Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 18:10

Né dans une famille prolétaire en 1962, élevé près de la Meurthe, Philippe Claudel est agrégé de français. Considéré comme l’un des meilleurs auteurs contemporains, Philippe Claudel est à la fois enseignant, scénariste et écrivain. Maître de conférences à l’université de Nancy, il enseigne à l’Institut européen du cinéma et de l’audiovisuel. Depuis son premier roman, ’Meuse l’oubli’, paru en 1999, l’écrivain lorrain enchaîne les succès littéraires. ’J’ abandonne’, en 2000, lui a permis de recevoir le prix France Télévisions. Il enchaîne avec ’Le Bruit des trousseaux’, tiré de son expérience de professeur de français dans les prisons, puis ’Les Petites Mécaniques’ sont récompensées par la bourse Goncourt de la nouvelle en 2003. Avec ses ’Ames grises’, oeuvre unanimement reconnue par la critique, Philippe Claudel est lauréat du prix Renaudot en 2003 et parrain du 16e Festival du premier roman la même année. Il publie encore ’Trois petites histoires de jouets’ et ’La Petite Fille de monsieur Linh’ en 2005. Ponctuel, il revient l’année suivante avec ’Le Monde sans les enfants’, dans lequel il aborde les tabous de notre société, dont la maltraitance, la guerre ou la mort. En 2007 sort ’Le Rapport de Brodeck’, dans la lignée de son maître Jean Giono. En 2008, il réalise son premier film ’Il y a longtemps que je t’aime’ avec Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein. Par ses romans, l’auteur nous emmène dans un univers imperceptible néanmoins empreint de réalité. Philippe Claudel a sa place parmi les grands romanciers du XXIe siècle.

 

( source : Escapages -   http://education.cyberindre.org/cddp36/escapages/?Le-rapport-de-Brodeck )

 

 

Critiques :

par Mélanie Carpentier, evene.fr :

 

La guerre 1914-1918 et le Nord des ‘Ames grises’ se sont évaporés. Dans ‘Le Rapport de Brodeck’, les contours du temps sont vaporeux, l’espace incertain. Car plus qu’un roman, l’oeuvre est une fable universelle dans laquelle on ne nomme jamais vraiment. On pense à la Shoah, à l’Est de la France mais plus encore à toute l’histoire humaine. Brodeck écrit son rapport, expire sa vie sur le papier, Claudel, son obsession du mal qui possède et qui ronge. Derrière chaque phrase, c’est le monde qui déborde : cruel, absurde, abjecte. Les âmes grises sont devenues noires. Damnées ? La guerre est un état permanent de l’humanité. A la descente aux enfers succèdent des tentatives désespérées de revenir à la vie, des lueurs d’espoir. ‘Le Rapport de Brodeck’ devient bien vite le miroir d’une société dans lequel on se regarde la gorge nouée et les poings serrés. Comme le narrateur, on y voit l’autre. L’autre, l’étranger. L’autre, l’ami. L’autre, l’amour. Et l’on comprend que l’altérité unit et désunit. Passé maître dans l’outil romanesque, Claudel glorifie le propos par une construction virtuose. De l’ouverture si mystérieuse à la fin subtile, le conteur humaniste fait défiler nombre de personnages, multiplie les ruptures narratives, remonte le temps, entrelace ses récits mais jamais ne s’égare. D’ailleurs ce n’est pas Claudel qu’on lit, c’est Brodeck et la confession de ses souvenirs prégnants. Tout est si fluide. Et c’est donc à Brodeck que l’on associe cette plume parfois trop métaphorique et ses évidences naïves. ‘Le Rapport de Brodeck’ submerge. Il fait appel aux sens et à la chair. Se lit et se vit. Un roman majeur.

 

  • Prix Goncourt des lycéens : Philippe Claudel pour «Le rapport de Brodeck» (Stock) Ce roman a été couronné au premier tour de scrutin grâce à son «écriture poignante» a expliqué la lycéenne présidente du jury. «On a été pris aux tripes». «Le rapport de Brodeck» raconte comment dans un village sans nom, après le meurtre collectif d’un homme tout aussi anonyme, Brodeck le narrrateur, qui n’a pas participé à l’assassinat, est chargé d’écrire un rapport sur le drame. Maître de conférence à l’université de Nancy, Philippe Claudel avait reçu le prix Renaudot en 2003 pour «Les Âmes Grises».
  • Prix Goncourt des lycéens 2007 : Philippe Claudel pour «Le rapport de Brodeck» (Stock) Ce roman a été couronné au premier tour de scrutin grâce à son «écriture poignante» a expliqué la lycéenne présidente du jury. «On a été pris aux tripes». «Le rapport de Brodeck» raconte comment dans un village sans nom, après le meurtre collectif d’un homme tout aussi anonyme, Brodeck le narrrateur, qui n’a pas participé à l’assassinat, est chargé d’écrire un rapport sur le drame. Maître de conférence à l’université de Nancy, Philippe Claudel avait reçu le prix Renaudot en 2003 pour «Les Âmes Grises». (AFP/Daniau)
    .
                   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des 1ères ES2 et S2 de Loth 2013-2014
  • : Bienvenue sur le site des classe de 1ères ES 2 & S 2 du Lycée Joseph Loth
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages