Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 14:49

Boeuf.jpg

 

 

 Un Boeuf vit une Grenouille

Qui lui sembla de bonne taille.

Lui, qui était plus gros qu'une gargouille,

Envieux, se rétrécit et se désenfle, et se travaille,

Pour égaler l'animal en petitesse,

Disant : " Regardez bien, hôtesse;

Est-ce assez ? dites moi; n'y suis-je point encore ?

- Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ?

- Vous n'en approchez point. " Le grand corps

Se désenfle si bien qu'il creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :

Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,

Tout petit prince a des ambassadeurs,

Tout marquis veut avoir des pages.

N'essayons pas de ressembler à quelqu'un d'autre

Et gardons ce que la vie nous a offert.

 

 

 

RABINIAUX Maela

 

 

 

 

 

 

Repost 0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 11:54

 

Le-loup-et-le-lapin.jpg

 

 

Un endroit où les animaux malhonnêtes,

N’y vont pas pour de simples amusettes.

En revanche, pour y être torturé et brûlé,

Après avoir commis un grave péché

Ou un crime dans leur vie.

L’enfer, l’opposé du Paradis

Et le mot entraînant querelle

Entre tous les bestiaux mortels,

Qu’ils soient forts ou bien faibles,

Tous pouvaient être coupables.

Cependant cela

Tous ne le comprenaient pas.

 

Maintenant, il fallut donc trouver le fautif

De l’assassinat de notre pauvre Roi Le Loup, étant impératif,

Mais surtout le plus puissant animal de la terre.

Quelle honte de s’en prendre à un pouvoir de fer !

Pour aller ensuite dans un monde de souffrance,

Où là est la meilleure des vengeances,

Pour le petit Lapin ridicule,

Cependant depuis quelque temps, beaucoup moins crédule,

Ou peut-être Le Grand Chat rusé,

Venu avec son ami Le Renard futé.

 

Le Chat prit la parole : « Cher peuple charitable,

Il est grand temps de connaître le responsable

De cette horrible nouvelle, sans doute causée

Par une bête déplorable et révoltée

Envers notre cher Roi et sa loi du plus fort,

Selon laquelle bien sûr, seuls les plus forts

Gagnent face aux plus petits.

En plus d’être jaloux, celui-ci

Ne peut être que Monsieur Le Lapin,

Qui ne comprend pas que le Roi n’aide pas les plus purotins

Et qu’il soutienne plus particulièrement les plus puissants,

Ou bien tout autre animal de son rang !

-Si je peux me permettre, dit le Renard, il me semble

Que le discours de mon cher ami honorable,

Est tout à fait juste et justifié, d’ailleurs

Je pense que le Roi faisait le meilleur

Pour tous, même s’il est vrai qu’il prenait parti pour les plus importants.

Il est donc juste de dire que le coupable n’est pas un de nos plus puissants.

Alors qu’il se dénonce au milieu de tout cet univers

Et il espérera éventuellement échapper à l’Enfer. »

Pour une fois, Le Lapin eut le droit de parler et balbutia :

« …Il…est vrai que…sa théorie me répugna

Et que…j’étais dans les parages de l’endroit,

Où fut …tué le soi-disant "Grand" Roi.

Cependant, il est facile d’accuser tout animal miséreux,

Pour ne pas être inculpé et ainsi faire son orgueilleux.

Mais je ne vais pas me taire

Et prouver mon innocence à tous ces vulgaires ! »

 

Il suffit qu’on soit puissant et riche pour être blanchi,

Et pauvre et faible, pour être puni.

Telle est la loi du plus fort,

Injuste envers les moins forts.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 14:01

bois_chaumiere_cp.jpg

Il faut dire que plus l'on vieillit,

Plus notre esprit s'aigrit.

On a toujours besoin d'un plus jeune que soi,

Pour garder son sang-froid.

Dans la cabane du vieillard,

Surgit un jeune braillard.

Le vieil homme fut d'abord récalcitrant,

Face à cet hôte agaçant.

Cependant des années qu'il n'avait pas parlé,

et été accompagné.

Tous deux alors ils s'accomodèrent,

Sans qu'aucun ne désespère.

Dans la chaumière ils se racontaient leurs histoires,

Ne pensant pas aux prochains soirs.

Aurait-on jamais cru,

Que ce grognon aussi bourru,

Aurait retrouvé le sourire

Avant de mourir ? 

Que l'on soit par la vie abîmé,

Ou tout juste né

N'importe pas plus que chacun se soit complété. 

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 09:56


De ses ailes majestueuses,

L’abeille toute rêveuse,

S’en alla butiner.

Non loin de là près d’un rosier,

Le papillon très glouton,

Alla se percher sur un arbre en floraison,

L’abeille ayant fait bon marché,

Avec ses fleurs d’été,

Se trouva fort encombrée,

Et décida de se poser.

Elle atterrit très fatiguée.

Le papillon, par l’odeur alléché,

Vint se présenter à la belle,

 « Mes salutations Madame l’abeille,

Que vous êtes resplendissante,

Que cette odeur est enivrante,

Partageriez-vous ce festin,

Avec un simple pèlerin

Qui ne demande qu’à souper

Tant il se trouve affamé ? »

« Et bien mon bon flatteur,

Vous me faites honneur !

Mais vous me sous-estimez

Car je ne me laisserais pas piéger. 

Allez donc travailler

Si vous voulez manger,

Il faut le mériter. »

Le papillon tout étonné

Se trouva fort embêté

D’avoir trop profité

Des personnes qui voulaient l’aider.

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 19:55

Cette gravure de Théodore de Bry montre la violence de l'arrivée des colombs en amérique, ils sont armés et protégés par des armures alors que les indiens sont représentés presque nus seulement vêtu d'un tissu bleu, ils sont sans armes. On voit une flotte derrière  C. Colomb faisant fuir des indiens a l'arrière plan. Théodore de Bry dénonce l’arrivée brutale des Colombs qui sont représentés en position de force alors qu'ils sont reçus avec de nombreux objets de valeur en or. Théodore de Bry dénonce aussi la conversion au catholicisme comme peut faire penser la croix plantée par les Colombs.

 

c_colomb_arrive_de_bry3.jpg

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 17:47

16 bry for the usa adam and eve

 

 

Il s'agit d'une gravure représentant Adam et Eve.
A l'époque, il n'est pas rare de figurer des scènes bibliques. Seulement cette fois, l'image cherche à transmettre un nouveau message. A savoir que le Nouveau Monde est indissociable du concept de Paradis. De par la nudité des Hommes mais aussi pour cet aspect d'abondance sans avoir à travailler. L'innoncence, la simplicité.
T. de Bry veut sans doute défendre les indigènes en montrant aux Colons que s'ils sont différents d'eux, ils le sont de peu. Ils se présentent sous la forme originelle de l'Homme telle qu'elle est décrite dans la bible. De ce fait, il n'y aucune raison qui justifierait de se moquer d'eux ou de les juger inférieurs.

                                                                                                                                                                                Louise Le Fralliec

 

 

 

 

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 16:26

cahouin-debry.jpg

Cette gravure de Théodor de Bry représente une scène de cérénomie qui s'achève ensuite dans la dérovation de prisonniesr ou de protagonistes.

En vue de la fête, les femmes préparent les boissons fermentées dans des cuves tandis que d'autres s'occupent des récipients pour les substances colorantes qui serviront à décorer les prisonniers.

A l'arrière plan,des hommes sont en tenue traditionnelle à la cérémonie et pratiquent une danse.

On peut constater que ce rituel de mise à mort est très organisé chez les Indigènes, chacun à sa place et sait ce qu'il doit faire.

La collaboration des femmes est complémentaire, toute la commaunauté travaille en groupe.

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 14:55

capture of the aztecs the span[1]

 

 

Théodore de Bry : ( 1528-1598)

 

Cet homme a fait plusieurs métiers : dessinateur, graveur, et editeur. Il s'est installé lui et ses ateliers de gravure, notamment à Liège ( son lieu de naissance) à Londres, à Strasbourg et à Francfort ( son lieu de décès).

Ses ateliers ont eu une grende renommée. Ses gravures se composaient sur de reproductions, de portraits et de modèles d'ornements.

 

Analyse de l'oeuvre :

 

Ce tableau représente au premier plan un aztèque qui domine un rassemblement de femmes acrroupies. Elles semblent avoir peur et lui sont sont soumises.  Au deuxième plan, on peut apercevoir des Espagnols discutant entre eux. Ce sont eux qui se sont emparés du territoire aztèque lors de la grande conquête. On devine aisément qu'ils dominent de toute leur puissance les Indiens. Les Indiennes pauvrement vêtues tandis que les Espagnols sont eux, richement habillés. Ce qui montre bien que les aztèques sont considérés tels des animaux.

 

 

 

 

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:16

Théodore de Bry est né à Liège en 1528 et est mort à Francfort le 27 mars 1598 à l'age de 70 ans c'est un dessinateur, graveur et éditeur liégois.


Cette gravure de Théodore de Bry représente l'approvisionnement des repas pour le village. Comme nous pouvons le constater pour l'approvisionnement ce sont uniquement les femmes ,vétues de petites toges de feuilles, qui ramènent la nourriture à l'aide de paniers d'osier qu'elles portent sur leurs dos. On peut remarquer que cette tâche est pénible et dure car ces femmes sont souvent à deux pour un panier,une femme qui aide à mettre sur le dos et l'autre femme qui porte. Elles ramènent des fruits, du poisson et un peu de viande.Ces vivres serviront à nourrir le village entier cependant les femmes devront y retourner très rapidement. Ce travail est érintant et très dur physiquement. Cette gravure nous montre la position, et les devoirs de la femme.

 

                      devoir-copie-1.gif

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 18:45

bouya.jpg

 

Cette gravure de Théodore de Bry illustre comment les indigenes se soignaient :

Ils construisaient un banc assez long et large pour la personne malade, celle-ci était installée sur son dos ou sur son ventre selon la nature de sa maladie. Ilcoupaient ensuite la peau du front du malade avec une coquille aiguisée, sucent le sang avec leur bouche et le crache dans un récipient en terre ou une gourde.

Ce sang est bu par les femmes allaitant leur bébé ou enceintes car les indiens croyaient que cela rendrait leurs enfants plus fort,plus saints et plus actifs, particuliairement si le sang provenait d'un fort jeune-homme.

Puis, lorsque le malade était sur le ventre, ils préparaient un feu dans lequel ils jetaient des graines (surement curatives)et le malade, pour se purger, inhalait la fumée par le nez et par la bouche.

Théodore de bry ajoute aussi que les indigènes conaissent toute sorte de plantes et de remèdes naturels pour traite leurs maladies.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages