Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 00:00

«Une promesse»

Sorj Chalandon (2006)

 

Biographie:

Sorj Chalandon a été journaliste au quotidien Libération de 1973 à février 2007. Membre de la presse judiciaire, grand reporter, puis rédacteur en chef adjoint de ce quotidien.

Écrivain, il a aussi publié cinq romans chez Grasset.

Le 27 octobre 2011, il obtient le Grand prix du roman de l'Académie française pour le roman Retour à Killybegs. Depuis 2013 Il est le Président du Jury du Prix Littéraire du Deuxième Roman.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/80/Paris_-_Salon_du_livre_2012_-_Sorj_Chalandon_-_001.jpg

 

Pourquoi ce titre ?

Le titre du roman est le sujet sur lequel le roman entier est basé. «Une promesse» est dans ce roman la promesse faite entre ami d'aller faire vivre la maison d'Étienne et Fauvette disparut 10mois auparavant.

http://media.paperblog.fr/i/259/2593692/promesse-sorj-chalandon-L-1.jpeg

 

Composition:

Ce récit est divisé en 14 parties. Mais dans chaque parti, il y a d'autres divisions, par exemple des retours dans le passé, des dialogues entre Étienne et Fauvette qui sont disparut mais qui parlent quand même.

Ici, ce n'est qu'après l'arrêt de la promesse, comme si au bout de 10 mois, Lucien avait accepté la mort des siens qu'arrive le moment où l'enterrement est raconté.

 

Intrigue:

L'intrigue de ce roman est basé sur la mort d'Étienne et Fauvette, sur la promesse faite.

Pendant longtemps, on se demande quelle est cette promesse. On ne comprend pas tout de suite non plus pourquoi il y a des passages ou Étienne et sa femme parlent, interviennent dans le roman.

 

thèmes principaux :

Dans ce roman, les sujets principaux sont la fraternité (puisque Lucien est le frère d'Etienne), l'amitié (puisque c'est une bande d'amis), la mort (car Etienne et Fauvette sont morts), le deuil (Lucien n'accepte pas leurs morts) et le temps qui passe (nous vieillissons tous et la mort nous guette tous un jour ou l'autre).

 

Contexte:

Nous ne savons pas précisément en quelle année cette histoire ce déroule. La mort du père en 1930 est évoqué. Nous pouvons donc en déduire que nous sommes à la fin du 20ème siècle.

 

Personnages:

Ici, il n'y a pas réellement de personnage principal. Étienne et Fauvette pourrait être les personnages principaux mais Lucien Pradon pour l'être aussi.

Dans ce roman, il y a donc :

  • Etienne et sa femme Fauvette, tous deux disparut 10 mois avant le déroulement de l'histoire, Étienne travaillait dans les champs 3jours par semaine mais aussi à la bibliothèque. Fauvette était elle institutrice. Elle est morte d'un cancer, Étienne s'est donné la mort dans la même nuit, ne tenant pas à vivre sans elle.

  • Léo Mottier, qui a perdu sa femme Angèle, renversée par un camion.

  • Lucien Pradon, surnommé «Le Basco», petit frère d'Étienne. Il tient le café «KerAel»

  • Henri Bertherin, surnommé «l'andouille», sa femme Clara ne lui parle plus depuis 5ans car il a embrassé sa belle-mère.

  • Paradis, dormait dans la chapelle du bourg car il n'avait pas de logement. Aidé par ses amis, ils lui ont tous donnée des clés, qu'il garde précisément autour du cou.

  • Martin Guittard, surnommé «Ivan», vient d'Argentan.

  • Constant Blancheterre, professeur.

  • Des personnages comme Eugène et Marie Pradon (parents de Lucien et Etienne) et Hélène et Gilbert Bertherin (mère et oncle d'Henri) sont brièvement évoqués.

 

Vision de voir le monde :

Dans ce roman, nous ressentons beaucoup d'amour, d'amitié. Lucien a voulu continuer de faire vivre son frère et sa belle sœur à travers cette promesse. Il n'a pas fait le deuil de leur mort.

Ces amis ont accepté de l'aider dans cette épreuves, dans le fait que chaque jour, l'un d'entre eux allait dans la maison des Pradons, aérer, ouvrir les volets, changer les draps, aller au grenier, faire comme ci la maison continuait d'être occupée. Mais au bout de 10mois, certains d'entre eux en ont eu marre, ne voyant même plus l'intérêt de le faire. Pour eux ils étaient morts, pas forcément oublier mais juste morts.

 

Quel style ?

C'est un style de roman assez basique, avec des moments de narrations et des moments de dialogues.

L'originalité de ce roman est de faire intervenir la parole des morts, ne comprenant pas trop si c'est leurs âmes qui continuent a vivre dans la promesse des 7 amis ou si c'est l'invention de Lucien dans le cahier qu'il tient.

 

Avis:

A la lecture du résumé, celui ci ne délivrait que peu d'informations. Il paraissait ennuyeux. Mais il s'est révélé être entraînant dans la lecture. Les sentiments dévoilées sont forts, et nous font rentrer dans l'histoire, y restant jusque la dernière page.

J'ai donc bien aimé ce roman.

 

Citations :

" La mort est plus aisée à supporter sans y penser, que la pensée de la mort sans péril."

"Dix mois de promesse, dix mois à se dire qu'il faut, parce qu'il faut. Dix mois de deuil, à en perdre les raisons."

"Le mort n'est rien, je suis simplement passé dans la pièce à côté."

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

M URNAUER 01/12/2013 15:14

Pas assez clair. Sans doute faute d'un "réel" résumé et d'une autre organisation de ta présentation. On a un peu de mal à se faire une réelle idée de ce roman. Ton avis personnel est lui aussi un peu vague. Bref, on reste plutôt sur sa faim (un peu comme à la lecture du 4e de couverture, si j'ai bien compris ...)

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages