Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 15:49

"La Place" d'Annie Ernaux

 

Auteur 

 

annie ernaux

Annie Ernaux:

- Née Annie Duchesne le 1er Septembre 1940 à Lisbonne. 

- Ecrivaine Française, professeur de lettres de profession.

- Son oeuvre littéraire, pour l'essentiel autobiographique entretient des liens étroits avec la sociologie.

- Mouvement : Réalisme, Naturalisme

- Ses oeuvres: "Les Armoires vides, Gallimard" 1974

                          "La Femme gelée, Gallimard" 1981

          "Les années, Gallimard" 2008 ...

Annie Ernaux passe son enfance et sa jeunesse a Yvetot, en Normandie. Née dans un milieu social modeste, de parents d'abord ouvriers, puis petits commerçants, Annie Ernaux fait ses études à l'université de Rouen. Elle devient successivement institutrice, professeure certifiée, puis agrégée de Lettres modernes. Au début des années 1970, elle enseigne au collège d'Evire à Annecy,  puis à Pontoise, avant d'intégrer le Centre National d'Enseignement à Distance. 
 

 Elle fait son entrée en littérature en 1974, avec "Les Armoires vides", un roman autobiographique. En 1984, elle obtient le prix Renaudot pour un de ses ouvrages à caractère autobiographique, "La Place". 

En 2011, Annie Ernaux publie "L'Autre fille", une lettre adressée à sa sœur, décédée avant sa naissance, ainsi que "L'Atelier noir", qui rassemble différents carnets d'écriture constitués de notes, de plans et de réflexions liées à la rédaction de ses ouvrages. La même année, une anthologie intitulée Écrire la vie paraît dans la collection « Quarto ». Elle rassemble la plupart de ses écrits autobiographiques et propose un cahier d'une centaine de pages, composé de photos et d'extraits de son journal intime inédit.

 

1ere-de-couverture.jpg

Résumé

> Mort du père et projet d'écriture

Le livre s'ouvre avec la mort du père de la narratrice, le 25 juin 1967, deux mois après que celle-ci a été reçue au Capes de Lettres. La demeure familiale accueille les préparatifs de l'entrerrement. En compagnie de sa famille, et en écoutant les messages de soutien de ses voisins et de proches, la narratrice éprouve un certain malaise. La messe et l'enterrement ont lieu, après quoi tout le monde se retrouve au café du quartier pour le repas.
La narratrice accompagne sa mère dans les démarches administratives puis rentre chez elle, où elle forme le projet d'écrire sur la relation qu'elle entretenait avec son père.  


 > La vie du père

La narratrice relate la biographie objective de son père. Son propre père était un charretier illettré d'origine paysanne, sa mère tisserande. Il quitte l'école à l'âge de douze ans pour travailler à la ferme, puis rentre au régiment lors de la Première Guerre mondiale. Il vit ensuite à Paris et se sépare du milieu paysan de ses parents.

Après guerre, il trouve un poste d'ouvrier au sein d'une corderie, où il fait la connaissance de la mère de la narratrice. Mariés, ils emménagent a Yvetot où leur premier enfant voit le jour. La mère devient femme au foyer, le père travaille en tant que couvreur. Ils ouvrent ensuite un commerce, un café-épicerie dans un village situé non loin du Havre. Contrairement à leurs espérances, le café rapporte peu, et le père n'a d'autre choix que de chercher du travail. Il devient contremaître dans une raffinerie de pétrole.


 > Guerre et changement de vie

Agée de sept ans, leur fille décède suite à une infection. La Seconde Guerre mondiale débute peu de temps après : c'est dans ce contexte que naît la narratrice. La famille revient a Yvetot une fois la guerre terminée. Ils font à nouveau l'acquisition d'un café, ce qui permet au père de ne plus travailler comme ouvrier. Le café marche bien et leur situation sociale s'améliore, leur donnant maintenant accès au confort moderne.

> Un bonheur fragile
La narratrice décrit ici un environnement familial tendu. Le père souffre de son milieu d'origine et craint plus que tout d'être "trahi" par ses manières paysannes auprès de ses nouveaux clients, d'un milieu social élevé. Le père se replie sur lui-même et les disputes sont nombreuses au sein de la famille. 

> Adolescence et université
Le lycée confronte la narratrice à un monde tout à fait différent de son cadre familial. C'est pour elle l'occasion de fréquenter un milieu bourgeois et de découvrir la littérature. Cette période marque l'éloignement avec son père et un rapprochement progressif avec sa mère. En revenant de colonie de vacances, la narratrice remarque que son père a vieilli. Il souffre d'un polype à l'estomac et doit être opéré. La narratrice entre brièvement à l'Ecole Normale de Rouen, avant de partir pour un séjour à Londres puis de s'inscrire en Licence de Lettres à l'Université de Rouen. Elle profite des vacances pour inviter des amies chez elles ; son père fait de son mieux pour leur faire bonne impression.

> Disparition du père et bilan
Le portrait du père s'achève avec la description de son agonie (son état) et de sa mort, le livre se terminant comme il avait commencé. C'est aussi l'occasion pour l'auteur de dresser un bilan entretenue avec son père. 

Pourquoi ce titre ?
"La Place" a une signification possible qui est la place dans la société, que se soit elle ou sa famille. L'histoire est fondé sur l'histoire de la narratrice : que ce soit elle seule ou avec son père, leurs relations entretenues.. Le titre montre également la place de son père dans sa vie. Ce thème semble être éternel parce qu'il est proche de tous et sera toujours actuel. En effet, il s'agit de la place des parents dans la vie de leurs enfants.

Composition
Ce roman n'a pas de partie, il est construit sur le déroulement de sa vie. En effet, elle raconte sa vie, celle de ses parents... Elle aborde ses études, la rencontre de ses parents, leur installations dans leur differents métiers..

Quelle(s) intrigue(s) ?
Les histoires développées ici sont principalement la mort de son père, mais aussi la réserve qu'à la famille par rapport aux autres. Un sentiment d'infériorité par rapport aux autres : 
•Souvenir de honte : Son père est monté dans un train en première classe avec un billet deuxième classe
•Souvenir de honte : Son père ne savait pas écrire "lu et approuvé" et à écrit "à prouver"
•Obsession : Qu'est-ce que les gens vont penser de nous! (voisins, clients, tout le monde) 
•Règle : -Déjouer du regard
            -Ne pas rendre visite à quelqu'un même en clinique sans être inviter
•Le patois étant l'unique langage de ses grands-parents, son père trouvais cela laid et vieux. Pour lui c'était encore un signe d'infériorité.

Contexte
La particularité de ce livre est que les noms de villes ne sont pas tout le temps dis. En effet, je cite "La famille qui vit à Y... est venue"(p15). Le seul endroit évoqué ici est le café-épicerie qui est le commerce tenu par les parents.

Personnages
Les personnages principaux de ce roman sont Annie(narratrice-personnage), son père et sa mère.
• Le père est la figure centrale du livre autour de laquelle se fixe toute la narration. L'auteur nous propose un portrait de son père fait à partir de paroles et gestes du quotidien. Fils de paysans, il quitte l'école à l'âge de douze ans pour travailler comme vacher dans une ferme. A dix-huit ans, il rentre dans le Régiment et quitte définitivement le travail de la terre. Devenu ouvrier, il rencontre sa future femme dans l'usine où il travaille et s'installe avec elle. Par la suite, ils achètent un fond de commerce et ouvre un café-épicerie.
La relation entre le père et la fille change à partir du moment ou celle-ci découvre le monde des livres et de la culture. Ce monde est étrangé au père. Je cite "Les livres, la musique, c'est bon pour toi. Moi je n'en ai pas besoin pour vivre."(p83) Se creuse alors une certaine distance qui se traduit par l'incapacité à communiquer.
•La mère vient d'un milieu modeste. C'est elle qui lance l'idée du commerce et permet ainsi au couple de s'extraire du monde ouvrier. Fière de sa réussite, elle l'assume pleinement. Je cite " Patronne à part entière, en blouse blanche"(p43) Elle prend également le dessus sur le père. Je cite "Elle lui faisait la guerre pour qu'il retourne à la messe". 
La relation mère-fille est assez peu évoquée mais on peut tout de même observer que plus la fille grandit, plus les liens se resserrententre elle et la mère.
•La fille est à la fois personnage et narratrice. En même temps qu'elle fait la biographie de son père, la narratrice nous raconte sa propre histoire à travers la vie de son père. Il y a donc la fille-personnage et l'auteur narratrice. 
La fille-personnage raconte les relations entretenues avec son père qui sont un peu compliquées du fait de leurs différents mondes dans lesquels ils vivent. (fille : petit bourgeois, père : modeste, personne simple)
L'auteur narratrice, à plusieurs reprises, interrompt le récit pour faire part de ses questionnements et difficultés. Je cite "J'écris lentement [...] j'ai l'impression de perdre au fur et à mesure la figure particulière de mon père"(p45).

Genres du roman
Ce roman est Réaliste puisqu'il dénonce l'histoire d'une famille réelle (autobiographie de l'auteur). Les thèmes abordés ici concernant principalement l'influence du milieu sur les individus, la vie urbaine. Le Réalisme ouvre aussi au Naturalisme. Le Naturalisme étudie l'hérédité et le milieu, le monde du travail (ici ouvrier, commerçant..), les paysans urbains. De plus, on note une place importante du monde ouvrier dans le Naturalisme. 

A travers quel style?
Le style d'Annie Ernaux dans ce roman est pour moi original puisqu'elle écrit comme elle parle. En effet, dans certains romans, le langage est soutenu or ici, en exprimant sa vie elle utilise ses propres mots. En plus de ses mots, elle emploi des mots et des expressions sortant de la bouche de son père, de sa mère, de son milieu. Elle les écrit en italiques. Je cite " Toujours prêt à m'emmener au cirque, aux films bêtes, au feu d'artifice. A la foire, on montait dans le train fantôme, l'Himalaya, on entrait voir la femme la plus grosse du monde et le Lilliputien"(p65). 
> Avis personnel : Du fait de dire "la femme la plus grosse du monde" est pour moi un peu grossier, elle aurait pu dire " la femme ayant une très forte corpulence.." Cela justifie le style original du fait qu'elle s'exprime de la même manière à l'écrit qu'à l'oral.  

MON AVIS
•Lecture assez facile puisque la narratrice emploie un vocabulaire moderne, langage courant donc compréhensible.
 •L'histoire est réelle, et c'est ce qu'il me plaît.
Mais globalement, ce n'est pas un livre très attractif et entrenant. Je me suis quelque peu ennuyée. Le thème abordé principalement étant la mort, ce n'est pas un sujet sur lequel j'aime y rester des heures. Je n'ai pas aimé ce roman. 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeremy 08/01/2017 16:27

Javou

Jeremy 08/01/2017 16:27

Javou

Jeremy 08/01/2017 16:27

Javou

jojo 08/12/2014 17:06

+-il faut rire ! oui toi rit ta qu'une vie meme si tu a mal physiquement ou moralement allez rigole fait ton degenerer !!!! loul kouah

victor hugo 23/11/2014 18:05

t'es nul ça se voit que c'est du copie collé

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages