Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 14:31

Missak de Didier Daeninckx

  

 

Didier Daeninckx (Huma 2006)

 

 

Didier Daeninckx est l'auteur du livre Missak. Il est né le 24 avril 1949 à Saint Denis. C'est un écrivain Français ; un auteur de roman policiers, de nouvelles et d'essais. Daeninckx est un ancien communiste et c'est important de savoir ça pour la suite et pour bien comprendre l'histoire. Ses œuvres sont souvent des critiques sociales. Parmi toutes ses œuvres, les plus connus sont « meurtres pour mémoire » en 1984 et « la mort n'oublie personne » en 1989.

En 2009, il décide d'écrire Missak en hommage à Missak Manouchian.

 

 

Dans ce livre il y a des personnages principaux « réels » et en quelques sortes « irréels ».

Louis Dragère est un personnage principal réel car il est vivant. C'est un journaliste qui enquête sur Missak Manouchian. C'est grâce à lui et aux révélations qu'ils nous donnent qu'on peut se plonger dans le contexte et bien comprendre l'histoire. Il y a aussi Missak Manouchian comme personnage principal car toute l'histoire du livre et basée sur sa vie. Missak n'est pas un personnage réel puisqu'il est mort. On parle aussi d'Odette qui est souvent chez sa mère qui est malade. Louis ira souvent lui rendre visite et prendre de ses nouvelles.

 

 

 

 

 missak.jpg

 

Louis Dragère est un jeune journaliste à L'Humanité. En janvier 1955 il est chargé par son journal de retracer le parcours de Missak Manouchian. Lors de son enquête, chez Louis Aragon, il tombe par hasard sur l’original de la dernière lettre de Missak, adressée à Mélinée, sa tendre aimée. Trois petits points de suspension en guise de coupe, où il dit : « je pardonne à tous ceux qui m'ont fait du mal où qui ont voulu me faire du mal sauf à celui qui nous a trahis pour racheter sa peau et ceux qui nous ont vendus. » Ces derniers mots ont donc incités Louis Dragère a mener son enquête autour de Missak. En janvier 1955, Didier Daeninckx nous plonge dans Paris des années cinquante. L'enquête de Louis Dragère lui fait rencontrer des personnages qui ont vraiment existé (ou qui sont encore en vie): Willy Ronis, Louis Aragon, Jacques Duclos, ainsi que les parents de Charles Aznavour et Aznavour lui même. On est plongé dans un résumé de la vie de Manouchian depuis sa naissance en 1906 en Turquie jusqu'à sa mort le 21 février 1944, fusillé au Mont Valérien. Les faits d'armes pendant la guerre sont relativement peu évoqués mais l'auteur s'attarde sur l'enfance, le massacre des Arméniens par les Turcs, l'arrivée en France.

 

 

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

imagesCAD4Z2C8

 

 

Missak (dit Michel) Manouchian est né en Turquie le 1er septembre 1906 et mort fusillé le 21 février 1944 au fort du Mont Valérien à 37 ans. C'était un poète Français d'origine arménienne, mais aussi un militant communiste et un résistant. Il est malheureusement connu pour son rôle dans la résistance, et en particulier par la fameuse Affiche Rouge.

 

C'est un miraculé quand il débarque à Marseille avec son frère ; ce sont des rescapés orphelins du génocide arménien en 1924. Missak décide alors de monter à la capitale pour travailler dans les usines Citroën mais il est licencié pendant la crise économique de 1929. Alors, il s'instruit, publie dans des revues littéraire et s'engage politiquement au parti communiste où il prend la direction du comité de secours pour l'Arménie. En 1939 il rejoint l'armée française pour combattre les nazis.

Mais lors de la résistance, les allemands placardent 15000 exemplaires de ces affiches rouges pour dénoncer les résistants étrangers. Au centre, la photo de Manouchian, avec cette inscription : « Arménien, chef de bande, 56 attentats, 150 morts, 600 blessés. ». Cela signera l'arrêt de mort de Missak et de nombreux de ses compagnons.

 

C'est donc pour ça que Missak Manouchian est le personnage principal de ce livre puisque le livre est basé sur sa vie, sur son combat pendant la Résistance et sur sa mort avec ses camarades.

 

 

 

 

 

 

 

L'AFFICHE ROUGE

 

Affiche_Rouge.jpg

 

 Certains historiens pensent que les circonstances dans lesquelles eut lieu l'arrestation du groupe Manouchian demeurent obscures et relèvent de la dénonciation. Il semblerait que le groupe ait été utilisé dans des actions trop périlleuses pour ses moyens et qu'il n'ait pas été suffisamment prévenu par la direction de la Résistance communiste des risques qu'il encourait.

 

Cette affiche de propagande nazie est imprimé en 15000 exemplaires et représente le visage de dix des accusés qui est placardée pour dénoncer leur action. L'Affiche Rouge devient l'emblème du martyre pour la résistance.

 

http://www.youtube.com/watch?v=LDMRDA_XxQA

a 9'40 on peut voir un extrait qui résume l'Affiche Rouge, comment les Allemands ont arrêtés les résistants et comment ils ont créés ses affiches.

 

 

 

 

 

 

LA LETTRE DE MISSAK A SA FEMME

 

http://www.docstoc.com/docs/85029408/Lettre-de-Manouchian

Missak décide d'écrire une lettre à sa chère et tendre Mélinée avant de se faire fusiller. C'est une lettre très touchante, très poignante. Missak Manouchian a déjà eu le courage d'écrire cette lettre et en pensant à sa femme lorsqu'elle allait la découvrir.

 

 

 

 

LA CHANSON DE LEO FERRE

 

http://www.college-plaisance.net/spip.php?article88      

De cette affiche rouge, et de sa lettre à sa femme Mélinée, mais surtout pour honorer Missak Manouchian et ses 22 autres compagnons fusillés pour la France, Louis Aragon en a fait un poème qui s'appelle « strophes pour se souvenir » Ce poème sera mis en musique en 1959 par Léo Ferré sous le titre «L’affiche rouge » Cette chanson a également été écrite pour ne pas oublier ce qu'ils ont fait pendant la Résistance : c'est une sorte d'hommage.

 

 

 

 

 

75020groupemanouchian1

 

 Maintenant il y aussi des rues au Groupe Manouchian, mais aussi des cinémas, des hôtels, des lycées appelés par son nom, pour lui faire hommage

 

 

 

 

 

 

DESCRIPTION

 

Ce livre est ni un document, ni un roman mais un document déguisé en roman.

Ce livre s’appuie sur des faits vrais historique qui relate le témoignage de Missak Manouchian quelques heures avant son exécution. On fait un retour sur son enfance arménienne, sa jeunesse et la rencontre avec sa bien aimée Mélinée, celle à qui il écrit sa dernière lettre et qui reçoit ses derniers témoignages d'amour.. Le livre est sous forme d'enquête journaliste.

La description est assez présente et il y a beaucoup d'actions donc le livre se lit vite. De plus, le livre est bien décrit, on arrive bien a ce situé dans le temps. Le récit est bien mené mais l'histoire assez complexe entre les personnages et les rapports entre le parti communiste et certains membres du groupe Manouchian. Le récit est quelque fois interrompu par des flashs backs qui font allusions à des situations tragiques, ou encore des anecdotes pour mieux comprendre ce qu'il se passe. Il y a également entres deux paragraphes des morceaux de chansons qui ont inspirés Louis Aragon. Ce roman est donc très réaliste. De plus l'auteur montre une vision extraordinaire de ce livre car il découvre aussi, en même temps que nous l'histoire de Missak Daeninckx a un style d'écriture simple et courant ce qui permet de bien comprendre le texte et de se plonger dans l'histoire. Le film « l'armée du crime » de Robert Guédiguian est en lien avec le livre. Ils sont par ailleurs sortis tout les deux en 2009.

 

 

 

 

LES THEMES

 

Les thèmes abordés dans ce livre sont l'enfance, le génocide arménien, l'amour, le bonheur, l'espoir, l'humanité, la résistance, la guerre, l'emprisonnement, la condamnation à mort.

Missak reste humain avant tout. Il dit même qu'il n'en veut pas aux allemands d'avoir fait ça et que chacun aura ce qu'il mérite.

 

 

 

 

 

MON AVIS

 

J'ai trouvé ce livre très bien et très intéressant. C'est un livre bouleversant et pleins de révélations. J'ai appris beaucoup de choses à propos de ce sujet.

Même si l'histoire est un peu complexe entre les personnages et les partis communistes, l'histoire mérite vraiment d'être lu. De plus, c'est une histoire très touchante, surtout quand on sait qu'elle est vrai. Je pense que Missak Manouchian est un personnage encore trop peu honoré pour tout ce qu'il a fait pendant la Résistance.

C'est donc un très bon livre car l'auteur a su évoquer tout les éléments historiques et toutes les polémiques autour de la dénonciation même si on sait que la vérité n'est pas vraiment connue.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

M URNAUER 30/11/2013 21:55

TRES BIEN . Présentation précise, détaillée (très bonne idée, les liens). Juste une chose : Louis Dragère, que tu qualifie de "vrai" personnage (parce que vivant), est cependant une invention de l'auteur. C'est donc un personnage fictif. Tandis que Missak Manouchian,certes mort depuis 11 ans au moment où a lieu le récit, a bel et bien existé, lui. Ce qui, effectivement, établit un rapport un peu étrange entre réel et fiction ...

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages