Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 22:37
Première rencontre avec un auteur à Rennes... J'ai beaucoup de mal à me concentrer :
1) parce que je loupe le début : je devais prendre une photo et répondre à quelques questions
2) je suis encore dans l'euphorie du moment précédent : l'annonce que je suis la gagnante du concours de critique Goncourt des Lycéens organisé par la région Bretagne, catégorie "Hors Goncourt des Lycéens" (c'est long à dire mais j'en suis fière^^)
Donc, après être revenue 10 minutes après le début de la plénière, je peux enfin écouter (avec plus ou moins d'attention) Yannick Haenel, auteur de Jan Karski. Ça sera un peu le désordre, mais en même temps, c'est nous qui posons les questions et on ne nous a jamais demandé de faire quelque chose de logique...

(Après cette intro inutile, je vais passer au) Compte-Rendu :

- Pour Yannick Haenel, l'inquiétude que ressent Jan Karski est une vertu
- Le judaïsme exerce sur cet auteur une attirance philosophique
- Par ce roman, Yannick haenel a en parti voulu rendre sa dignité à la Pologne (pays jugé de bourreau et d'antisémite pendant la 2d Guerre Mondiale) en montrant la gloire de ses résistants (dont bien sûr Jan Karski) et le déchirement du pays tout au long de la guerre
- l'écriture de Jan Karski est spontanée, intuitive
- cette oeuvre est un roman car elle a une part de fiction : pour Yannick Haenel, la fiction existe à partir du moment où une personne imagine les sentiments d'une autre personne (càd tout le temps et chez chacun)
- titre Jan Karski (roman éponyme) : pour redonner vie à Jan Karski, l'immortaliser
- temps d'écriture : 3 ans ==> Yannick Haenel dit être "devenu" son personnage, dans le sens où il pense l'avoir comprit et l'avoir découvert dans sa totalité, sa réalité (NB : ce sentiment d'identification à son personnage reviendra chez presque tous les auteurs rencontrés pendant ces deux jours)
- le but de ce roman est de "faire mal"
- s'il y a de nombreuses références au ghetto de Varsovie, c'est parce que pour YH, cela représente l'horreur absolue
- si la 1e partie est une étude cinématographique, c'est parque que :
     1) YH dit "voir plus de films [qu'il] ne lit de livres"
     2) regarder ce film a été la 1e rencontre de YH avec JK
     3) cette scène filmique présente un dépouillement du personnage
     4) c'est un hommage à Claude Lanzmann
- la réalité :
      - dans les nombreuses recherches documentaires
      - dans les 2 premières parties (malgré que la 1e partie soit les ressentis d'un spectateur) + 80% de la 3e
- sa phrase "Qui témoigne pour le témoin ?" exprime le but de son roman et il la juge comme "la plus belle phrase du monde" : les témoins de la Shoah sont en train de mourir, il faut que ous témoignions pour eux. ex : YH pour JK. La réponse à cette question est pour YH la littérature
- message de JK : il accuse la passivité de l'Ouest et du même coup l'implication de tout le monde occidental de la Shoah

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages