- Après la Chute de Napoléon, Louis XVIII monte au pouvoir.

- Après la Restauration mais qui est toujours présente dans les esprits, société fermée qui ne cherche qu'à s'enrichir et les jeunes son écartés de la vie politique de peur qu'ils ne créer une révolution.

- Retour en force de l'église.

- Plusieurs partis politiques : les libéraux et les ultrasroyalistes

On sait que Julien est un fervant admirateur de Napoléon et soutient donc l'Ancien Régime ce qui n'est totalement pas le cas pour les habitants de Vérrières. Il doit donc cacher les vraies valeurs qu'il défend. Par exemple, dans le livre, il doit se séparer d'un tableau de Napoléon pour pas que Louise ne tombe dessus et qu'elle le dénonce.

LES PERSONNAGES

Narrateur externe. C'est Stendhal qui raconte l'histoire et se permet d'interrompre quelques fois son récit pour donner ses propres opinions. Très présent dans le récit pour montrer qu'il s'intéresse à son personnage et qu'il en est complice.

Julien Sorel 

Fils d'ouvrier qui devient le précepteur des enfants de Mr de Rênal, le maire de la ville. Il va être l'amant de Mme De Rênal. Il va ensuite avoir une liaison avec Mathilde De La Mole qu'il va mettre enceinte. Tiraillé entre l'amour et l'ambition.

Mme De Rênal

Amante de Julien, et femme de Mr De Rênal. Elle représente l'amour maternelle et trouve le vrai sens de l'amour avec Julien, qu'elle aime passionnément. Elle sera désespérée d'apprendre sa liaison avec Mathilde et ne s'en remettra pas. 

Mr De Rênal

Maire de la ville de Verrière qui cherche à tout prix à montrer sa puissance. Il cherche par tous les moyens à être encore plus riche. Lui aussi au début n'était pas grand chose mais la situation et la position de sa femme lui on permis de se faire une place. Son fidèle rival, Mr De Valenod.

Mr De Valenod : rival de Mr De Rênal à cause de la fortune.

Fouqué: ami de julien que l'on retrouve dans les deux parties du livre, il est comme son guide.

Abbé Chélan : Prête viré à cause du contexte actuel du pouvoir. Il ne correspondait plus. Considère un peu Julien comme son fils spirituel.

Elisa : Femme de chambre des Rênal qui voulait se marier avec Julien, c'est à cause d'elle et d'une lettre anonyme que Julien va devoir quitter le domaine pour que Mr de Rênal ne soupçonne pas l'adultère de sa femme. Au final, cela lui aura permit de gagner des places dans la société et accéder à son rang à Paris.

Mr De La Mole: va prendre Julien sous son aile et lui permettre de devenir secrétaire à Paris

Mathilde De La Mole : Fille de Mr De La Mole, va entretenir une liaison avec Julien et tomber enceinte de lui. 

On a une description des personnages souvent peu fournie, des portraits rapides. Cependant sont mis en avant beaucoup plus leurs aspects morales . Les idées qu'ils défendent, leur position sociale. Le physique, lui, constitu une brève description parfois inexistante.

Julien lui est un personnage que nous connaissons sous toutes ses formes, décrit précisément physiquement au début du livre par la vision que son père a de lui : maigrichon, sans force, ressemblant à une fille. Son portrait moral est au début très simple, il aime lire, il est calme mais par la suite on y voit un personnage déterminé, calculateur et manipulateur. Tout y est décrit: son état d'esprit, son plan, sa culture. Son comportement social est souvent expliqué mais seul nous le savons, car il doit cacher sa vraie nature, il n'aime pas les aristocrates et défend au début (dans son fort intérieur) ses origines,  trouve les discours de ses personnes hautes placées répugnants.

QUEL GENRE DE ROMAN ?

Réaliste :

Pour Stendhal réalisme =  volonté de faire du roman un « miroir » = un simple reflet de la réalité sociale et politique d’une époque dans toute sa dureté. Stendhal a d'ailleurs écrit que « le roman, c’est un miroir que l’on promène le long d’un chemin ».

Réalisme psychologique ? Il n'en est pas sur, il tente à sa manière c'est à dire en s'inspirant de ses écrits et de textes sur l'amour.

- Lieux, dates précises

- De plus, c'est inspiré de fait réel.

/!\ IL Y A TOUS DE MEME DES ELEMENTS QUI SONT CONTRADICTOIRES AU REALISME ET QUI PROVIENNENT DU MYTHE 

Exemple : 

Mme De Rênal à un moment, parle de son mari qui tuera Julien à  la chasse et qui le soir lui ferait manger son coeur. Il s'agit ici d'un mythe De Gabrielle de Vergy. Vergy qui apparaît dans le livre. 

Mathilde elle se voit incarner Margueritte de Navarre en tenant la tête décapitée de son mari qui rappel un mythe, le mythe de Salomé. 

Romantique

- Présence de la nature (Julien va lire sur le toit, les longues promenades dans les bois qu'il effectue, celles avec Louise)

- Julien par sa sensibilité ( il pleure, il s'évanoui est timide au début du roman)devient un être romantique, par l'amour qu'il porte à Napoléon. 

Lui n'a pas vraiment de sentiments pour les femmes, pour Madame de Rênal si mais pour Mathilde pas vraiment, il la voit comme une proie désirée de tous qu'il aurait réussi à avoir pour lui.  Mathilde n'est désirable uniquement parce que les hommes les plus respectés de la société parisienne la désire. Il n'écoute donc pas ses sentiments , il ne réagit que dans le but de continuer son ascension social.

- Mathilde éprouve un spleen profond, elle porte de l'amour à des figures comme Margueritte de Navarre (ce qui explique son geste à la fin). 

- Louise incarne le personnage du romantisme avec ses longues déclarations, elle est folle d'amour, elle meurt même d'amour. Elle n'est portée que par ce qu'elle ressent pour Julien et ses sentiments sont sans cesse exprimés, non seulement dans ses gestes et ses paroles mais aussi ses actes. Elle incarne aussi l'amour par son amour maladif pour ses enfants. C'est une amoureuse maladive. 

Reactions implusives et passionées pour les deux femmes. Exemple : Mathilde qui se coupe les cheveux pour prouver son amour.

Enfin pour Stendhal le romantisme est pour lui décrit par Shakespeare et Racine. On voit clairement qu'il s'en inspire à la fin du roman avec Julien qui meurt et Louise qui le rejoint trois jours après. Un remix de Roméo et Juliette.

Romantisme tragique donc. 

Roman d'apprentissage 

Notions complexes

Simplement : 

Roman d'apprentissage, le héros apprends quelque chose qui le forge 

- Lui : l'amour à la fin du roman, l'ambition pendant 

- Un personnage se forge une culture, lui en avait déjà mais ignorait tout de la vie en société

-notion de mutations du personnage 

- passage du jeune garçon à jeune homme

 -sans défenses mais a appri à se forger. 

- Pas d'argent ni de place dans la société (basique de l'apprentissage)

-Ne rêvait que de lire et se cultiver mais la vie en a décidé autrement et a fait de lui quelqu'un qui cherche sa place dans la société. On pourrait croire qu'il l'a trouvé. Mais non. Et c'est la que se situe la partie complexe.

Stendhal a changé la fin. Il aurait pu être : propriétaire fortuné, épouser Mathilde et devenir père. MAIS NON

SECOND ROMAN D'APPRENTISSAGE

- Vérité de soi, mort.

- Peut penser à "fatigué d'héroisme" il dit " L'ambition était morte dans son coeur"

- Découverte du remords, il perd tout orgueuil et tente de se repositionner dans le parcours de sa vie. Spiritualité.

- Il découvre enfin ce qu'est le vrai amour, plus de conquête sociale et de victoires.

- On pourrait croire que sa mort consititue un échec mais non. Dans le livre c'est une sorte d'apothéose. Il aurait pu fuir mais au lieu de ca il a choisi de l'affronter et de choisir sa mort. Il a refusé d'être gracié. Il est donc maitre de son destin.Ce n'est donc pas lamentable c'est une affirmation de lui-même et ses convictions. Il retrouve ses valeurs. Il n'apparait donc pas comme une victime de la société.

- Pour se retrouver, il fait alors le choix de mourir

Il fait un travail sur lui

QUELLES VISIONS DU MONDE ?

A TRAVERS QUELS STYLES ?

Style original par sa fin et les manières qu'il a eu de composer l'histoire artificielle autour d'une histoire vraie. Mais au final peut-etre trop basique. Trop vu. Il m'a rappelé Bel Ami ou encore Roméo et Juliette. 

Pourquoi original ?

I) AMBIGUITE DANS SA FACON D'ECRIRE : L'AMBITION

- Veut s'enrichir MAIS au final recherche juste de la reconnaissance 

- CONTRASTE : il veut faire parti de la noblesse MAIS il la méprise car eux même méprisent les pauvres donc ses origines. Idée de vengeance et non plus de d'idéal à atteindre. 

II) DEUX VISAGES A L'AMOUR 

- L'amour pour la revanche sociale. Il est avec des femmes qui ont de l'importance, qui sont convoitées. "Son amour était encore de l'ambition, c'était la joie de posséder, lui pauvre être malheureux et si mérpisé, une femme aussi noble et aussi belle". Lui empêcher l'épanouissement à l'amour et l'accès au bonheur.

- L'amour envers Mme de Rênal qu'il comprendra enfin et seulement à la fin du roman. Entre temps on l'aura vu jouer à l'amoureux transi qui est une partie comique du livre, et l'amoureux cruel qu'il incarnera froidement. Déjà au début du roman il était s'était laissé emporter par ses sentiments envers Louise mais ayant vu ce que son rôle pouvait lui apporter il s'était laissé guider par l'ambition. L'amour avec Mathilde était lui un amour dominateur, il était guidé par la fierté et l'estime de soi. 

III) La fin originale. Tragique à laquelle on ne s'attendait pas. 

THEMES ABORDES

L'amour, l'ambition, la vengeance, la mort, l'apprentissage, la société en 1830 , les positions des classes sociales, l'hypocrisie, la soif d'argent et de reconnaissance et la religion. 

MON AVIS

Apprécier

- Les petites citations de début de chapitre,souvent Shakespearienne

- Les interventions sans qu'on ne s'y attende du narrateur

- La fin surprennante, et qui m'a rappélé "Dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo

Moins aimé 

- Les scènes trop longues pour rien dire

- L'histoire qui est trop présente, but du réalisme mais c'est plus dur maintenant pour nous qui ne sommes pas dans le contexte

- La soif d'ambition et l'usage des femmes qui me rappel Bel-Ami 

- L'amour trop excessif, il y a de belles choses mais c'est trop exagéré des fois, ça donne une mauvaise image de la femme je trouve.

Globalement 

Je me suis trop souvent ennuyée. La partie historique est trop imposante, y a des notions que je n'ai pas comprises. Les scènes sont trop longues. Je pense qu'une version plus contemporaine m'aurait plus plu. Je vais dire que j'ai aimé pour la fin du bouquin, agréable à lire , bon déroulement et tragique. 

EN LE FERMANT

On retient : La vengeance nous ammène à la perte

                       On fait des choses que souvent avant de mourir on regrette

                       L'amour fait faire des choses totalement folle

                       On ne se rend compte de ses erreurs en fin de vie

                       Même avec tous les efforts, on ne peut pas être ce qu'on n'est pas.   

                       Notre vraie nature nous rattrape toujours.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages