Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 20:43

 

Les Sirènes de Bagdad

                                                    de Yasmina Khadra

 

 

46260605.gif 

 

 

  • Présentation de l'auteur:

 

                              AVT Yasmina-Khadra 3506

 

Yasima Khadra est le pseudonime de Mohammed Moulessehoul. Il est composé des deux prénoms de sa femme.

  Mohammed est né le 10 janvier 1955 dans le sahara algérien. Son père, ancier militaire, l'envoie dans un lycée militaire dès l'âge de 9 ans, dans le but qu'il devienne officier dans l'armée algérienne. Il est dans cet armée durant 36 ans mais décide de démissionner pour se consacrer à l'écriture. C'est un romancier algérien francophone. Il écrit d'abord plusieurs romans sous son vrai nom mais de peur que ces derniers soient censurés, il décide donc de se créer un pseudonyme. Il révèle sa véritable identité en 2001 dans son roman autobiographique L'Ecrivain. Il écrit une trilogie qui raconte le dialogue de sourds et le conflit entre l'Orient et l'Occident. Les livres de cette trilogie sont Les Hirondelles de Kaboul où l'histoire se passe en Afghanistan, L'Attentat qui se passe en Israel puis Les Sirènes de Bagdad où ici l'histoire se passe en Irak. Il a également écrit d'autres oeuvres telles que Ce que le jour doit à la nuit  Ses romans sont traduits dans 42 pays. Il a reçu de nombreux prix dont le prix des libraires en 2006.  

 

 

khadra.jpg 

 

  • Pourquoi ce titre?

 

 Les Sirènes de Bagdad est le titre d'une chanson écrite par Kadem, qui est le cousin du personnage principal.

Personnage principal : "Celles qui chantent ou bien celles des ambulances?"

Kadem : "C'est à chacun de voir."

 

 

  • Présentation du roman: 

 

 

1207884-gf.jpg

 

Ce roman est un roman réaliste car il explique la guerre telle qu'elle est, sans nous épargner les détails et la dureté de celle-ci. Il est divisé en 3 parties et contient 22 chapitres. L'intrigue principale raconte le guerre en Irak entre les américains et leurs alliés contre les irakiens. L'écriture de cet oeuvre est classique. On y trouve des retours en arrière. De nombreux termes sont abordés dans ce romans, les principaux sont la religion, la guerre, le terrorisme, l'honneur d'une famille et les différences culturelles. L'histoire se passe à notre époque, les lieux où elle se déroulent sont Kafr Karam, Bagdad, Beyrouth. Ce roman est à la première personne, donc le point de vue est interne, c'est le personnage principal qui raconte l'histoire. 

 

 

  • Personnages principaux:

 

Le personnage principal est un bébouin âgé de 20 ans, il n'a ni nom, ni surnom dans le roman. Il est né à Kafr Karam, la où les gens vivent comme avant sans se soucier du reste.

 Les autres personnages sont le docteur Jalal qui séjourne dans le même hôtel que le personnage principal lors de son séjour à Beyrouth. Il essaye de faire réfléchir ce dernier par rapport à la solution finale.

Omar le Kaporal lui, quitte Kafr Karam pour Bagdad, tout comme le personnage principal.

Sayed, Yacine et les jumeaux sont des islamistes radicaux qui influent le personnage principal au terrorisme.

Kadem, lui, est le cousin du protagoniste, il l'aide à remonter la pente lors de sa remise en question. 

 

 

  • Histoire:

 

En 2002, le personnage principal décide de partir de Kafr Karam pour poursuive ses études à Bagdad mais il est renvoyé dans son village à cause de l'invasion des américains.

En rentrant, il dépérit en écoutant discuter les gens de son village de la situation en Irak, certains espèrent tout des américains et d'autres des Irakiens. Durant son retour à Kafr Karam, le protagoniste se remet plusieurs fois en question suite à des événements qui se passent. Un villageois de son village, Souleyman se fait assassiner par les soldats américains sans aucune raison ou encore un missile est lancé dans le verger des Heitam pendant un mariage et il y a énormément de mort. Mais l'événement qui pertubera le plus le personnage principal est lors d'un attentat pas loin de son village, les soldats américains débarquent en forcent et obligent les habitants à sortir de chez eux. Le père du protagoniste est sorti de son lit à moitié nu par les soldats, le personnage principal subit une très forte humiliation par rapport à son éducation. Après ces événements, au fur et à mesure, il se détruit et subit une descente au enfer. Il décide donc de fuir son village pour Bagdad. En arrivant, il se rend vite compte que Bagdad a bien changé, cette ville qui est détruite par la gueurre civile. Le personnage principal comptait sur sa soeur pour l'héberger mais cette dernière ne veut pas car elle dit qu'elle a trop de travail à l'hôpital avec les blessés de la guerre. Ce dernier est donc livré à lui-même, sans repère et avec une seule envie: celle de venger son père. Le fait qu'il soit livré à lui-même, et ne sachant quoi faire, il se met à la recherche d'un travail, et fini par en trouver un dans un magasin d'électroménager. Mais il s'aperçoit que son patron et les autres employés sont des islamistes radicaux. Ils le tentent donc au terrorisme comme il est une proie facile car il veut venger son père. Sayed et Yacine le manipulent et le recrutent, le personnage principal va être conduit à se sacrifier pour une cause qu'il n'a jamais cru car au début du roman il est totalement contre la violence. Les islamistes radicaux lui demandent s'il accepterait d'effectuer la solution finale. Cette solution consiste à ce que le personnage principal se fasse injecter un virus dans un hôpital à Beyrouth dans le but de contaminer toute l'Europe, à commencer par Londres. 

Que va-t-il décider de faire? 

 

 

 

Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 20:01

Voyage au bout de la nuit de Céline

 

L'auteur :

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1312491-Louis-Ferdinand_C%C3%A9line.jpgLouis-Ferdinant Destouches plus connu sous le nom de Céline est né à Courbevoie en 1894 et est mort à Meudon en 1961. Il était medecin et écrivain. Ses romans et pamphlets, pour la plupart antisémistes nuisent à sa réputation d'écrivain.

Son roman Voyage au bout de la nuit à obtenu le pris Renaudot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son oeuvre :

 

Résumé : Voyage au bout de la nuit est un récit à la première personne dans lequel le personnage principal, Bardamu. raconte son expérience de la Première Guerre mondiale, du coloniaslisme en Afrique et des  Etats-Unis de l'entre-deux guerres.

Bardamu a vu la Grande Guerre et l'ineptie meurtrière de ses supérieurs dans les tranchées. C'est la fin de son innocence. C'est aussi le point de départ de sa descente sans retour. Ce long récit est une dénonciation des horreurs de la guerre, dont le pessimisme imprègne tout le récit. Il part ensuite pour l'Afrique, où le colonialisme est le purgatoire des Européens sans destinée. Pour lui c'est même l'Enfer, et il s'enfuit vers l'Amérique de Ford, du dieu Dollar et des bordels. Bardamu n'aime pas les États-Unis, mais c'est peut-être le seul lieu où il ait rencontré un être (Molly) qu'il aima jusqu'au bout de son voyage sans fond. Mais la vocation de Bardamu n'est pas de travailler avec les machines des usines de Détroit; c'est de côtoyer la misère humaine, quotidienne et éternelle. Il retourne donc en France pour terminer ses études en médecine et devenir médecin des pauvres. Il exerce alors dans la banlieue parisienne, où il rencontre la même détresse qu'en Afrique ou dans les tranchées de la Première Guerre mondiale.

 

Les Personnages principaux :

Ferdinant Bardamu, le narrateur : Ce personnage est un anti-héros, nous le voyons par sa solitude, son pessimismeet sa lâchetée.

Léon Robinson ;

Alcide, son collègue en Afrique ;

Lola, américaine rencontrée à Paris et retrouvée à Manhattan ;

Musyne, violoniste rencontrée à Paris ;

Molly, américaine rencontrée à Détroit;

Bébert, petit garçon rencontré dans la banlieue parisienne ;

La tante de Bébert ;

La famille Henrouille (la bru, son mari et sa belle-mère) ;

Parapine, médecin ;

Madelon, amante de Robinson (et, à l'occasion, de Bardamu) ;

Sophie, infirmière slovaque, amante de Bardamu ;

Abbé Protiste.

 

Le Titre : Le titre de cette oeuvre fait part à la noirceur et au pessimisme que nous observons durant tout le roman.

 

Composition du roman : Ce roman est organisé en 47 chapitre et 2 parties.

1ère partie : • La guerre

                       • Le colonisalisme en Afrique et en Amérique

2ème partie : • Le retour en France : l'isolement

 

Les thèmes principaux :

Les sujets évoqués dans cette oeuvre sont la 1ère guerre mondiale ainsi que le colonialisme en Afrique et aux Etats-Unis à l'entre-deux guerres, l'errance et la lachetée grâce au histoire du personnage principal

 

Réalisite/naturaliste ? : Ce roman est un roman réaliste. Nous pouvons le dire grâce à la description présente tout au long du roman.

 

Avis : Ce roman est écrit en language parlé mais soutenu, grâce à cela la lecteur de ce roman est plutôt facile. Mais je ne l'ai pas trop aimer car c'est un récit sombre, et je n'ai pas réussi a m'attacher au personnage principal sans doute à cause des trop nombreuses descriptions de son histoire.

Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 19:45

 

VERCORS : Les animaux dénaturés

 

         Vercors est le surnom littéraire adopté par l'illustrateur et écrivain français Jean Bruller durant la 2dn guerre mondiale qu'il garda ensuite comme nom d'écrivain. Vercors est né le 26 février 1902 à Paris et décédé le 10 juin 1991 également à Paris, c'est à dire a l'âge de 89 ans.

Les animaux dénaturés, parue en 1952, est l'un des ses premier romans. Parmi ses autres œuvres, il y a des romans comme « Le radeau de la Méduse » parue en 1972 ou alors « Comme un frère », en 1973, mais aussi des nouvelles tel que « Le silence de la mer » en 1942 ou bien « Ce jour-là » en 1943.


 

 

Pourquoi ce titre ?

 

    Dans cette œuvre de Vercors on y trouve une espèce plutôt étrange car cette espèce, appelée Paranthropus greamiensis ou plus communément « tropis », est situé à mis-chemin entre le singe et l'Homme à cause de leur comportement et de leur morphologie. C'est pourquoi on ne sais de quelle nature il sont, on ne sais pas dans quelle catégorie les placé. C'est une signification possible de ce titre.

 

Quelles intrigue ?

 

     L'intrigue va donc ce basé sur ça. L'histoire commence par un meurtre, un meurtre d'un enfant de cet espèce dit « tropis ». Tué par son père qui lui est un Humain. Donc on ne sait pas si ce meurtre va être considéré comme un homicide ou simplement comme la disparition d'un être animal.

 

Thème principaux :

 

     Il y a le thème de l'aventure car le héros principal part en expédition pour chercher de nouvelles informations sur les « tropis ». On retrouve donc des mots comme « découvrir », « exploré » ou bien « trouva ».

 

     Il y a aussi le thème de l'amour entre le héros principal et une femme rencontré lors d'une promenade ; une femme avec qui il partage une même passion, l'écriture.

 

Le contexte :

 

     Pour commencé le récit ce passe a Londres, fin 20ème siècle je dirais. Mais l'histoire ce passe en grand partie en Nouvelle-Guinée là où les recherche sur les « tropis » sont menées.


 

Les personnages :

 

Douglas Templemore : appelée aussi « Doug », journaliste, fait partie de l'expédition et va risquer sa vie pour protèger les « tropis ».

 

Frances Doran : épouse de « Doug ».

 

Cuthbert Greame : Paléontologue.

 

Sybil Greame : femme de Cuthbert, paléontologue également ainsi que darwinienne, vieille amie de « Doug ».

 

Kreps : chef de l'expédition, paléontologue.

 

Réaliste/ Naturaliste :

 

     On voit que ce roman a hérité du naturalisme avec l'histoire entre le Singe et L'homme, et la science.

 

Avis :

 

    J'ai bien aimé ce livre car j'ai beaucoup accroché l'histoire, surtout au début.

Il y a beaucoup de débats intéressants sur l'évolution et les chapeaux de début de chapitre sont bien construits.

 

     En revanche j'ai eu un peut de mal a suivre l'histoire par moment (passages assez longs). Et je ne me suis pas identifié au personnage principal.

Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 19:20

La Délicatesse de David Foenkinos

 

 

 

Présentation de l’auteur :

 

http://imworld.aufeminin.com/dossiers/D20110810/David-Foenkinos-120834_L.jpg

David Foenkinos est un romancier français né le 28 Octobre 1974 à Paris.
Son premier roman a été publié en 2002 chez Gallimard. Dans ses œuvres littéraires, il aborde souvent les thèmes de l’amour.
David Foenkinos a écrit d’autres œuvres comme « entre les oreilles » en 2002, « en cas de bonheur » en 2005 ou encore « les souvenirs » en 2011.

 

 

 

Résumé :

 

Nathalie est une jeune femme belle, intelligente et volontaire. Elle rencontre François, par hasard, et ils tombent amoureux l’un de l’autre. Ils vont vivre ensemble pendant sept ans, jusqu’à ce que François meure brutalement dans un accident. Nathalie, qui ne se remet pas de sa mort, s’acharne encore plus au boulot, et ne veut plus penser à sa vie sentimentale. Mais un jour, elle embrasse sans réfléchir, un de ses collègues, Markus, un homme peu attirant et surtout très atypique. A partir de ce moment va commencer une histoire d’amour que personne autour d’eux n’arrivera à comprendre.

 

http://p2.storage.canalblog.com/28/79/391377/44163488.gif

Les personnages :

 

Nathalie : Le personnage principal. C’est une jeune femme qui travaille dans une entreprise suédoise. Elle est séduisante, intelligente et volontaire. Elle est très renfermée depuis la mort de son mari et de ce fait, travaille beaucoup.

 

François : Il est le mari de Nathalie. Il meurt au début du roman à cause d’un accident. Ils étaient très amoureux l’un de l’autre.

 

Charles : Il est le directeur de l’entreprise suédoise où travaille Nathalie. Il tombe amoureux d’elle au début du roman, et le reste tout au long de celui-ci, alors qu’il est marié.

 

Markus : Il fait partit de l’équipe que dirige Nathalie. Il est plutôt atypique, au physique assez ingrat et très maladroit. Il est très troublé par le baiser de Nathalie.

 

 

Pourquoi ce titre ?

 

Ce roman s’appelle « La Délicatesse » car lorsque Nathalie reprend le travail après les longs mois de dépression qui suivirent la mort de son mari, elle entre dans le bureau de Charles, son patron, qui, comme chaque matin lit une définition dans le dictionnaire. Au moment où elle entre, il lit la définition du mot « délicatesse » et trouve qu’il convient parfaitement à Nathalie.
Ce nom a aussi été choisi car tout le roman tourne un peu autour de ce mot, et tout parait délicat.

 

Composition du roman :

 

Ce roman est composé de 117 chapitres assez courts. Très souvent, à la fin des chapitres, il y a des petites remarques ou des anecdotes en lien avec ce qui s’est passé dans le chapitre.

 

Les thèmes principaux :

 

Les sujets abordés dans ce roman sont l’amour et le bonheur conjugal, la mort mais surtout le deuil, et tout ce qui se rapporte aux sentiments, à la découverte de l’autre...

 

Le contexte :

 

L’histoire se passe souvent soit au travail de Nathalie ou alors à son domicile, à Paris.

 

Le style :

 

Le style d’écriture est simple et c’est ce qui fait que le roman se lit facilement. Il y a beaucoup de touches d’humour ou d’anecdotes. Les petites notes rajoutées à la fin de certains chapitres donnent un style plutôt original à ce roman.

 

Adaptation cinématographique :

 

http://static1.purepeople.com/articles/0/90/83/0/@/738074-stephane-foenkinos-audrey-tautou-637x0-3.jpg

 

Ce roman a aussi été adapté au cinéma, il a été réalisé par l’auteur lui-même ainsi que son frère Stéphane. Il est sorti le 21 Décembre 2011 au cinéma.

 

 

Mon avis :

 

 

J’ai bien aimé ce roman car j’ai trouvé qu’il se lisait facilement et qu’il amenait parfois à des moments de réflexion, d’humour, mais qu’il apportait aussi quelques connaissances grâce aux anecdotes. J’ai aussi apprécié le fait qu’il n’y ait pas trop de description, ce qui permettait de ne pas rester trop longtemps sur la même chose, on sent donc le récit vivant.

 

Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 18:58
Eric-Emmanuel Schmitt est né en 1960 et est devenu un des auteurs francophones les plus lus et les plus représentés dans le monde. Il écrit de nombreuses oeuvres et de pièces théatrales comme "La nuit de Valogne" "Le visiteur"."La part de l'autre" est paru en 2001.

 

Eric-Emmanuel-Schmitt Gamma-Rapho ga729249 02

 

"La part de l'autre" est une biographie romancée d'Adolf Hitler en parallèle avec une biographie unique de ce personnage. L'histoire démarre avec les résultats d'entrée à l'académie des beaux-arts de Vienne, le 08 octobre 1908. Des cet instant, le récit suit le parcours de deux personnages : Hitler qui a lamentablement échoué et Adolf H. qui est admis dans le célèbre établissement. En effet, la première phrase du livre "Hitler Adolf : recalé !" va sans le savoir, à jamais modifier le cours de l'histoire. Si il avait été accepté, quand serait-il du monde d'aujourd'hui? Que serait-il passé si Hitler avait été admis dans cette école? Son rêve était de devenir un artiste peintre.

Schmitt intitule son livre "La part de l'autre" car il fait référence au comment nous acceptons la part de l'autre, cette partie de nous même qui pourrait un jour nous rendre monstrueux. Ce livre parle finalement plus de nous que d'Hitler.
 

la part de l autre
 

A travers ce livre, l'auteur nous présente un Adolf H. plutôt sensible et dépourvu de toute agressivité. Il déteste même la guerre et préfère se distraire avec ses amis autour d'une bonne bière dans une ambiance de bonne camaraderie. C'est quelqu'un de très fier et imbu de sa personne car il aime marquer une certaine distance entre lui et les autres. Il n'ose même pas avouer à sa famille et à son entourage qu'il a été recalé. Il reste convaincu que c'est un artiste. Hitler est devenu orphelin très jeune, son père décède d'un alcoolisme chronique et sa mère, suite à un cancer du sein. Son père était un homme violent, plus tard cette aggressivité aura des conséquences dans la vie d'Hitler.

Au début de l'histoire, il suit des séances de psychanalyse avec le Docteur Freud (il joue un rôle important car il fait rennaitre un homme) où il va résoudre ses problèmes avec les femmes. Par la suite, c'est auprès d'elles qu'Hitler va rechercher la douceur et la chaleur qu'il a tant manqué étant petit. 

Il ne faut pas oublier qu'au départ, Hitler était contre l'antisémitisme et le racisme. C'est au cours de la première guerre mondiale qu'il se découvre une passion pour l'ordre et la morale, ce qui va rêvéler en lui un fin stratège et un exellent élément pour l'armée allemande : il est perfectionniste et entièrement dévoué à la cause allemande. Il ne se remettera jamais de la défaite de l'Allemangne dont il en nomme responsable les Juifs, il sera repéré par le parti nazi et il en sera le leader.

 
Le point de vu de l'auteur :
 
Éric Emmanuel Schmitt voulait comprendre comment un être humain pouvait déraper. Comment cet homme pouvait se faire emporter par sa part sombre car Adolf Hitler est après tout un humain. Et comme tout être humain, sa vie va être guidée par ses choix mais qui pour lui n'ont malheureusement pas été les bons. L'auteur nous fait passer un message à travers son livre qui pourrait justifier d'une part le crime d'Hitler : ce ne sont pas les événements qui nous changent, mais ce que nous en faisons, ou plus exactement les décisions que nous prenons face aux divers problèmes que nous rencontrons.
Hitler n’a pas su faire les bons choix. Il va s’enfoncer dans l’horreur parce qu’il ne sait pas se remettre en question, qu’il n’a pas rencontré les bonnes personnes. Ce que ce livre nous raconte surtout, c’est que si Hitler avait pu être Adolf H., nous pourrions tous un jour devenir un Hitler en puissance. 
 
Mon point de vue
 
Ce livre est passionnant, tant du point de vue historique que du point de vue personnel. Une fois cette lecture terminé, on en ressort pas forcément bien car elle est parfois dérangeante, parfois inquiétante, mais cette lecture est tout de même interressante car elle porte reflexion sur l'homme.
On s'est tous posé la question, plus d'un million de fois dans notre vie "Et si ..." Et si j'avais fais çà plutôt que çà ? Et si j'étais arrivé plus tôt ?
Ici, la question qu'on devrait se poser est "Et si Hitler avait été accepté à l'académie des beaux arts, la face du monde serait-elle changé ?". C'est assez frustrant je trouve car on a comme un regret quand on lit ce livre, on se dit d'une part que ce n'est pas entièrement la faute à Hitler cequi est arrivé, car si il avait été accepté, il aurait connu une vie différente. 
Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 18:31

 

Présentation de l'auteur:

 

 

 

 

Emile Zola, de son nom complet Emile Eduard Charles Antoine Zola est un écrivain et journaliste Français. Il est né le 2 avril 1840 a Paris et est mort le 29 semptembre 1902. Il est le chef de file du naturalisme, c'est un des romanciers les plus populaires, les plus publiés, les plus traduits et commentés au monde. Nombreuses sont ses oeuvres a avoir été adapté au cinéma et a la télévision.

 

Il est principalement connu pour les Rougon-Macquart, dont "LaTerre" est l'un des 20 volumes qui dépaignent la société française sous le second Empire. Les Rougon-Macquart c'est l'histoire d'une famille qui traverse plusieur générations et dont un membre de chaque génération de la famille est associé a un roman. 

 

Dans les dernières années qui précèdent sa mort, Zola va s'impliquer dans l'affaire Dreyfus avec l'article "J'accuse!" publié en janvier 1898 qui lui vaudra un procès pour diffamation et un éxil a Londres dans la même année.

 

"La Terre" est le 15ème volume de la série des Rougon-Macquart et c'est sans doute l'un des romans les plus violents qu'a écrit Zola et a l'époque il fait polémique.

 

 

Resumé du roman:

 

 

"La Terre" est une histoire se déroulant principalement à Rognes, dans un village; la Beauce et qui raconte la vie des paysans de l'époque plus précisement celle de la famille Fouan qui est asser atroce. 

 

Le vieux Louis Fouan, nommé le père Fouan par les villageois, décide de partager ses biens entre ses trois enfants. Il y a d'abord Hyacinthe ( qui est un homme) c'est en quelque sorte le "chouchou" de sa mère qui lui donnerais tous si elle le pouvait, ensuite il y a Fanny, au contraire elle et sa mère ne se supporte pas c'est pourtant la seule fille de la famille et pour finir il y a Buteau.

 

Mais Buteau lui, refuse sa part repprochant a son frère et a sa soeur d'avoir tiré les meilleurs lots. Il se fache donc avec ses parents et fait un enfant avec sa cousine Lise, une des soeurs Mouche et fait des avances a l'autre, Françoise la plus jeune. Celle-ci se rapproche du héros du roman, Jean Macquart parce qu'elle ne supporte pas Buteau et avances. Jean finira par l'épouser  mais Buteau et Lise qui son fortuné par leurs héritages ne voillent pas ça d'un très bon oeil, ils ont peur que leurs héritages passe entre les mains d'un inconnu. Quand ils apprennent que Françoise est enceinte, ils vont décider de la faire avorter et Buteau va ensuite la violer avec l'aide de Lise et celle-ci la poussera sur une faux. Françoise sera gravement bléssée et mourra des suites de sa blessure. Mais le père Fouan eu le malheur d'assiter à la scène et il sera tué des mains de son fils aveuglé par l'argent. Quand au héros, Jean, il finira par quitter Rognes et se réengagera dans l'armée.

 

Analyse:

 

Pour revenir à la polémique autour de "La Terre", à l'époque de sa parution il a soulevé de violentes controverses car Zola choque. Il choque parce qu'il dresse un portrait féroce du monde paysan attiré par l'argent, devoré d'une passion pour la terre qui va même parfois jusqu'au crime. Dans tout l'ouvrage, on retrouve une bestialité entre les êtres humain et c'est cela qui choque les lecteurs de l'époque car justement, elle n'est pas vouée qu'au animaux. Mais c'est aussi cette grande précocité et brutalité qui va frequemment jusqu'au viol qui dérange.

 

1) Les thèmes:

Zola nous expose des thèmes bien naturaliste comme la mort, la vie, l'amour, la passion et la richesse et c'est lui-même qui l'écrit dans l'ébauche du roman:

"Je veux faire le poème vivant de la terre, mais sans symbole, humainement. J'entends par-là que je veux peindre d'abord, en bas, l'amour des paysans pour la terre, un amour immédiat, la possession du plus de terre possible, la passion d'en avoir beaucoup, parce qu'elle est à ses yeux la fortune de la richesse, puis en m'élevant, l'amour de la terre nouricière, la terre dont nous tirons tout, notre être, notre substance, notre vie et où nous finissons par retourner".

Avec cette extrait Zola nous exprime aussi le choix de se titre.

 

2) Les personnages:

En personnage principal on retrouve Jean Macquart que l'on croise dès les premières lignes, semant son blé. C'est un ouvrier agricole sorti indemne de la guerre. 

On retrouve aussi la famille Fouan mais c'est surtout véritablement "la terre" qui est le héros muet en quelque sorte du roman. Car C'est sa possession qui définira l'être et non ce qu'elle produit ou le travaille qu'elle réclame, plus le paysan possède de terre plus il enfoncera ses racines et s'élevera au détriment des autres.

 

Mon avis:

 

J'ai trouvé la lecture difficile:

*de par le langage employé, langage classique que je n'ai pas l'habitude de cotoyer.

*beaucoup trop de personnage pour ma part, une grosse majorité sans importance, il est facile de s'y perdre.

*détails trop présent.

 

Puis dans certain passage "crue" avec des actions dérangantes.

On se rend vite compte que la femmes a cette époque était très soumise, avec beaucoup de travaille et de responsabilité.

 

Par contre j'ai trouvé dans le héros un personnage attachant dans lequel on peut s'identifier.


Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 10:55

 

Auteur: Sorj Chalandon, né le 16 mai 1952, est un journaliste et écrivain français. Il est passé par différents postes grâce à son ascension dans le journalisme, notamment dessinateur et rédacteur en chef adjoint. Il a reçu le prix Albert Londres en 1988 pour ses articles sur l'Irlande du Nord et le procés Klaus Barbie. Depuis 2005, il a publié 5 romans dont Une promesse, qui a reçu le prix Médicis en 2006, et Retour à Killybegs, qui a reçu le Grand prix du roman de l'Académie française en 2011. Cette année, Sorj Chalandon est devenu le Président du Jury du Prix Littéaraire du Deuxième Roman.


 

Composition: Ce roman est composé de 16 chapitres de taille différent et se termine par une page de remerciement.

 

Contexte: L'histoire se déroule à Belfast en 1977.

 

Résumé: "La première fois que j'ai vu mon traître, il m'a appris à pisser." est la première phrase qui nous plonge dans le livre. Le traître s'appelle Tyrone. C'est un leader de l'armée républicaine irlandaise (IRA). Il rentcontre Antoine, à Belfast, un luthier de Paris. Un jour, l'autorité irlandaise découvrit que Tyrone avait colaboré avec les Britanniques pendant 25 ans.

 

Analyse et choix du titre: Ce roman a un côté autobiographique car l'auteur raconte une partie de sa vie au travers de ses personnages. En effet, Tyrone représente Denis Donaldson, un leader de l'IRA et un ami de l'auteur. Antoine représente l'auteur. Grâce au roman, il a pu envoyer Antoine là où lui même ne pouvait accéder. Nous pouvons donc penser que "Mon traître" est une expression intime de l'auteur, il est blessé par cette histoire.

 

Avis: Ce roman parle beaucoup de ce qu'il y a de plus beau et de plus atroce en nous, j'ai apprécié cette aspect du roman. De plus, il partage des sentiments d'amour, d'amitié et de haine ce qui le rend encore plus intéressant. L'auteur a choisi des mots simples et facile à comprendre ce qui rend ce roman plus agréable. J'ai beaucoup apprécier ce roman.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 23:27

Perec-La-disparition.jpg"Trahir qui disparut, dans La disparition, ravirait au lisant subtil tout plaisir. Motus donc, sur l'inconnu noyau manquant-"un rond pas tout à fait clos finissant pas un trait horizontal"-, blanc sillon damnatif où s'abîma un Anton Voyl, mais d'où surgit aussi la fiction. Disons, sans plus, qu'il a rapport avec la vocalisation. L'aiguillon paraîtra à d'aucun trop grammatical. Vain soupçon: contraint par son savant pari à moult combinaisons, allusions, substitutions, ou circonclusions, jamais G.P. n'arracha au banal discours joyaux plus brillants ni si purs. Jamais plus fol alibi n'accoucha d'avatars si mirobolants. Oui, il fallait un grand art, un art hors du commun, pour fourbir tout un roman sans ça !"

 

Vous n'avez pas compris ? Ne vous en faites pas, moi non plus ! Jusqu'à ce que je sache ce qui a disparu... 

Mais avant de vous le révéler, je vais vous présenter l'auteur de ce roman.

 

Georges Perec

 

georges perecGeorges Perec est un écrivain français né le 7 mars 1936 et mort le 3 mars 1982 a l'âge de 45 ans.

Il se fait connaître grâce a son premier roman, "Les Choses: Une histoire des années soixantes", qui raconte l'histoire d'un couple qui trouve sa vie trop monotne et rêve de la vie parfaite.

Grâce a se roman, il reçoit le prix renaudot.

Il fait partie de l'Oulipo, un groupe international de litteraire et de mathématicien.

 

La Disparition

 

C'est un roman lipogrammatique réaliste. Le mot lipogrammatique vient du grecque leipogramatikos qui veut dire "à qui il manque une lettre". C'est une figure de style Oulipienne, qui a donc été crée par le groupe l'Oulipo dont fait parti Perec, qui consiste à écrire un roman dans lequel on fait "exprès" d'exclure une lettre.

Dans ce roman, Perec choisit d'enlever la lettre "e" ( voilà pourquoi on ne comprend pas le texte que j'ai écris plus haut qui est en faite celui de la quatrième de couverture du livre. Si vous le relisez en ayant cette information, je pense que le texte sera plus comprehensible ! ). Il choisit le "e" pour deux raisons:

  _ Premierement, car c'est la lettre la plus utilisée dans la langue française.

  _ Deuxiemement, le "e" peut désigner "eux", ses parents, qui ont disparus.           Son père est mort au combat en 1940 et sa mère est déporté a Auschwitz en       1943.

"La Disparition" est organisé en 26 chapitres, mais enfaite il y en a 25 ! Je m'explique: enfaite Georges Perec a délibérément fait exprès de supprimer le chapitre 5 ( les 26 cahpitres pour les 26 lettres de l'alphabet et la supression du chapitre 5 pour la disparition de la 5ème lettre de l'alphabet, le "e").

Il fait, a travers cette oeuvre, pleins de fois cette allusion a la lettre "e" et à sa disparition.

Georges Perec utilise le mot "contrainte" pour la supression du "e" qu'il explique ici: http://www.ina.fr/video/I09365762

 

Intrigue

 

La Disparition est un roman policier qui se passe à Paris dans les années 1960. C'est l'histoire d'Anton Voyl, un personnage sans problèmes, qui disparait mystèrieusement. Ses amis partent a sa recherche mais ils ne savent pas si il a disparu ou si il est mort. Mais ils disparaissent chacun leur tour mystèrieusement ...

 

Personnages:

Dans ce roman, il n'y a pas beaucoup de description, que ce soit physique ou moral. Le personnage principal est Anton Voyl, une personne ordinaire victime d'insomnie, Amaury Conson, un ami, Ottavio Ottaviani, un flic, Hassan Ibn Abbou, un avocat et Olga, une amie. 

 

Pourquoi ce titre ?

Car c'est le thème principal du roman et qu'il n'y a aucun "e" dans celui-çi.

 

Avis Personnel

J'ai beaucoup aimé ce roman car Georges Perec nous montre un style d'écriture très particulier, notamment dans la manière de manier les mots et les phrases alors qu'il se prive de la lettre la plus utilisée de la langue française.

Ce que je n'ai pas aimé, ce sont les passages où on lit le journal d'Anton, j'ai trouvé ça ennuyant.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 21:00

L'auteur (courte présentation):

 

AVT Emile-Zola 846


Emile Zola (de son vrai nom Emile Edouad Charles Antoine Zola) est un écrivain journaliste Français né en 1840 et mort en 1902 à Paris. Il est concidéré comme le chef de file du Naturalismeici ), c'est un des romanciers les plus influents et beaucoup de ses romans sont adaptés au cinéma. Zola est notemment réputé pour sa fresque romanesque intitulée "Les Rougon-Macquart" . Les dernières années de sa vie sont dédiées à l'affaire Dreyfus.

 

Le roman:

 

  • Quelques mots de l'auteur, le naturalisme

Zola à voulu peindre la déchéance fatale d'une famille ouvrière. Au bout de la fénéantise et de l'ivrognerie.

Selon lui, c'est la morale en action:l'oubli progressif des sentiments honnêtes puis le dénoument de la honte et de la mort. 

 

"J'entend être un romancier tout court, sans épithète. Si vous tenez à me qualifier, dites que je suis un romancier naturaliste, ce qui ne me chagrinera pas." (p.14 - l.1)


L'assommoir est un roman qui fut très critiqué, et qui a indigné beaucoup de personnes, ilfit scandale mais connuunénorme succès.

  • Le titre


L'assommoir est l nom du bistrot Père Colombe, mais c'est surtout un mot pour désigner eau-de-vie frelatée ( allambic, vitriol...). En effet, c'est un alcool très fort il "assome"  donc ceux qui en boivent.

  • L'intrigue:  Le roman raconte l'histoire de Gervaise Macquart, quiest abandonnée par son amant Lantier, elle survit seule avec ses enfants, en témoignant une vie acharné et courageuse quisefinalise avec l'achat d'une balnchisserie.L'accidet de Coupeau, va mettre la vie de Gevaise au défi, avec laboissonquienfonce le couple dans la misère.

  • La composition du roman

Ce livre est composé de13 chapitres. 

  • Le contexte histrique:

L'histoire se passe sous le second empire (comme toute la série des Rougon-Macquart).

Ici Zola nous expose le milieu ouvrier.

 

  • Les personnages principaux

Gervaise Macquart : une provençale mère de Claude, Etienne Lantier et d'Anna Coupeau. Elle vit avec Lantier, un ouvrier zingeur qui la quitte. A 22 ans, elle devient blanchisseuse et par la suite va épouser Coupeau .

 

Lantier: ouvrier, puis chapelier. Infidèle, père de Claude et d'Etienne, délaisse Gervaise et les enfants après avoir dépensé toutes leur économies. Il se réinstallera dans la vie de Gervaise et Coupeau .

 

Coupeau : honnête ouvrier zingueur travailleur, jusqu'à sa chute du toît qui l'entraine dans la paresse  et l'alcoolisme.

 

Claude Lantier : fils ainé de Lantier et Gervaise, en voyé chez un ammateur de tableaux qui trouvera un talent chez Claude. ( héros de    zola_oeuvre_couv83001.gif  )

 

Etienne Lantier : l'autre fils de Gervaise et Lantier, travaille à la forge puis pa chez un mécanicien à Lille. ( héros de couv49399203.png )    

 Virginie Poisson: soeur d'Adèle pur qui Lantier à quitté Gervaise. Elle se va se battre avec cette dernière au lavoir. Elle va racheter la boutique de Gervaise et l'embaucher (faute de travail la pauvre femme acceptera) dns des conditions répugnantes.

 

 

  • Les thèmes principaux

L'alcoolisme : très marqué avec le personnage Coupeau, qui au début mène une vie paisible, puis se met à cotoyer l'assomoir et fai une descente au enfers progressive : paresse (il ne va plus au travail) -> son physique se dégrade ( il se casse la jambe sur le toît lorsque sa fille l'appelle) -> il finit par devenir violent (ivrogneries) et meurt fou.

Les ouvriers boivent pour oublier leur misère.

 

Les différentes catégories sociales: Avec des personnages "opposés" par exemple Goujet qui est un homme honnête, bon travailleur et discret contrairement à Coupeau (à la fin).

 

L'histoire qui se dégrade: Elle évolue en s'enfonçant progressivement, on le voit surtout avec le personnage de Gervaise qui connaît bonheur, peine, et  mort.

 

  • Résumé de l'histoire

Cest l'histoire de Gervaise Maquart,le roman porte beaucoup sur elle. Nous assistonsà sa grandeur, son élévation jusque sa chute. C'estune blanchisseuse qui vit avec son amant Lantier dans un hotel meublé assez médiocre dans le quartier réputé de la Goutte d'or à Paris avec leurs deux fils Claude et Etienne.

 

Lantier est chapelier ( de chapel = chapeau). C'est un homme fainéant et surtout infidèle,l va abandonner Gervaise en s'emparant de leurs économies et la laissant élever seule leurs deux fils.

 

Gervaise rencontre puis épouse, un ouvrier zingueur nommé Coupeau, il lui fait la cour à l'assommoir. Tous les deux, ils arrivent à nouer les deux bouts de leur petite famille et louent une petite boutique. Ils concrétisent leur bonheur en donnant naissance à une fille, Anna, que par la suite tout le monde surnommera Nana.

 

Ce bonheur est cependant de courte durée.

 

Un beau jour, Coupeau tombe du toît et se casse une jambe. Le couple doit payer les soins, donc dépenser leurs économies pour éviter l'hôpital Gervaise le soigne à domicile. Goujet, un forgeron, qui vit près de chez eux est un bon ami de Gervaise, il décide donc de lui prêter l'argent nécessaire pour lui permettre de s'établir financièrement.

La jeune femme engage deux ouvrières, gagne correctementsa vie mais pas assez pour remboursert le prêt.

 

Un jour, cette dernière organise un grand repas où elle répare une oie rôtie. Lantier revient ; et solidifie ses liens avec le couple, à tel point qu'il s'installe avec eux. Coupeau se met à boire, ne travaille plus, il sombre dans l'ivrognerie et la brutalité. Les deux hommes vivent de la pauvre Gervaise ; qui elle aussise laisse un peu aller : devient gourmande et paresseuse (moral) , sonphysqique se dégrade aussi.

 

Ils finissent par ceder leur boutique,et emménagent dans un taudis. Coupeau est atteint de folie (crise) , meurt de souffrances invivables. Ilse fait interner à Sainte-Anne. Gervaise quant à elle demeure démuie, forcée de se prostituer pour survivre. Elle meurt indifférente, de faim et de misère.

 

  • Mon avis

J'ai beaucoup apréciée le personnage de Gevaise, parce qu'elle m'a semblé formidable tout au long du roman (mis apart la fin), courageuse car elle n'a pas choisi la vie qu'elle mène.J'ai trouvé ce livre beau,et interressant, il nous fait partdelamisère du XIXème siècle eten même temps dénonce les méfaits de l'alcoolen insistant biensur l'échéance de la vie de ces personnages.

 

En revanche, ce bouquin évoquait beaucoup l'alcoolisme ce qui m'a déplu à force. Aussi, je l'ai trouvé long, et surtout très sombre description de lamort de Gervaise est pitoyable. J'ai ressenti de la pitiépourelle, parce qu'elle est un personnage auquel nous nous s'attachons très vite au début.

 

C'est un très bon livre, malgré l'histoire triste qui s'en suit.

 

  • L'assommoir en image

 

 

 

25_bar1.jpg  L'ASSOMMOIR.

 

                                                        LA CHUTE DE COUPEAU       27 accident

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:50

Présentation de l'auteur


http://www.babelio.com/users/AVT_Jean-Diwo_7353.jpeg

 

Jean Diwo, né le 27 décembre 1914 et décédé le 10 juin 2011 à l'âge de 96 ans, a débuté sa carrière dans le journalisme en tant que reporter de Paris Match, il est également le fondateur du magasine Télé 7 Jours. C'est en 1980 après la mort de sa femme qu'il s'intéressera à la littérature, son premier roman sera Chez Lipp publié en 1981. C'est un auteur à succès de roman historique, cependant, son plus grand succès restera sa trilogie : Les dames du faubourg racontant l'histoire du faubourg Saint Antoine.


 

http://www.images-booknode.com/book_cover/16/demoiselles-des-lumieres-15681-250-400.jpg

 

 

Pourquoi ce titre ?  

 

Ce roman nous parle de deux jeunes femmes qui font leur entrée dans le monde des lumières ce qui explique ce titre. 

 

 

La composition du roman :

 

Ce roman fait en tout 349 pages réparties en onze chapitres.

 

 

Thèmes :

 

Ce roman nous parle du siècles des lumières avec d'un côté le monde des sciences et des lettres et de l'autre le monde de la royauté, de l'aristocratie.

 

 

Ses intrigues :

 

Ce n'est pas un roman d'action mais un roman historique on sait donc plus ou moins avant de l'avoir lu comment va se finir l'histoire, cependant, dans ce livre un parralèle est fait entre deux jeunes femmes, l'une s'intéressant au sciences l'autre à l'aristocratie. C'est là que l'intrigue se crée car on suit leur parcours depuis le début on voit donc la manière par laquelle elles s'intègrent au monde des lumières.

 

Les personnages :

 

Dans ce roman on retrouve deux personnages principaux : 


  • Jeanne-Antoinette Poisson surnommée "Reinette" plus connue sous le nom de la marquise de Pompadour. Elle souhaite être intégrée à l'aristocratique elle deviendra même la favorite du roi. C'est un personnage historique et son histoire nous est raconté telle quelle même si elle nous est romancée bien évidemment. (ci-dessous une peinture la représentant)

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d0/François_Boucher_019_(Madame_de_Pompadour).jpg

 

  • Agnès d'Estreville, une jeune femme s'intéressant au monde des sciences. C'est un personnage fictif qui représente les femmes de ce siècle voulant se cultiver (cela explique pourquoi on ne trouve aucune représentation d'elle).

 

 

Résumé :

 

Cette histoire se passe sous le règne de Louis XV. Agnès d'Estreville et Mlle Poisson ont grandi ensemble dans un couvent. Le récit commence lors d'un salon à Bourbon-l'Archambault, elles se retrouvent alors qu'elles ne s'étaient pas vues depuis plusieurs années. C'est lors de ce rassemblement que leurs vies vont commencer à prendre des tournents différents. Elles vont prendre deux chemins différents mais tout autant remarquable l'un que l'autre. Agnès va s'intéresser au sciences et tomber amoureuse d'Alexis Clairaut un jeune académicien passionné de mathématiques et d'astronomie, cependant elle ne se mariera pas à lui car elle ne souhaite être mariée à personne afin de pouvoir profiter pleinement de sa liberté pour se cultiver. Elle sera ami avec Diderot, Voltaire et bien d'autres, on lui proposera même d'écrire un article pour l'Encyclopédie. Quant à Mlle Poisson elle se mariera avec le seigneur d'Etiolles à l'âge de 17 ans, mais cela ne lui suffira pas elle essayerait de se faire distinguer par la cour et cela sera concluant, elle se fera même repérer par le roi en habitant les terres touchants son terrain de chasse. Elle finira par être la favorite du roi et ainsi devenir la première dame de France.

 

 

Mon avis

 

Ce roman m'a beaucoup plu, c'est une nouvelle approche, plutôt intéréssante, du siècle des lumières. C'est pourtant une période dont on connait beaucoup de chose mais on en apprend encore. On se rend compte de l'évolution de la société et des mentalités ; auparavant une femme ne possédant pas de titre ne pouvait prétendre être la favorite du roi tout comme une femme cultivée n'était pas reconnue pour cela. Je trouve ce livre très bien écrit, facile à comprendre et le parralèle qui est fait entre ces deux milieux différents fait que l'on ne tombe pas dans un récit monotone. 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages