Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 19:36
Salut!
Je m'appele Sigrid et j'ai seize ans.
Je habite à Purmerend avec mon père, mère, grand frère et petit frère.
Mes passe-temps favoris sont faire du shopping et sortir avec mes amies.
Je déteste des devoir parce que je pense que c'est casse-pieds et je veux rendez-vous avec mes amies.
Mes films préférés sont alles is liefde et Inglourious basterds.
Mon chanteur préféré est Joshua Radin.
Mes programmes des séries favoris sont Gossip Girl et Gooische vrouwen.
Sur la photo, mon grand frére Robin et moi pendant les vacances.
Les evenements qui sont importants de moi sont Noël et Nouvel an. Je pense que cettes evenements sont amusant parce que tout le monde est heureux et vous êtes avec les personnes importantes pour vous.
J'ai deja été en Bretange, et je pense que Bretange est une belle ville. J'aime particulièrement les crêpes! Si j'avais vécu en France je pense que chaque jour, je mangeais une crêpe.

Au revoir!
Repost 0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 20:04
La classe de neige

     
J’ai lu le livre ‘la classe de neige’ de Emmanuel Carrère. Le thème du livre est la solitude de Nicolas. À première vue on pense que l’histoire de ce livre est une histoire gaie, un garçon qui va en vacance et fait du ski la bàs, mais au contraire. Pour Nicolas ces vacances sont terribles. Je ne m’attendai pas à un livre pareil, mais le livre etait très interessante.

Le content du livre.
This book is about an eight year old boy named Nicolas. He goes to a skicamp with his schoolclass for the first time in his life. Because of a tragic accident with a schoolbus two days before Nicolas his father brings him to the camp by car. This causes that Nicolas hasn't got a place in the group and when he asks for a pyjama nobody answers his question. Except Hodkann, Nicolas can borrow his until his father comes and brings his forgotten bag. 

Nicolas a beaucoup de cauchemar et  fantaisies étranges. Il rêve de son père est tué et ayant des accidents terribles.
Pendant un de ses cauchemars il sort de lit et les promenades à l'extérieur où il a des ennuis parce que la porte ferme pendant qu'il est dehors. A cause de sa maladie qu'il n'est pas capable de faire du ski et doit le séjour au lit à la maison. Son père n'amène jamais son sac s'il est allé faire les courses et achète de nouveaux vêtements avec Patrick.

In the meanwhile Nicolas makes up a lot of stories in which his father and he are very heroic and cool. Together they fight against the donor crime. During one of the trips to ski in the mountains there comes news about a boy that's murdered. They ask Nicolas if he knows something about it but he doesn't.

Il y a quelques informations du garçon qu'un volvo gris a été vu sur le lieu qu'il est tué. Hodkann sait le père de Nicolas a un volvo gris et dit ceci à la police avec l'excuse qu'il veut protéger le père. Après que quelques jours il y a un téléphone appelle Nicolas qui quelque chose terrible arrivé à sa maison. Il doit obtient à la maison.
Ne personne veut dire ce qu'est arrivé exactement mais Nicolas sait qu'il a quelque chose pour faire avec son papa. Peut-être ses rêves se réaliseront...

Mon opinion:
Je pense l'histoire est un petit etranger. 
Even if it would be in Dutch I wouldn't totally understand it because it tells a lot about Nicolas his fantasies and nightmares. It wasn't very clear what happened for real or not but finally I understood the story. The end of the story is a cliffhanger, something terrible happened but we will never know what it was..

Chantal Reinders

Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 17:23
Comment relié peinture et littérature de la façon la plus simple qui soit ?
Peut-être en tapant "peinture de livre" dans la barre google images :

une miniature arménienne ? Je ne vois pas le lien. Faudra m'expliquer...

Si je dérive un peu et que je tape "peinture de lecteur", je trouve :

Le lecteur de Raguz
C'est mieux, mais il lit un journal, pas un livre :S

Dernier espoir : "peinture de lectrice" donne
la lectrice de Jason Waskey. C'est une revue... Passons.


lectrice de Philippe Vissonlectrice de Xiao Long
lectrices de Renoir

C'est beaucoup mieux déjà, mais nos peintres utilisent le livre comme prétexte pour peindre des lectrices.... C'est pas encore ça.

J'en ai marre de Google. Je me balade maintenant sur plein de moteurs de recherches à chercher une image correcte pour "peinture de bibliothèque". Voilà :
un tableau de Joakin Urena

Et puis, lumière qui jaillit : taper "book" au lieu de "livre" (toujours un peu partout) :
Books de Anne Catherine Philips
Books de Chatzinteve

 Comment dit-on "livre" en italien ? "libro" :
de Mesisca

Dernière inspiration : "pile de livre"
Bien sûr, Google me sort cette image là dans toutes les tailles :

Mais je finis quand même par dénicher deux peintures :
Colonne du savoir de Couarraze

pile de livres de Masmoulin














Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 15:48

Blood diamond est un film Américain sortis en 2006, réalisé par Edward Zwick.  Ce film dénonce la marché de diamants de conflits ou diamants de sang.  



La sierra Leone en 1999, est ravagée par une guerre civile qui oppose le FRU et le gouvernement pour le contrôle des mines de diamands. Solomon Vandi ( Djimon Hounson ) est un pécheur de la tribu Mendés qui voit son village détruit par les rebelles du FRU. Sa famille parvient à s'enfuir mais Solomon est capturé et envoyé dans la mine diamantifères de Kono ou il découvre un énorme diamant rarissime, qu'il reussira à enterrer gràce à l'attaque du camp par les troupes du gouvernement. Il sera libéré après cette attaque et rencontrera Danny Archer ( Leonardo DiCaprio =D ) ancien militaire du zimbabwe devenu mercenaire puis trafiquant de diamant. Danny propose donc à Solomon de l'aider à rerouver sa famille en échange du diamant rose.  C'est avec l'aide d'une journaliste ( Jennifer Connelly ) que les deux hommes commenceront un voyage dangereux au coeur du territoire rebelle.




Ce film représente une des nombreuses réalité de notre monde. Avant de regarder ce film, je ne savais mème pas qu'une telle guerre avait exister et ce film nous montre finalement tous les dégats qu'elle a causées. Un film vraiment touchant avec des acteurs exeptionnels.


  Par virginie

                                           link

 

Constance :

Ce film m'a rappelé à quel point le monde va (trop) vite grâce (à cause) de la qualité de médias, de la mondialisation... La guerre de Sierra Leon a eu lieu il y a dix ans de ça, et aujourdhu, comme le souligne Virginie, tout lemonde l'a oublié. Même si dénoncer le trafic de diamands de guerre est vraiment une bonne chose, ainsi que les enfants soldats (et tous ce qui se rapportent au CCA), je regrette que les réalisateurs l'ai fait dans un but commercial. Parce que si Zwick a dénoncé ces horreurs dans son film, c'est parce qu'il savait que cela allait émouvoir le public occidental (pas que, peut-être, mais il y a de ça en parti). Et puis, même si cela choque les gens, qui de nous refusera son diamand de fiancailles ?

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:27

Pour les leçons français, j’ai lu un livre: Le cœur en poche. Il s’agit d’une fille, Alexandra, qui veut trouver son père. La mère d’Alexandra, Véronique, est une prostituée, c’est pourquoi elle ne sait pas qui est son père . Un jour, Véronique rentre à la maison avec des hématomes. Elle ne veut pas raconter ce qui s’est passé, donc Alexandra va le découvrir elle-même. Alexandra va au club où sa mère travaille, ‘Funny girls’, et elle découvre que le souteneur de sa mère, Gérard, l’a frappé, parce que Véronique a l’argent qu’il veut. Alexandra pense que Gérard n’est pas gentil et elle veut aider sa mère à échapper. Mais, après une semaine, un agent de police téléphone. Alexandra doit aller au commissariat. Là, elle entend que sa mère est dans l’hôpital. Dans l’hôpital, Alexandra doit dire à sa mère que elle la déteste et que elle ne va jamais aimer personne. Alexandra ne veut pas le dire, mais finalement elle le fait et Véronique meurt. Gérard a tué Véronique.
Alexandra va vivre chez son grand-père et sa tante. Un soir, elle entend une dispute. Sa tante ne veut pas que Alexandra vive dans la maison, parce que elle est une prostituée aussi et elle alors ne pourrait pas avoir des invités. Alexandra décide de partir à Paris, où elle habitait auparavant avec sa mère. À Paris elle habite chez sa voisine, Laurence. Alexandra trouve une photo, avec un homme et Véronique. Laurence lui raconte qu’il est son père. Il est en prison, mais Alexandra va le visiter. Au début, il ne veut pas savoir qui elle est. Mais Alexandra est fâchée et il se reconnaît en elle. Quand il peut quitter la prison, Alexandra va vivre avec lui.

A mon opinion, l’histoire n’est pas très réaliste, mais c’était bien pour apprendre à mieux au français. Parfois c’était difficile, il y a trop de locutions qui je ne comprends pas dans cette bouquin.

                                                                                                                                                                                         Nienke.


                                                                                                                                                                 

Repost 0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 20:57
Vendredi 20 novembre au soir, il y a eu une bombe ! Si, si une bombe, une vraie, au palais des congrès à Pontivy ! Grande, brune avec un petit accent venant de Londres, de quoi faire craquer tous les garçons...

"Un couple dont l'amour s'est un peu étiolé avec le temps, le quotidien et 3 enfants, décide de se reposer et d'enfin se retrouver en vacances.
Ils ont fait appel à une babysitteuse qui débarque de Londres avec tous ses bagages, 1m80, des mensurations de rêve, un accent exotique et un secret.... Bref, c'est la bombe dans tous les sens du terme."

Cette pièce de théatre, que dire ? C'est tout simplement de la bombe ! Un vrai régal, 1h30 de fous rires répetitifs, des comédiens supers, des répliques géniales... Carole Greep a trouvé le bon mélange pour faire non pas un cocktail, mais une bombe ! ^^


Léonie

Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 14:17

 

Bonjour tout le monde!

Je suis Jessyca et j’ai 16 ans. J’habite à de Rijp, mais je vais en bus à l’école à Purmerend.
J’ai un frère, il s’appelle Mark. Il a 14 ans. Nous sommes né à le même jour, 24 février.
J’habite avec mon frère, ma mère et mon père. Nous n’avons pas des animaux domestique.
De Rijp est un petit village. Il y habite 6000 gens. Dans le village, nous sommes un supermarché, une poste, deux boulangeries, quatre salons de coiffure. Beaucoup des restaurants, deux écoles primaire, un musée et une discothèque super ! Quelque gens disent que De Rijp est le plus beau village aux Pays-Bas, mais je ne trouve pas que.

Mon ensemble de matières choisies se compose de : l’anglais, l’allemand, le français, le néerlandais, l’économie, les mathématiques, l’histoire, la géographie et le management & l’organisation. Je trouve que l’école est instructive, sociale et c’est agréable.

Mes passé-temps favoris sont: danser, renconte mes amies, faire du shopping, nager, écrire, lire, faire du patin à glace, sortir, aller au cinema, travaille sur ordinateur, écouter la musique. Mes programmes favoris sont: Goede Tijden, Slechte Tijden, Spoed, Gooische Vrouwen, Voetbalvrouwen et Holland’s next topmodel. Mes films préférée sont les films romantiques et humoristiques. Mes livres favoris sont Shopaholic!, Gossip Girl, MZZL Meiden et les livres de Tyne o’Connell, Tiny Fisscher et Meg Cabot. J’aime les livres romantique.

Pendant les vacances, je suis allée en Texel avec mes amies pour une semaine. Nous allions avec une tente. Ce n’était pas un bon idée, parce que il y a beaucoup de pluie. En finalement, notre tente était noyée. Tous la semaine, nous allions au café de Wijsneus. Nous avons chantés, dansés et bu. Le matin nous faisions la grasse matinée à douze heures. Après, nous sommes allés quelque chose d’amusement. Par exemple : cycler, nager dans la mer, nager dans la piscine et nous sommes allés au refuge pour phoques. C’était drôle. Mais, misérable aussi. Nous voyions beaucoup de petites phoques sans mères. En Texel, j’ai connu beaucoup de gens gentils. C’était une semaine fantastique !

Je suis allée en vacances avec mes parents aussi. Nous sommes allés en Bulgarie. Nous avons une chambre dans un hôtel tout près de la mer. Chaque jour, nous avions nagé. Ou dans la piscine, ou dans la mer. Chaque soir, nous allions eux promener dans le centre de Goudstrand, c’est le nom pour la région. Nous avons  mangé celá. Le restaurant Havanne était super ! Nous y avons été  huit fois. Nous avons fait un safari avec la jeep avec des Allemand(e)s. C’était super drôle. Foncer agréablement ! Nous sommes allé à la résidance de été de la Roumaine reine Marie, c’était en Bulgarie.  C’est un grand jardin avec des cactus, une piscine, la cuisine (une maison à part) et avec un arbre d’un réputation mondiale. La maison de la Reine, je trouve que c’était un peu petit pour une reine ! C’était un jour intéressant. J’apprenais beaucoup de la histoire Roumanie.
C’étaient deux semaines super !

A l’avenir, je voudrais travailler á un journal ou un magazine. J’aime lire. J’aime les livres. J’aime écrire. Ou je voudrais travailler avec les gens, la psyche. Peut-être, une combinaison des toutes. Je voudrais étudier à l’université : le néerlandais ou la psychologie ou l’histoire ou la science de la communication. Je ne sais pas encore..

La correspondance avec vous, cela me va !

Mes salutations,

Jessyca



Hyves: jessycaxxx-1993.hyves.nl

La présentation de la quatrième classe: http://www.youtube.com/watch?v=C-_ctR1fdLU&feature=player_embedded  
Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 10:53

A toutes les lycéennes et à tous les lycéens

qui ont participé à la 22ème édition du Prix Goncourt des Lycéens

 

 

 

 

 

Ca a été une très belle aventure. Depuis le début. L’annonce que le roman était retenu dans la liste du Goncourt et puis, la tournée. Des rencontres avec des lycéens dans toute la France ! Quelque chose d’un peu mystérieux et énigmatique. Que va-t-il se passer ? Va-t-on être lâché dans la cage aux fauves ? On n’est pas très rassuré. Mais avant, il y a la rencontre avec les autres auteurs parce que nous ne nous connaissons pas ou peu ou mal, que nous avons, finalement, peu d’occasions de nous croiser, pris que nous sommes entre nos métiers, nos vies et l’écriture. Cette année, je me suis fait quelques amis. Ce n’est pas si fréquent. C’est même rare de nos jours. Maintenant, on se téléphone, on s’envoie des courriels et on se promet de se voir. Ensuite la rencontre avec les libraires des Fnac, sans qui rien ne serait possible. Qui se coupent en quatre, qui ne comptent ni leurs heures ni leur enthousiasme, ni leur plaisir et avec qui on parlerait des journées entières. Comme avec les professeurs. Il faut être un peu fou pour faire ce qu’ils font. Comme s’ils n’avaient pas assez de boulot avec les cours à préparer, les copies à corriger, les réunions et le reste. Non, il faut qu’ils lisent et fassent lire quatorze livres ! Qu’ils donnent encore un peu plus de force, de passion et de leur infinie patience. Et puis voilà, le moment arrive de rentrer sur la piste. Un peu comme au cirque. On se retrouve face à quelques centaines de visages inconnus, aussi sur leurs gardes que nous. Beaucoup sont attentifs, ont préparé des feuilles avec des listes de questions (Mon Dieu, est-ce que je vais savoir répondre ?), d’autres rigolent, roupillent ou se bécotent. Certains ont lu deux ou trois livres, d’autres plus. Ils devront lire en un temps record. Je ne sais pas comment ils vont faire. Je lis lentement. Et puis les questions commencent. Ca ne se passe pas si mal. Elles sont précises, drôles, pointues. Très vite, on oublie qui on est, qui vous êtes et on se parle. Comme des amis. Sans arrière-pensée. Toutes les réunions ont été trop courtes, on a tant de choses à se dire.

 

Je conserverai toute ma vie un souvenir extraordinaire de ces rencontres avec vous parce qu’à chaque réunion, il y a eu un moment exceptionnel, avec un auteur qui va chercher une réponse au fond de son coeur et, à ce moment-là, ça a été merveilleux. Je me souviendrai toujours d’Eric Fottorino et de Justine Lévy à Reims trouvant des mots d’une extraordinaire simplicité et d’une clarté bouleversante pour nous parler de leurs émotions et de leurs vécus (à ce moment, ils m’ont donné envie de lire leurs livres) ; de Sorj Chalandon à Nantes, soulevant  la salle par son enthousiasme et sa passion communicative et de Daniel Cordier à Paris, racontant son itinéraire et son évolution dans un silence de cathédrale puis les lycéens et la salle entière faisant une ovation debout à ce grand monsieur.

De mon côté, cela faisait longtemps, je ne me rappelle plus quand exactement, que je n’avais pas eu la chair de poule. Je ne suis pas près de l’oublier. Quand j’ai reçu un appel sur mon portable et que j’ai entendu la clameur à l’énoncé du prix. J’ai eu un grand frisson. Et une bouffée de chaleur. Je devais être rouge. La même émotion que Michel face à Camille. Merci à vous tous pour cette belle émotion, qui un court instant, m’a ramené quelques années en arrière quand je me liquéfiais dès qu’une fille me souriait. Quelle chance vous avez. Profitez-en. A ce moment aussi, pour la première fois, j’ai senti que ce livre que j’avais porté si longtemps venait de me quitter vraiment. Vous l’avez pris. Il est devenu le vôtre. Il vous appartient aujourd’hui. Vous l’avez choisi. Je ne peux pas, à cet instant, ne pas mesurer la difficulté du choix que vous avez  eu à faire. La sélection, cette année, était belle. Si vous aviez donné ce prix à Davis Foenkinos, à Sorj Chalandon, à Delphine Le Vigan ou à Véronique Ovaldé, cela n’aurait pas été une injustice. Leurs romans sont beaux et forts.

 

Pour vous, cette aventure du Goncourt des Lycéens doit être un signe exemplaire de votre vie à venir. Vous avez accompli là un choix citoyen. Vous avez travaillé, réfléchi, discuté, pesé le pour et le contre et vous avez voté. Ca s’appelle la Démocratie. (On a dit que ce n’était pas le meilleur des systèmes mais on n’en a pas encore trouvé de meilleur). C’est notre bien le plus précieux. Ca veut dire être libre dans un pays libre. N’acceptez jamais d’entrave à ce droit. Personne n’a plus à vous dire ce en quoi vous devez croire, ce que vous devez penser ou aimer. Soyez des citoyens de ce vaste monde. Il en a bien besoin.

 

Pour ce que vous êtes, pour ce que vous ferez et pour ces moments magiques que nous avons partagés ensemble : Merci.

 

 

 

 

 

Jean-Michel Guenassia

Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 10:48
Paris, le 9 novembre 2009
Communiqué de presse

Luc Chatel félicite Jean-Michel Guenassia,
lauréat du 22ème Goncourt des lycéens




Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, Porte-parole du Gouvernement, adresse ses
plus chaleureuses félicitations à Jean-Michel Guenassia, lauréat du 22ème prix Goncourt
des lycéens, pour son roman, Le Club des Incorrigibles Optimistes. Il se réjouit que ce prix
couronne un récit d’une incroyable vitalité romanesque où l’histoire, l’amitié et l’espoir
s’entrecroisent à chaque page.
Le ministre tient à associer à ces félicitations les 52 classes qui, partout en France et même audelà,
ont participé à l’aventure du Goncourt des lycéens. Ce choix juste et audacieux vient
mettre un point final au marathon de lecture lancé par Luc Chatel, Christophe Cuvillier,
Président de la FNAC, et Bernard Pivot, de l’académie Goncourt, le 21 septembre dernier au
lycée Sophie Germain de Paris.
Le ministre rappelle son attachement profond au Goncourt des lycéens, manifestation originale
et nécessaire, qui contribue à transmettre le goût de la lecture et de la littérature contemporaine
aux jeunes générations. Il salue l’engagement de toutes celles et de tous ceux qui contribuent à
son organisation, à commencer par les professeurs qui savent stimuler et accompagner la
réflexion des lycéens. Luc Chatel adresse aussi ses vifs remerciements à l’Académie Goncourt
pour son prestigieux parrainage et à la FNAC, partenaire historique de l’Education nationale
dans l’organisation du Goncourt des lycéens.
Le Goncourt des lycéens est organisé depuis 1988, en partenariat, par le ministère de
l’Education nationale et la FNAC, avec l’autorisation de l’académie Goncourt. Les lycéens
engagés dans cette manifestation lisent l’intégralité de la sélection Goncourt, au sein de laquelle
ils choisissent le roman lauréat du prix « Goncourt des lycéens ».
Service de presse : 01 55 55 30 10 www.education.gouv.fr
ministère de l’Éducation nationale
Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 12:59

Le 30 janvier 1972, en Irlande du Nord, l'Association des Droits Civiques de l'Irlande du Nord décide de faire une marche pacifique pour prôner leur droit et pour montrer leur mécontentement (si on peut le dire) envers les anglais car ils sont sujets à la discrimination. Cette marche regroupera des centaines de personnes dont des enfants, des personnes âgées, des mères de famille... Mais les anglais ont placé leurs forces militaires sur l'itinéraire de cette marche; les Paras.
Quelques jets de pierre de la part des jeunes irlandais... Bombes à eau, puis lacrymogène et enfin balles en caoutchouc qui se changent très vite en balles réelles de la part des Paras... Un mort, des cris, un blessé, les gens fuis, tombent sous les balles, ils sont face au mur, les banderoles sont ensanglantées, on les emmène pour les enfermer, ce sont les fautifs... Au revoir mes pères, au revoir mes enfants, au revoir mes aïeuls... 14 blessés, 14 morts.




Mon avis:

Eurielle.
Je ne sais pas si ce film change la vérité. C'est sûr, il n'est pas objectif. Mais il fout les larmes aux yeux, il fout la rage, on est dépité face à ce drâme. Personnellement, j'en ai entendu un peu parlé de cette "histoire" mais pas à l'école. Je trouve que c'est important, leur crime est d'avoir manifesté, ce que nous avons et allons faire.  Ce film est à voir, sincérement!


J'ai question qui me vient: 

Est-ce parce que c'est une faute commise par l'Angleterre ( =  un pays dit puissant d'Europe ) que nous n'en parlons pas beaucoup?



Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages