Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 11:10

Guillaume :
Ce livre nous raconte tout d'abord l'histoire d'un amour fait d'une recontre, impromptue, improbable, fait du hasard ou du destin. Un amour que l'on pourrait qualifier de parfait entre Nathalie et François. Mais le destin sait se monter cruel, lui qui les a réunis, entraine violemment avec une voiture François hors du monde des vivants.
Commence alors pour Nathalie la depression, le douloureux souvenir de l'être perdu.
Mais elle s'en sort, sans trop de sequelles, retrouve le goût de vivre après un dur combat et embrasse dans un accès d'allégresse un collègue de bureau.
Encore le destin, ou un simple hasard qu'il se soit trouvé là? Elle aimerait le penser.
Mais le destin facétieux a fait de cet homme celui avec qui elle retrouverait la délicatesse...

Mon avis :
Un livre que j'ai beaucoup aimé, par sa facilité de lecture déconcertante peut être. Ou par son histoire rapide et prenante, sa lente "alchimie relationnelle" entre deux êtres, constellée entre chaque chapitre d'une note, d'une explication, d'un détail, en rapport avec le récit, mais qui ne perturbe en rien le texte.

Marie.G:
C'est un récit réel, touchant, simple peut-être même trop.
Un roman à "l'eau de rose" comme on dit. Une fin à laquelle on s'attend malheureusement. Mais le petit espoir que cela se passe autrement est prèsent.
Un livre plutôt bien construit, mais trop banal pour nous accrocher.

Pauline: j'ai beaucoup aimé ce livre, il est très interéssant et touchant surtout au début. Ce livre montre que peux être heureux après la mort d'un proche et retrouver l'Amour. C'est un roman qui montre la force de remonter la pente après un drame. J'aime ces romans qui montre une force de la personne à revivre après un drame, à re-profiter de la vie, pas comme Justine Lévy qui passe la plus part de son temps à pleurer dans son roman, à se plaindre et à se lamenter.

Clémence : C'est vraiment un roman à l'eau de rose, soit on aime soit on aime pas mais pour ma part j'ai aimé, il est très simple à lire et l'histoire est très belle. Léger, touchant, accrochant .. j'ai tout somplement adoré. J'ai été un peu deçu qu'il se finisse si vite, j'aurais aimé en savoir plus sur la suite !

Nolwenn:
Un roman touchant et simple d'une histoire d'amour à l'eau de rose comme on l'a dit précédement, qui montre que lorsqu'on touche le fond c'est pour mieux remonter.

Marie. N :
J'ai beaucoup aimé ce livre. Ce n'ai peut-être pas mon coup de coeur mais l'écriture est fluide, compréhensible. Ce livre apporte quelquechose de très constructif.
Un livre a lire qui porte sur la reconstruction personnelle après la mort d'un conjoint une chose qui se fait rare je trouve souvent les personnes qui subissent cette mort finissent soient dépressives ou alors sucidées.

Marion : C'est une belle histoire mais sans grande originalité. Un livre facile à lire, touchant, émouvant... sauf que le personnage de Nathalie n'est pas très attachant. Donc j'aime sans plus.

Constance :
Beaucoup de choses futiles m'ont plu dans son roman :
- Le style hésitant, drôle, et même profond quand on y regarde de plus près. Un peu comme Markus, personnage très attachant.
- L'hésitation dans la composition tout à fait banale du récit : chronologique, très peu de retours en arrière et d'anticipations (seulement dans les pensées des personnages).
- L'humour plutôt dans ces passages où l'auteur se moque, qui gentiment, qui méchamment, de  mots, d'expressions (comme "mariage pluvieux, mariage heureux"...), de personnalités (celle de Charles, patron obsédé et narcissique ou de Chloé, parfaite nouvelle jeune employée, comère, ambitieuse et immature), des caractères que l'on donne comme ça à un prénom dans les notes de bas de page ("1. il y a souvent une nette tendance à la nostalgie chez les Nathalie" ou "1. C'est étrange de s'appeler Alice et de se retrouver dans ce type de soirées [speed dating] pour rencontrer un homme. En général, les Alice rencontrent facilement des hommes. 2. C'est étrange de s'appeler Alice et de travailler dans une pharmacie. En général, les Alice travaillent dans les librairies où les agences de voyage. 3. ['Elle animait parfois des ateliers beauté'] A ce stade, on peut s'interroger : s'appelait-elle vraiment Alice ?"), de nationalités (les suédois) et d'idées et de concepts comme ceux de l'amour, du deuil ou du hasard. Des clichés en général finalement.
- Les chapitres "hors-narration" : L'humour se mêle à l'originalité avec ses chapitres, qui ne sont pas dans la narration, mais sont quand même dans l'histoire : il sont un peu comme des recherches que feraient le lecteur pour rendre plus précis encore un roman (celà va du texte d'une chanson dont le titre est évoqué à la recette de cuisine du plat servit au restaurant en passant par la mise sur des "post-it" des réalisations effleurées dans le texte ("discographie de Jonh Lennon s'il n'était pas mort en 1980" p42), des définitions du Larousse, de wikipedia ou autres, des résultats de matchs de foot ou des citations de discours de politiques, des informations sur des dossiers, code d'entrée d'immeuble oublié, des statistiques ("nombre de paquets de Krisprolls vendus en 2002 : 22.5 millions") pu des réunions, et des citations de livres évoqués dans le roman. Il répond à toutes les questions que peut se poser le lecteur au cours du récit, sauf le futur, la fin.
- J'ai aussi aimé son titre, emprunt de poésie et qui dirige véritablement tout le roman.
- Il ressemble d'abord à un conte de fée de la vie quotidienne mais tourne au tragique (il balance le cliché des films romantiques, contes de fée moderne, spécialistes du "tout est bien qui finit bien" au bout d'1h30)  : ce n'est pas une fin "ils eurent beaucoup d'enfant" mais le début d'une autre histoire, celle du deuil et de la renaissance après celui-çi. Comme la suite d'un conte de fée tronqué de sa dernière phrase.
- les nombreux jeux de mots
- la fin qui est finalement ... (lisez le roman ! )
- L'ensemble (hésitation, humour, originalité, poésie) donne à ce récit à l'eau de rose une profondeur innatendue.


Thomas :
J'ai trouvé que ce livre était littéralement débordant d'émotions, un puits d'amour, de tristesse et de culpabilité. L'histoire de Nathalie qui, à la mort de son mari, ne peut s'en remettre et c'est alors que l'on voit l'étendue de leur amour ! Et cette fin très ambiguë également... qui laisse des interrogations en suspens.
C'est une oeuvre réellement touchante.


Virginie: J'ai adorer ce roman. J'ai trouvé qu'il était très émouvant, l'histoire était peut ètre un peu classique. En effet une femme perd son mari qu'elle aime plus que tout, ensuite elle fait son deuil, rencontre un autre homme. On pourrait le califier de livre à l'eau rose. Cependant je ne serai pas d'accord car il ne traite pas essentiellement d'une histoire d'amour, il y aussi des petits chapitres qui traitent de tout autre chose par exemple "discographie de Jonh Lennon s'il n'était pas mort". Tous ces petits chapitres sont en plus, je dirais même qu'ils pourraient ètre facultatif car ils n'ont pas un grand rapport avec le reste du roman et pourtant c'est gràce à cela que le terme " livre à l'eau de rose" selon moi ne doit pas etre appliqué a ce roman.
Autre chose que j'ai beaucoup aimé ce sont les comparaisons que l'auteur utilise. Par exemple lorsque Marcus repense au moment ou Nathalie l'a embrassé subitement, il est surpris car il se sent totalement insignifiant par rapport à Nathalie et c'est là que la comparaison arrive. " C'est comme si les Etat-Unis invitait le Lichteinstein à diner". j'ai vraiment adorer cette comparaison, il y en a d'autre mais celle ci m'a marquer ! 
J'ai vraiment adorer ce roman qui pour le moment est mon préféré.


Ewana:
Alors ce bouquin, il m'a vraiment plut. Nathalie est décrite dans le livre comme une femme magnifique qui plait à tout les hommes, mais elle (excusez moi le language) elle s'en fou ...
Tout son problème réside dans la mort de son mari qu'elle n'arrive pas à digérer. Son patron la drague allègrement mais ça ne l'atteint pas. Un beau jour elle rencontre Markus, il est pas très attirant (c'est pas qui l'ai dit, c'est dans le livre) mais il est drôle et surtout délicat. Cette qualité elle l'aime tant, son défunt mari était délicat, son père est délicat, par contre son patron ... Le plus drôle dans ce livre ce sont les petites remarques du genre:
Nombre de paquets de Krisprolls vendus en 2002
22.5 millions.
Ces remarques ont peu de rapport avec l'histoire et quand on lit ça on ne peu s'empêcher se sourire .....
Je recommande de livre (je crois que c'est également le cas pour ceux qui l'on déja lut mais bon ...) par contre, je n'ai pas trop compris la fin, tous ceci n'était qu'un rêve ???             


Léonie: Waouh, que dire à part waouh ? Ce livre, il est plus que génial, j'en ai du mal à trouver mes mots ! L'histoire est si touchante, ainsi que les personnages. J'ai dévoré le livre, l'écriture est entrainante, les chapitres courts, des petites remarques toute bètes, ce qui nous donne l'envie de continuer. L'auteur, un homme, écrit si bien ce que Nathalie, une femme, ressent! En lisant La délicatesse, j'ai souri, ri, rêvé... et bien plus encore!











Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages