Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:27

La Truite et la Licorne

 

 

Il était dans la Grèce antique

Un petit poisson que l'on appelait truite

N'ayant dans la vie aucun intérêt

Toujours dans une marre elle restait

A rêver de gloire et de renommée.

 

Un jour, un Licorne vint à elle

Si grande, si majeutueuse, si belle

Que le truite fut poussée par l'envie

De lui demander ce qu'elle faisait par ici

 

" Ceci est mon affaire

répondit la Licorne hautaine

Montagne, prés ou plaine

je ne suis guidée que par mes fers

Et vous petit poisson

ici, que faites vous donc ? "

 

" Ma fois, dit la truite

Je passe mes journée à ne rien faire, je cogite"

La Licorne, voyant à qui elle avait à faire

Décida d'une bien vile affaire

 

De la truite, connaissant la naivetée

elle en vint à lui demander :

" Ne souhaiteriez vous pas devenir légendaire ?"

"Oh, dit la truite, j'en rêve jour et nuit

Mais de mes écailles je ne puis rien faire

et toujours dans cette marre je suis"

 

" Vous pourriez être la première à atteindre la source

Renards, lapins, chevreuils et ours

Tous l'ont essayé

Mais chacun à echoué

Si vous alliez par ce cour d'eau

En amont de votre marre

Vous y serrez bientôt

Et à vous la gloire"

 

"Licorne, vous m'avez convaincue

Je vais de ce pas en ce lieu inconnu"

Sur ce elle partit

Et essaya toute sa vie

D'attendre la résurgence

A la fin, proche de la démence

Elle confia la mission à ses congénères

Qui elles aussi à la tâche s'échinèrent.

 

Depuis ce jour et encore aujourd'hui

Les truites remontent les ruisseaux pas à pas

Et les licornes, toujours s'en rient.

 

 

Ne croyez pas tout ce que l'ont vous dit

Surtout si ces propos sont énoncés

Par de parfaits étrangers

Qui ne veulent faire qu'une mauvaise plaisanterie.

 

 

Agathe.

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:25

Mortubert et son trésor

 

 

Mortubert s'en allait promener

D'un pas flâneur et funeste

Pour quelques minutes oublier

Sa vie morne et modeste

 

Contraint de s'arrêter

Afin de renouer ses souliers

Il ne pût que remarquer

La porte ouverte d'un cellier

 

Attisé par la curiosité,

Il ne pût s'empêcher d'entrer

Apercevant dans l'obscurité

Un curieux coffret.

 

 

Mortubert s'en allait rentrer

D'un pas ferme et désireux

De pouvoir enfin éventrer

Ce trésor mystérieux.

 

Son ouverture laissa paraître

Quantité d'or et de trésors

La joie l'emplit de tout son être

Il serait riche jusqu'à sa mort.

 

Et il vécut ainsi, aisément

Sans se soucier de son argent

Menant une vie paisible et heureuse

Dans une situation fort gracieuse.

 

 

Quelle ne fut sa surprise

De voir sa fortune reprise

Après tant d'années

de plaisante prospérité.

 

Mortubert connut alors

Un bien mauvais sort

Ayant perdu tout ce qu'il avait,
Ayant perdu tout ce qu'il était.

 

 

Il vaut mieux ne pas connaître le bonheur, rester dans l'ignorance

Plutôt que de connaître la douleur de son absence.

 

A toutes ces âmes corrompues.

La vie ne nous aura plus.

 

 

Si l'histoire est nulle, la morale n'en est pas moins vraie.

Et ce n'est pas avec une simple fable, que je vous le prouverai

Vous en ferez certainement l'experience au cours de votre vie

Vous ne pourrez compter que sur vos amis.

 

Charles

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:23

Le Paresseux et le Castor

 

La Persévérance est mère de la réussite

Cette fable en vers le montre bien assez vite.

 

Deux amis s'en allaient gaiement

Quittant leur maison au plus vite

Ils cheminaient d'un pas pressant

Vers la grande ville construite.

Le Paresseux marchait devant

S'arrêtant de temps en temps

Le Castor suivait derrière

D'un pas très vif et ordinaire.

Vint le moment des adieux

Chacun content pris son chemin

Promettant, jurant devant Dieu

De se revoir le lendemain.

Le Paresseux continua donc

Vers une rivière quelconque

Une eau turbulente et vive

Bloquait le passage à la rive.

Il voulu passer à la nage

Mais fût surpris par le cours large

Impossible à ce Paresseux

D'assurer ce gué périlleux.

N'imaginant aucune issue

Il fit demi-tour très déçu.

 

L'ami Castor de son côté

Arriva plus tard au cours d'eau

Ayant beaucoup de qualité

Il maitrisa ce fol chaos.

Par un barrage bien avisé

Le vif poursuivit sa lancée

A chaque obstacle rencontrés

Réussit à se dépêtrer.

Le jour dit il fût à la ville

Et voyant son ami manquant

Compris qu'il faut être persévérant.

 

 

Joséphine

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:22

L'Obstination et la Raison

 

Le premier avis n’est pas toujours le meilleur,

Cette fable va vous le montrer tout a l’heure.

Madame Obstination, entrant dans un bois,

Se trouva fort embêter

Quand elle dut faire un choix

Sur la suite de sa randonnée.

Son premier avis lui dit de prendre à droite,

Elle suivit ce dernier et pris cette allée,

Qui la mena sur une route étroite.

Cette vue n’ut pour but de ne pas la rassurer.

Au premier obstacle venu,

Madame Raison apparue.

Tenter de faire changer madame obstination

Fut impossible malgrés sa compréhension

« Je te laisse faire, dit madame raison.

Mais ne vient pas pleurer en me disant que tu aurais du m’écouter ».

A ces mots, madame obstination veut montrer qu’elle avait raison

Et continua sans se retourner.

Mais elle se rendit vite compte qu’elle avait tord.

Trop fière pour l’avouer, elle continua sans le moindre remord.

Après quelques minutes de frayeur,

Elle comprit que le meilleur avis n’est pas toujours le meilleur.

Comme nous l'avions dit tout à l'heure ...

 

      Elodie

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:21

La Mort et le Conte

 

 

Cette fable raconte,

L’histoire d’un très noble conte,

Qui vivait dans un immense et somptueux château,

Entouré de belles eaux,

Et de nombreux animaux.

 

Il possédait milles richesses,

Passant de simples pièces,

A des rivières de diamants,

Remarquables par leur scintillement.

 

Mais ce noble conte était bien vieux et bien las,

D’avoir passé sa vie, ça et là,

A faire la guerre sur terre,

Comme sur mer,

Sans jamais avoir connu le bonheur, même éphémère.

 

C’est ainsi qu’il entreprit

De remédier à ce souci,

Pour enfin prétendre profiter de la vie.

 

Malheureusement, la mort frappa à sa porte.

Mais le vieillard refusa qu’elle l’emporte.

« J’ai consacré ma vie aux erreurs,

Vivant toujours dans la peur, l’horreur et le malheur.

Aujourd’hui je comprends que j’ai eu tort,

Et je ne peux que m’apitoyer sur mon triste sort.

Ainsi, j’aimerais vous offrir ces quelques pièces d’or,

Pour vous demander une jeunesse, encore. »

 

La mort rit au nez

Du pauvre homme désemparé.

« Vous n’avez toujours pas compris

Que la vie n’a pas de prix ?

Elle ne s’achète pas,

De même que l’amour ou la joie.

Vous êtes le seul responsable

De cette existence pitoyable,

Et mon rôle aujourd’hui,

Est de vous annoncer que tout est fini. »

 

Alors la mort prit le vieux conte dans ses bras,

Et le conduit vers l’au-delà.

 

A tous les hommes de cette triste terre,

Sachez  que la vie n’est qu’éphémère,

Profitez de chaque instant,

Pour embellir votre présent,

Et ne jamais vous donner l’occasion

De regretter vos décisions.

 

  Laura

 

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:19

La chasse facile


La nuit les lionnes partent à la chasse,  

Elles trouvent du gibier pour nourrir        

Toute la famille, et ne pas mourir,           

On ne peut pas dire qu'il y ai de la casse.

 Aussi majestueux soit-il le lion n'en est pas stupide

 Il fort, grand, puissant et aussi intrépide

 Mais la nuit il use d'une ruse digne d'un renard

 Les yennes sont de bonnes chasseuses un peu barbares

 Mais ils leur manque une chose c'est le courage

 Dès qu'un lion ou une lionne est senti dans les mangeoires

 Elles décampent sans plus tarder et sans se battre,

 Le lion en profite et mange le repas sans se faire prier

 Les yennes s'en trouve dépourvus et grisâtres,

Elles sont fort envieuses de déguster un si bon diner

 Mais ce n'est qu'au lendemain qu'elles auront droit

 A ce si bon repas, pauvre d'elle peut on dire,

Mais le lion est beaucoup plus adroit,

Cela lui vaut-il que les yennes usent de leur rires?

La récompense n'est elle pas méri au plus malin?

Ne leur jetons pas la pierre, un équilibre est là,

Les yennes pourront manger le lendemain matin

Le lion lui, digèreras son bon repas.

 

 

                                                                                                                                                           Ludwig

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 14:40

 

 

Le Pauvre

 

Je vais vous raconter une petite Histoire
Qui j'éspère vous donnera l'espoir
& vous montrera que malgré tous l'argent
ne fait pas le bonheur de tous gens


"Richesse tu me hantes je ne veux que toi"
pensais-je si fort malgré moi
de ce pas l'étoile de la nuit
venus à moi m'endormit puis
Me sussura
"Toi qui ne connais pas la haute bourgeoisis
je t'invite à prendre la place d'un roi
pour que je te fasse réfléchir à c'est dit"

 

Le lendemain matin je me reveilla
dans un lit qui n'étais pas le mien
je me sentis si bien
que je ne me lassa pas de ses drap
si frais, si doux que je pria cette belle étoile
qui m'avait fait une si belle surprise

 

Finalement les jours passaient,
Je m'ennuyais de plus en plus mes amis me manquaient
l'argent me repugnais
J'avais fait le tour de mes droits
ainsi qu'envers cette fois
de l'argent, de cette noblesse
qui m'écoeurais sans cesse

 

Je  rappela cette si belle étoile
malgré mes apels sans haine
celle ci ne sortis point de sa toile
et resta cette petite lumière lointaine

 

Le lendemain matin en me reveillant
je trouva un petit mot brillant
" Tu voulais devenir riche, tu n'avais que ce mot
en tête finalement, tu n'as eu se que tu voulais
ce monde ne te plait guère mais tu ne vaux
pas mieux tu as préféré tout quitter pour un rêve éphémère et laid"

 

Marylou  

 

 

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 22:01

Un jour un homme s'en allait vers la forêt

Dans l 'espoir qu'elle puisse le récompenser

De tout le travail qu'il allait effectuer.

Et ainsi, tout l hiver être trés bien chauffé.

D'un grand chêne trés bien batti

il s'avançait Et tout ceci afin de bien le dépecer.

Aussitôt sa hache sortit, il s'élançait. ..

Le Chêne, triste, prêt à tout, s'abandonna:

« Ô rage! ô désespoir! ô vieillesse ennemie!

N'ai je donc tant vécu que pour cette infamie? »

L'Homme soudain frappé de stupeur s'arrêta...

L'Homme rit, ne suit pas ces gémissantes voix.

Supérieur avec la hache, l'Homme frappa

Mais la lamentation du Chêne grandissante

Fit que cette homme fut rongé par le chagrin

Des deux mains profanes, il prit la hache et s'en va.

Les coups ne font trembler que celui qui les donne.

Et ceci pour quelque soit l' homme qui les porte.

 

Morgane POUDOULEC

Repost 0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 16:01

Le terme monarchie vient du grec mono, seul et archè, pouvoir, autorité, commandement.

On qualifie la monarchie comme étant un régime politique où le pouvoir est détenu par un seul chef, le monarque ou le souverain. A l'origine ce pouvoir était légitimé par une relation spirituelle que le monarque entretenait avec le divin.

 

Il existent plusieurs régimes monarchiques qui varient selon les pouvoirs détenus par le monarque.

 

° Monarchie de droit divin: le pouvoir est légitimé par un lien spirituel qu'entretiendrait le monarque avec la ou les divinités.

 

°Monarchie absolue: les pouvoirs ne sont limités que par les "lois fondamentales" et les lois divines.

 

°Monarchie corporative: le monarque doit obtenir l'accord des corporations(=réunion d'individus, organisation sociale, reconnue par l'autorité politique, regroupant tous les membres d'une même profession, ayant son propre règlement, ses privilèges.)

 

°Monarchie constitutionnelle: le pouvoir est limité par une constitution, c'est-à-dire par un ensemble de textes de lois, établissant les bases du système politique.

 

°Monarchie parlementaire:  monarchie constitutionnelle où le gouvernement est responsable devant un parlement. Le monarque a une fonction représentative ou symbolique.

 

 

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 20:29

 

       Au XVIIème siècle, la France est une monarchie de droit divin. La religion d'état (ou la plus pratiquée et aussi avec laquelle on applique parfois les lois, en clair l'état est religieux ) est le catholicisme.

Les problèmes d'intolérance liés à la religion sont importants, c'est pourquoi les philosophes des lumières commencent les étudier. Dans un état où la religion fait partie intégrante de la politique, les philosophes cherchent donc à dénnoncer les problèmes liés aux Jansénistes et aux Jésuites, sans pour autant oublier la question protestante.

 

      Que sont les Jansénistes:

  Leurs noms vient du fait qu'ils étaient les disciple de Jansémies ( 1588-1638 ).

Leur idéologie principale c'est la fidélité au dogme catholique; à l'image de ce qu'on pourrait considérer comme du fondamentalisme, les jansénistes appliquent un règlement sévère, et un état d'esprit quasi perpétuel de pessimisme. Ils considèrent que l'Homme ne peut "mériter par ses actes le salut de son âme". Seuls des "élus" sont prédestinés au paradis. En tant qu'humanistes, ils ont leurs écoles, mais ils sont aux yeux de l'état un danger, tout particulièrement parce qu'ils contestent le pouvoir royal, de plus ne s'entendant pas avec le roi, ils ne s'entendent pas non plus avec le Pape. Malgré des tentatives de dissuasion par le roi, comme la destruction d'un de leurs monastères en 1711, les Jansénistes restent importants juqu'à la révolution française, se liant au peuple à l'occasion de prêches lors de sermons.  Peu à peu, on leur reproche leur manque de rationnalisme, et on les critique parfois très fortement. Ces maltraitances auxquelles ils survivent devient un avantage, une défense pour les Jansénistes. Ils sont alors considérés par des philosophes comme des vicitimes quand les encyclopédistes les considèrent comme des aliés, notemment à cause de leurs positions contre les Jésuites.



    Qui sont les Jésuites:

  C'est un ordre qui fut fondé en 1540 par Ignace de Loyola. Parfois considéré comme " La compagnie de Jésus ", cet ordre est aussi comparable à celui des templiers par la manière d'être établit, à l'image d'une véritable armée. En latin, jesuita signifierait bon chrétien: les jésuites sont considérés comme les bons chrétiens car ils sont l'un des ordres catholiques qui vont se soulever face au protestantisme lors de la contre-réforme. Au départ, ils étaient des missionaires, ils faisaient passer la "bonne parole". Peu de temps après, ils décident de faire de l'enseignement ce qu'ils continuèrent. Si ils cherchent à arrêter le développement du protestantisme, ils tentent aussi de maintenir toutes les populations qu'ils colonisent et convertissent dans l'obscurantisme, niant ainsi des idées données notemment par Galilée et Copernic, sur le fait que la Terre est ronde. Ils convaicaient de grandes personnalités d'époque comme Mme de Sévigné, et pouvaient largement être médiatisés par les qualités qu'offraient leurs messes (via les participations des grand compositeurs pour les musiques d'orgue ... etc), il s'agissait àla fois d'une messe et d'un spectacle, puisqu'ils étaient en pleine contre-réforme. La fin de leur ordre vient en partie à cause des attaques à la fois jansénistes, mais aussi celles des philosophes et parlementaire, des encyclopédistes. Ils sont interdits en 1763 en France puis peu à peu dans l'Europe.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages