Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 20:56

Parle leur de batailles de rois et d'éléphants:

 

 

 

 

 

mathias enard

 

 

 

 

 

 

Le Roman:

 

« Parle leur de batailles, de roi et d'éléphants » est un roman de Mathias Enard, mêlant une fiction à un contexte politique et religieux historique, et un récit dont le narrateur est omniscient, avec, à travers les lettres qu'écrit le personnage principal à ses proches, parfois, des passages à récits épistolaires. C'est un roman relativement court (environ 150 pages), et qui, à la première lecture peut paraître difficile d'approche, ce en partie à cause de la longueur de certaines phrases, ou encore de l'écriture plutôt poétique de plusieurs passages. Toutefois, il a apparaît comme complet tant sur l'aspect historique que fictif, avec un effort de description qui peut parfois donner des sensations visuelle, tactiles, sonores et olfactives, avec des détails des carnets de commandes de Michel Ange permettant de s'imaginer l'ampleur des travaux à effectuer pour la construction de ce pont; tout cela sans compter qu'il y a un réel développement de l'intrigue au fil des pages. L'une des plus grosses difficultés pour les lecteurs, peut survenir du fait que l'écriture prend parfois un style fortement inspiré des poèmes chantés par les Perses et les Ottomans à cette époque; remarquons que c'est sans doute, l'un des points fort de ce roman, et peut-être aussi un clin d'œil de l'auteur (voir sa présentation), ou une sorte d'hommage à divers écrivains perses de la Renaissance. Pour finir, il s'agit là d'une très belle peinture retraçant le parcours de Michel Ange, entre ses désaccords avec le pape guerrier Jules II, et son orgueil admissible car il est un génie inégalable. On retient aussi à travers la lecture de ce roman, l'âme tourmentée qu'était Michel Ange, ces personnages qu'il peindra et qu'on nommera « Ignudis ».

 

 

 

 

Résumé:

 

L'histoire se déroule donc en pleine Renaissance, au cours de l'année 1506. Cette année, l'un des plus grands esprits d'Italie, et d'Occident, foule la terre de l'imposante Constantinople, et ce, après une demande de Bajazet II le grand calife Ottoman. Ce grand esprit n'est autre que Michel Ange Buenarotti, le célèbre peintre, sculpteur et architecte de génie, créateur de la Piéta, du David ou encore des fresques monumentales de la chapelle Sixtine, qui se voit demander par le grand calife Ottoman, la création d'un pont qui reliera les deux rives de Constantinople. L'enjeu est de taille, mais Michel Ange ne cède pas face à ce défit, que même, un de ses contemporains qu'il déteste ne saura remporter: j'ai nommé Léonard de Vinci. Michel Ange commence alors ses travaux, et très vite va visiter cette ville de ceux qu'il appelle les « Mahométans » et qu'il méprise un peu. De découvertes en découvertes, il va avancer vers ce qui va, sans doute, le pousser , peu à peu, à se remettre en cause. C'est un roman qui commence sur une note assez claire, quasi joyeuse, et qui se finira sur une touche beaucoup plus noire, qui sans doute expliquera bien des choses notamment à travers les œuvres de Michel Ange.

 

 

 

Quand les avis divergent et se croisent:



Ludwig: Un sujet très vaste que l'auteur a réussi à décrire avec une bonne plume mais je pense que vu que le sujet était trop vaste l'auteur n'a pas réussi  à aller en profondeur. C'est un bon livre, avec un histoire prenante qui réussit à nous mener aisément à Constantinople à travers le personnage principal dont le caractère est bien donné, mais à part quelques passages je n'ai pas vraiment perçu d'émotions bien que parfois elles sont longuement décrites. On reste sur sa fin, On aurait aimé avoir un livre plus long avec plus de détails et une histoire sous un angle encore plus personnel sur le personnage principal.



Marie :  "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" est un livre qui ne m'a pas vraiment plu. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, et pourtant, l'envie était présente !

Malgré le contexte qui lui, est intéressant, par le fait que Michel Ange soit le personnage principal, j'ai trouvé l'écriture compliquée, et l'histoire longue.

C'est pourquoi j'ai mit du temps à lire ce livre, malgré le "peu" de pages qui le constitue.

Je me suis rendu compte qu'un livre de 150 pages peut être plus compliqué et plus long à lire qu'un livre de 300 pages.

L'histoire en elle même est intéressante, puisqu'on nous présente la vie d'un des plus grands artistes au monde.

Mais c'est surtout l'écriture qui m'a dérangé, le trop plein de description..

Cependant, il faut lire ce livre. C'est toujours intéressant d'en savoir plus...

 

 

 

Perrine : Pour moi, le roman de Matthias Enard cache bien son jeu. A première vu, nous pourrions croire que c'est un livre banal que nous pourrions lire en deux heures tout au plus. Mais dès les premières lignes je me suis rendue compte que en effet, j'allais dévorer ce récit car le cadre spatio-temporel m'a plus énormément mais aussi que l'auteur utilisait une forme d'écriture inhabituelle. L'usage de mots parfois quelque peu laborieux ralenti la lecture. Ce n'est pourtant pas pour autant qu'il ne faut pas lire "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants", ce roman est fabuleusement merveilleux.

 

Maïwenn: J'ai bien aimé ce livre. En effet, Mathias Enard nous dévoile l'intimité et les secrets les plus inaccesibles d'un des plus grands artistes du XVème siècle : Michel Ange. De plus il nous précise étape par étape la création de son pont à travers ses dessins ses plans mais aussi de ses listes. Je recommande donc vivement ce roman.





Gwenn :

Un livre qui ne m’a pas vraiment plus malgré que le personnage principal soit une personne historique ainsi que la ville de Constantinople.

Je n’ai pas réussit a rentrer dans l’histoire et n’ai pas été transporté, même si je l’ai lu assez rapidement. Il y a tout de même beaucoup de description ce qui m’a bloqué pour suivre l’histoire. Au final un livre intéressant pour « connaître » l’Histoire mais qui n’aurait peu être pas dût être publié sous forme d’un livre ??? .





 

Moi, en clair: J'ai beaucoup apprécié ce livre; entre autre parce qu'il raconte une histoire à l'époque de la Renaissance, l'une de mes périodes historiques favorites, mais aussi parce que l'intrigue se déroule à Constantinople, soit en territoire turc. Il m'a rappelé de vieux contes arabes, très colorés, que j'aime beaucoup. Enfin, je crois que ce roman donne une toute autre vision du "monde musulman" d'époque, et de l'artiste Michel Ange, ainsi qu'une description très parlante des rues et de la vie de l'actuelle Istanbul. Parfois un peu difficile d'accès (par la longueur de certaines phrases notamment, ou encore la "non-identification" de personnages précis dans certains passages), ce roman reste pourtant l'un de mes favoris, de tous ceux que j'ai pu lire jusqu'ici (hors prix Goncourt lycéen compris), car il a su répondre à la plupart de mes attentes. Je le conseille à tous ceux qui veulent découvrir des choses: ce roman, je ne l'ai pas dévoré, mais dégusté plusieurs fois, tant il est court et complet à la fois. Pour moi, c'est un travail qui peut répondre sans prétention aucune, à la définition que je me fais de "Chef d'œuvre".  (confère Critique publiée sur le blog).

 

 

 




L'auteur:

Mathias Enard, est l'auteur de "Parle leur de batailles de rois et d'éléphants".

Né le 11 Janvier 1972 à Niort, il est actuellement connu comme traducteur et écrivain français.

Il est titulaire d'un doctorat au CNRS, en monde iranien, et a étudié les langues persanes et arabes.



 

Mathias_Enard_D_R_.jpg ci-contre, Mathias Enard.

(On retrouve l'inspiration de ces langues et cultures dans « Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants ».)

C'est un homme qui aujourd'hui enseigne l'arabe à l'université de Barcelone en Espagne, et qui anime des revues culturelles telles que "la revue inculte". Il a été reconnu comme écrivain, notamment grâce au succès de son roman: « Zone ».

 

Mathias Enard est aussi traducteur et a déjà traduit des auteurs comme Mizrâ Habib Esfahâni (lettré Iranien du XIXeme siècle)   ou encore Youssef Bazzi (célèbre journaliste libanais à Al-Mustaqbal connu pour ses positions très prononcées contre les pays arabes et ce qu'il qualifie d'inaction de leur part, vis à vis de l'actuel conflit Israëlo-Palestinien).




Bibliographie:



Sources: Wikipédia – fluctuat.net

 

 

 

Les personnages principaux et notables du roman:

 

david

 


la-20Pieta.jpg

 

 


 

 

 

 

 

Le David.

 

                                                                                         La Pieta.

Michel Ange Buenarotti:



Michel Ange Buenarotti, dit: Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoniest né le 6 Mars 1475 à Capresse en Toscane et est mort le 18 Février 1564 à Rome.

Il est sculpteur, peintre et architecte italien.



Plusieurs de ses mécènes furent des figures emblématiques de leur époques: comme Laurent de Médicis, Pierre II de Médicis ou encore Jules II. Sa renommée était telle, que ce jeune homme attirait les foudres de ses confrères, tant par son habileté dans les domaines énoncés plus haut que par son franc parler (il se fera d'ailleurs casser le nez après avoir critiqué des œuvres de Pietro Torrigiano).

Il est Le créateur de la célèbre Piéta ou encore du David, sans compter le Moise présent sur le tombeau de Jules II qui est compté comme l'un de ses chefs d'œuvres. Dans la vie, Michel Ange est avant tout un homme talentueux et un génie.

Michel_Ange.jpgignudis

Michel Ange

Michelangelo_Ignudi_grapes.JPG

Des Ignudis

 

Malgré sa réussite, à l'image de ses Ignudis, Buenarotti est une âme tourmentée par son homo

sexualité (un des 

sujets traités dans le roman 

d'Enard).

Ci dessus, des Ignudis, éphèbes tourmentés et souffrants.



 

                                               Le sultan Bajazet II:

De son vrai nom Beyezid Adil, aussi surnommé, Sofu le Pieux, cet homme est né le 3 décembre 1447 et mort le 26 mai 1612. Il est le 8ème sultan Ottoman, un homme qui ne chercha pas à agrandir son territoire, mais qui, soucieux de garder son pouvoir, fera arrêter son frère et ira jusqu'à faire tuer son propre fils Ahmed, pour être plus tard destitué par son autre fils Selim. Il a vécu pratiquement toute sa vie avec des fonctions importantes, puisque dès l'âge de 7 ans, il est nommé gouverneur. Il se disait être musulman sunnite, et avait un très grand intérêt pour les arts, notamment la poésie.








bajazet II

Bajazet II

 

JulesII, dit, le pape guerrier:

De son vrai nom Giuliano della Rovere, ce Pape naît le 5 décembre 1443 et meurt entre le 20 et le 21 février 1513. Il fut pape de 1503 à 1513, successeur de Alexandre VI et Pie III. Il sera connu pour participer à plusieurs campagnes militaires, d'où son surnom de « pape guerrier » (il formera même un ligue contre le roi français Louis XII), et sera connu pour ne pas vraiment respecter de nombreux préceptes de l'Église catholique, à savoir le vœu de chasteté. A la fin de sa vie, il contractera la Syphilis et en mourra.


Raphael-JulesII-1512.jpg

                                              Ci contre Jules II

 

 

Le poète Mesihi:



Mesihi, est un poète Ottoman, né en 1470 à Pristina et mort en 1512 à Istambul.

Il débuta en tant qu'avocat, mais très vite se tourne vers la calligraphie et devient secrétaire du Divan. Le peu d'informations que l'on peut retrouver aujourd'hui sur lui, raconte qu'il courrait, paraît-il, plus les tavernes et les hommes, qu'il ne travaillait. Il se retrouve seul après

 la mort d'Ali Pacha, son protecteur, en 1511. Mesihi mourra miséreux le 30 Juillet 1512. Aujourd'hui, il est reconnu comme l'un des poètes ottomans les plus originaux de son époque, par la modernité de ses textes, et une nouveauté: l'insertion d'humour dans la poésie turque.

Ses œuvres les plus connues sont « Sehir Engiz » et « Chant sur le printemps » (à lire sur: http://turquie-culture.fr/pages/litterature-turque/textes-et-extraits-de-textes/mesihi-poete-ottoman.html)





L'Andalouse:

Dans le roman d'Enard, on en apprend très peu sur cette femme, si ce n'est qu'elle est chrétienne, et qu'elle n'est pas là par volonté, mais par emprisonnement. C'est, semblerait-il , une très belle femme, une danseuse. On dirait pourtant un personnage Androgyne qui semble dénoncer « la difficulté d'un rapprochement entre les hommes » et d'une paix commune.

C'est une deuxième narratrice quelque part, puisqu'elle s'adresse à la fois à Michel Ange mais aussi au lecteur.

 

Constantinople et le contexte politico-religieux qui l'entourait:



L'Europe, l'Orient et la Renaissance:

Le XV ème siècle est un lien, une sorte de charnière entre le Moyen Age et la Renaissance. Ce siècle est marqué par la prise de Constantinople par les Ottomans, en 1453, et la migration des musulmans et des juifs, chassés de l'Espagne lors de la « Reconquista », après 1492 (prise de Grenade). L' Europe est alors considérée comme Chrétienne, et est en perpétuel conflit avec les juifs et les musulmans. Le conflit ne se limita d'ailleurs pas là, puisque au sein même du christianisme, on notera une séparation de la religion encore existante aujourd'hui, en deux branche distinctes, que sont le protestantisme, et le catholicisme.

 

Constantinople, actuelle Istanbul:

  C'est une ville séparée en deux par le Bosphore et se situant sur les continents européen et asiatique. Elle connut plusieurs changements de nom, elle fut d'abord Byzance, puis, Constantinople et enfin Istanbul. Elle a appartenu à plusieurs civilisations, variées: Les romains d'Orient, les grecs, les byzantins puis les ottomans (turcs). C'est une ville qui fut construite sur une zone de forte sismicité (zone ayant de fortes possibilités de subir des séismes plus ou moins violent), qui connu des catastrophes par le passé, parmi lesquelles la plus importante, en 1509 qui fut surnommée « le Petit Apocalypse » et qui fit en quelques instants des milliers de morts.

 

 

 

 

Ci dessous, une peinture de Aivazovsky représentant la basilique Sainte Sophie, un trésor de l'architecture et des religions chrétienne et musulmane, dans l'actuelle Istanbul.



Aivazovsky_Constantinople.jpg



 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

asmou15 20/02/2017 12:44

URGEEEEEEEEENT SVP !!!!!
Bonsoir, SVP ceux qui ont déjà lu "PARLE LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS" est-ce que vous pouvez me dire ce qu'il nous apprend ce livre . et c'est quoi le contexte historique.
merci d'avance

M. Urnauer 16/11/2010 15:08


Très bon travail, bien documenté et richement illustré.
On aurait souhaité une analyse de l'oeuvre encore un peu plus poussée (mais c'est parce que l'on se veut exigeant ...).
Reste à corriger les (quelques) fautes et maladresses d'expression signalées de-c de-là.


constance93 12/11/2010 15:39


je me suis acheté Bréviaire des artificiers, j'ai hâte de le commencer :)


Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages